prix de l'immobilier super article du soir

( dans

» Construction

)
Chercher:    

prix de l'immobilier super article du soir

- Page 16
Page 16 sur 32 Première page - Résultats 1 à 20 sur 631 Page precedente 61415 16 171826 Page suivante Dernière page - Résultats 621 à 631 sur 631


24/04/2014 Vieux  
 
  40 ans, Liège
  marc.d est connecté maintenant
Oui, j'attendais cette remarque.

Disons que, d'une manière ou l'autre, elle se répercute dans le loyer. Toutes autres choses étant égales, dans un monde parallèle où elle serait due par le locataire, les loyers seraient forcément plus faibles.

Je n'ai pas dit qu'elle était bien foutue ; je donnais un ou deux éléments de réflexion en réponse à la question posée.
24/04/2014 Vieux  
 
  33 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par marc.d Voir le message
La logique est celle de la taxe d'habitation : elle participe au financement des services communaux, sociaux, scolaires, culturels, sportifs etc.

Notre société a fait le choix de considérer le niveau de confort de l'habitation comme un indicateur de la capacité des ménages à contribuer à ce financement.

Ha bah non puisque nous avons des taxes fédérales, régionales et communales pour ça!!!

De plus la deuxième partie de votre analyse est très limite, gagner plus d'argent fait que vous disposez de plus de temps libre pour des aspects culturels et sportifs ou de moins? Un haut salaire bénéficie t'il d'une personne attitré à la maison communale lui évitant les files et justifiant son surcoût? Une maison plus confortable demande plus de personnel administratif?

Cette taxe n'a aucun sens réel (par contre je suis convaincu que beaucoup de mone peut lui trouver une justification). Taxer un bien privé qui a déjà été taxé lors de son acquisition et qui ne génère aucun revenu, ça s'appelle de l'escroquerie dans mon vocabulaire

Dernière modification par charadets 24/04/2014 à 13h02.
24/04/2014 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
Et si c'était une taxe sur le fait d'habiter, elle ferait double emploi avec la taxe poubelle... Non?

Boarf. Deux certitudes dans la vie: un jour, elle se termine. Et en attendant, on paie des taxes.

Je n'ai rien contre le principe de payer des taxes. Même le Christ était d'accord de rendre à César ce qui est à César. Même la bible parle de "la dîme". Je suis tout à fait d'accord de payer la dîme. Mais actuellement, on ne paye pas "la dîme", mais 5 voire 6 dîmes... (dîme = un dixième...)
24/04/2014 Vieux  
 
  33 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message
Et si c'était une taxe sur le fait d'habiter, elle ferait double emploi avec la taxe poubelle... Non?

Boarf. Deux certitudes dans la vie: un jour, elle se termine. Et en attendant, on paie des taxes.

Je n'ai rien contre le principe de payer des taxes. Même le Christ était d'accord de rendre à César ce qui est à César. Même la bible parle de "la dîme". Je suis tout à fait d'accord de payer la dîme. Mais actuellement, on ne paye pas "la dîme", mais 5 voire 6 dîmes... (dîme = un dixième...)

plutot 5,5 dîmes selon les derniers rapports et ça ne tient pas compte de la TVA!
24/04/2014 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par charadets Voir le message
Taxer un bien privé qui a déjà été taxé lors de son acquisition et qui ne génère aucun revenu, ça s'appelle de l'escrocrie dans mon vocabulaire
Ce n'est pas de l'escroquerie, c'est une taxe sur la fortune. Ha bon, c'est la même chose?
24/04/2014 Vieux  
 
  40 ans, Liège
  marc.d est connecté maintenant
Citation:
Posté par charadets Voir le message
Ha bah non puisque nous avons des taxes fédérales, régionales et communales pour ça!!!
Je ne comprends pas la logique de cette objection. Il y a en effet tout un tas de taxes, dont celle sur l'immobilier.
Citation:
De plus la deuxième partie de votre analyse est très limite, gagner plus d'argent fait que vous disposez de plus de temps libre pour des aspects culturels et sportifs ou de moins? Un haut salaire bénéficie t'il d'une personne attitré à la maison communale lui évitant les files et justifiant son surcoût? Une maison plus confortable demande plus de personnel administratif?
Non, je parlais au contraire de capacité à contribuer. Il va de soi que certains contribuent davantage aux services publics que l'usage qu'ils en ont et inversement.

Et pour être tout à fait honnête avec toi, je signale que je fais partie des salopards qui ne contribuent pas assez.
24/04/2014 Vieux  
 
  36 ans, Liège
 
Citation:
Posté par marc.d Voir le message
Et pour être tout à fait honnête avec toi, je signale que je fais partie des salopards qui ne contribuent pas assez.
Voire pas du tout quand on parle du routier

Perso, je sais que je paye moins sur certaines parties par rapport à mon usage, et (beaucoup) plus sur d'autres que je n'utilise pas. Mais ça ne me dérange pas plus que ça... tant que ça reste raisonnable. Et c'est bien là, je crois, le sentiment d'injustice chez beaucoup - le côté non-raisonnable.
24/04/2014 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
Je pense qu'on arrivera pas à une taxation "raisonnable"... On est au delà de tout raisonnable depuis bien trop longtemps.

Ce qui m'inquiète réellement plus, c'est insécurité juridique et fiscale grandissante en Belgique.

Ce sont les lois qui changent plus vite que la capacité d'adaptation. C'est un cadre légal tellement mouvant qu'un investissement aujourd'hui n'est plus très sûr. Comme pour le photovoltaïque, où tout le monde se rend bien compte que les Autorités Publiques n'ont pas de parole et aucun respect de ses engagements, ni moraux, ni légaux...
24/04/2014 Vieux  
  35 ans, Namur
 
Le problème c'est que l'on attend des services non raisonnables par rapport à la richesse que l'on produit dans le pays. D'où des taxes déraisonnables et de l'endettement pour conserver le niveau de vie des années 60.

Le seul discours crédible (si on veut moins de taxe) c'est soit :
- on dépense plus efficacement pour faire pareil avec moins de rentrées
- on dépense moins à efficacité égale et donc on a moins de services (hopitaux, écoles, routes, etc)
- un mélange des deux

Dernière modification par v1d53e2 24/04/2014 à 14h15.
24/04/2014 Vieux  
 
  33 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par marc.d Voir le message
Je ne comprends pas la logique de cette objection. Il y a en effet tout un tas de taxes, dont celle sur l'immobilier.

Non, je parlais au contraire de capacité à contribuer. Il va de soi que certains contribuent davantage aux services publics que l'usage qu'ils en ont et inversement.

Et pour être tout à fait honnête avec toi, je signale que je fais partie des salopards qui ne contribuent pas assez.

Pour le premier point, mon but était de montrer le nombre de taxes et leurs "justifications". Comment justifier qu'une taxe sur une habitation paie un service public, ça n'a aucun sens. Une taxe sur un bien "paie" son utiliation (ex: cette taxe aurait du sens si elle payait le droit d'occupation du sol mais pas le spectabcle de fin d'année de la maison de retraite!)

Pour la contribution, comment justifier que pour un MEME service public la contribution et donc le prix ne soit pas le même?

Pour moi il faut différencier deux choses:

1. le service public qui est un prix fixe par tete de pipe et donc sans aucun rapport avec le salaire/les biens

2. la solidarité publique (soins de santé, allocations de chômages etc..) pour laquelle on peut discuter de contribution en fonction des revenus/fortune pour autant que la réciproque soit vraie (si quelqu'un contribue plus le jour ou il a besoin de l'aide de la collectivité et bien c'est à hauteur de sa contribution)!

L'ennui du système de rémunération de l'état c'est qu'on mélange absolument tout du coup on ne voit plus rien, on ne sait pas où est le trou et plutôt que de réparer on clomate.
24/04/2014 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
En fait, il est assez "facile" de faire baisser nos impôts à terme. Il suffit de sabrer dans le plus gros budget inutile de l'Etat: la charge de la dette.

Pour faire baisser les charges de l'Etat, il "suffit" de rembourser la dette, et le service de la dette baissera d'autant. Le service de la dette varie selon les années entre 6 et 12% des frais de l'Etat (et donc de nos impôts...). C'est absolument énorme...

Alors, quand on me parle d'un déficit acceptable de 3%, je me dis que nos politiciens n"ont décidement rien compris à un budget.
24/04/2014 Vieux  
 
  33 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message
Alors, quand on me parle d'un déficit acceptable de 3%, je me dis que nos politiciens n"ont décidement rien compris à un budget.

Et pourtant ils règnent de père en fils sans partage
24/04/2014 Vieux  
  44 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message
En fait, il est assez "facile" de faire baisser nos impôts à terme. Il suffit de sabrer dans le plus gros budget inutile de l'Etat: la charge de la dette.

Pour faire baisser les charges de l'Etat, il "suffit" de rembourser la dette, et le service de la dette baissera d'autant. Le service de la dette varie selon les années entre 6 et 12% des frais de l'Etat (et donc de nos impôts...). C'est absolument énorme...

Alors, quand on me parle d'un déficit acceptable de 3%, je me dis que nos politiciens n"ont décidement rien compris à un budget.
En 2013, les recettes c'est 198 milliards €, les dépenses 208 milliards €.

Les intérêts de la dette c'est un peu plus de 12 milliards € en 2013.
La dette totale c'est un peu plus de 387 milliards € en 2013.

Pour faire face à de tels montants si on voulait rembourser rapidement on devrait diminuer drastiquement les dépenses (sécurité, enseignement, soins de santé, pensions...) et/ou augmenter fortement la taxation. Complètement irréaliste.

Il est évident qu'il faut être réaliste et que si on veut diminuer cette dette (en % du PIB) il faut le faire progressivement afin de ne pas tuer l'économie: exactement ce à quoi l'on s'est engagé au niveau européen.

Et pour une mise en perspective, la France est dans une situation plus difficile et n'arrive pas à tenir ses engagements. Dans le passé idem pour l'Allemagne.

Ce n'est pas si simple de se désendetter sans saper l'économie ou en évitant une grave crise sociale. Sinon tous les pays européens l'auraient déjà fait.

Alors OK pour la stratégie de diminution de la dette publique (nécessaire), mais de façon réaliste et donc progressivement.

Dernière modification par thierrylen 24/04/2014 à 15h57.
24/04/2014 Vieux  
 
  40 ans, Liège
  marc.d est connecté maintenant
Citation:
Posté par charadets Voir le message
Pour le premier point, mon but était de montrer le nombre de taxes et leurs "justifications". Comment justifier qu'une taxe sur une habitation paie un service public, ça n'a aucun sens. Une taxe sur un bien "paie" son utiliation (ex: cette taxe aurait du sens si elle payait le droit d'occupation du sol mais pas le spectabcle de fin d'année de la maison de retraite!)

Pour la contribution, comment justifier que pour un MEME service public la contribution et donc le prix ne soit pas le même?
Je l'ai écrit : car notre société a considéré que la capacité de chacun d'y contribuer diffère.

Ce n'est pas propre à notre pays. Par exemple, même aux États-Unis où les taxes sur le revenu sont ridiculement basses par rapport à ici, celles sur l'immobilier y sont plus importantes.
Citation:

Pour moi il faut différencier deux choses:

1. le service public qui est un prix fixe par tete de pipe et donc sans aucun rapport avec le salaire/les biens

2. la solidarité publique (soins de santé, allocations de chômages etc..) pour laquelle on peut discuter de contribution en fonction des revenus/fortune pour autant que la réciproque soit vraie (si quelqu'un contribue plus le jour ou il a besoin de l'aide de la collectivité et bien c'est à hauteur de sa contribution)!

L'ennui du système de rémunération de l'état c'est qu'on mélange absolument tout du coup on ne voit plus rien, on ne sait pas où est le trou et plutôt que de réparer on clomate.
Vaste débat. On distingue :
  1. l'impôt progressif, dont le taux de perception augmente avec l'assiette. C'est le cas chez nous de l'impôt sur le revenu, l'héritage ou sur la bagnole (largement plus que proportionnel avec la puissance) ;
  2. l'impôt à taux unique : TVA, cotisations sociales, impôt des sociétés, ... ;
  3. l'impôt per capita. C'est le cas de la redevance radio-télé.
Selon qu'on est de gauche ou de droite, on préfèrera plus de 1 ou plus de 2. On dirait que c'est vers le 3 que tu voudrais aller mais il est rare à l'époque contemporaine.

Dernière modification par marc.d 24/04/2014 à 15h01.
24/04/2014 Vieux  
 
  63 ans, Namur
 
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message
En fait, il est assez "facile" de faire baisser nos impôts à terme. Il suffit de sabrer dans le plus gros budget inutile de l'Etat: la charge de la dette.
.
Dans la dette publique, il y a deux dettes:
1. La dette légitime qui correspond aux investissements réalisés dans et pour le pays
2. La dette illégitime qui correspond aux emprunts pour payer les intérêts.

Le point 2 peut sembler anachronique et pourtant, c'est bien lui la pierre d'achoppement. Le marché de la dette 2 est soumis à une très forte spéculation et des taux d'intérêts d'usurier(cf la Grèce).
Dans les années 80, en état de cessation de paiement, la Bolivie, avec l'aide de trois pays, a racheté 50% de sa dette(le marché secondaire évaluait la valeur nominale de la dette à 6% de celle-ci).
Le poids de la dette 2 a-t-il diminué?
Et bien non! Le solde de la dette a vu sa valeur passé de 6 à plus de 11% et une relance des taux d'intérêts.
Après avoir racheté 50% de sa dette, la Bolivie a vu le montant de la dette 2, calculé sur 11% de la valeur globale+de nouveaux taux d'intérêts, s'envolé plus haut qu'avant le rachat des 50%.

Dans les systèmes politiques et économiques que nous connaissons, on essaie de diminuer la charge de la dette 2 par des politiques d'austérité(Les fameux 3% du PIB) et en "espérant" une relance économique.
L'histoire a déjà démontré que cette pratique est illusoire et néfaste pour le pays... Tout en restant bénéfique pour les créanciers(rôle des agences de notation).

Pour ce faire une idée de ce modèle que nous impose l'Europe, il suffit de revoir les dettes des pays d'Amérique du Sud(argentine, Mexique, Bolivie, Pérou, Vénézuela et j'en passe). Les politiques d'austérité encouragée par le FMI et les principales banques mondiales ont conduit à une paupérisation galopante de pays déjà, souvent, dans la dèche(en ce qui concerne le peuple et les infrastructures).
Et puis, mais c'est très mal vu en Europe, il y a des pays comme l'Equateur qui ont fait le tri entre la dette 1 et la dette 2. Ils ont ensuite annoncé qu'ils ne rembourseraient plus la dette 2.
Depuis, ces pays(Argentine, Equateur,...) ont un taux de croissance positif, une amélioration du niveau de vie et des infrastructures.

Nous avons les exemples sous les yeux et, malgré ça, l'Europe persiste dans sa politique mortifère.
Il est amusant de constater que lors de l'envolée des dettes nationales en Amérique du Sud, le projet était d'unifier ces états... Exactement ce que fait, aujourd'hui, l'Europe qui déconstruit les souverainetés... Au profit de qui? Les citoyens?
24/04/2014 Vieux  
 
  50 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par john steeds Voir le message
Pour ce faire une idée de ce modèle que nous impose l'Europe, ...
Exactement ce que fait, aujourd'hui, l'Europe qui déconstruit les souverainetés... Au profit de qui? Les citoyens?
Permettez moi un bémol à ces affirmations, les parlementaires européens sont élus - voire représentés en fonction des majorités en place au sein des états.

Vu les taux de participation, le manque total d'informations - voire l'autruchisation du peuple qui vote , il ne faut pas s'étonner que le même genre de personnages soient réélus de père en fils. Le nombre de niveaux de pouvoir en Europe (Europe, Etats, provinces, régions, provinces, etc.) est absolument hallucinant.

L'europe ne fait qu'appliquer ce qui est décidé au niveau du parlement ou décidé par les états membres...
24/04/2014 Vieux  
 
  35 ans, Liège
 
Citation:
Posté par marc.d Voir le message
Je l'ai écrit : car notre société a considéré que la capacité de chacun d'y contribuer diffère.

Ce n'est pas propre à notre pays. Par exemple, même aux États-Unis où les taxes sur le revenu sont ridiculement basses par rapport à ici, celles sur l'immobilier y sont plus importantes.
Vaste débat. On distingue :
  1. l'impôt progressif, dont le taux de perception augmente avec l'assiette. C'est le cas chez nous de l'impôt sur le revenu, l'héritage ou sur la bagnole (largement plus que proportionnel avec la puissance) ;
  2. l'impôt à taux unique : TVA, cotisations sociales, impôt des sociétés, ... ;
  3. l'impôt per capita. C'est le cas de la redevance radio-télé.
Selon qu'on est de gauche ou de droite, on préfèrera plus de 1 ou plus de 2. On dirait que c'est vers le 3 que tu voudrais aller mais il est rare à l'époque contemporaine.
Sans être un grand fiscaliste, si je peux me permettre:

Ce que vous expliquez se résume par 2 classification d'impôts:

- direct
- indirect

Et sauf si depuis mes cours, la législation est différente, l'Isoc n'a pas qu'un taux unique de 33% et des raouettes... certaines sociétés avec conidtions bénéficient de taux réduits en fonction de leur base imposable, donc il est progressif.

Le redevance radio TV est l'exemple même d'une taxe digne du moyen âge. Quand je vois que celle ci existe encore à l'heure des smartphones et tablettes, le précompte immobilier a encore de beaux jours devant lui.
25/04/2014 Vieux  
 
  33 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par marc.d Voir le message
Je l'ai écrit : car notre société a considéré que la capacité de chacun d'y contribuer diffère.

Ce n'est pas propre à notre pays. Par exemple, même aux États-Unis où les taxes sur le revenu sont ridiculement basses par rapport à ici, celles sur l'immobilier y sont plus importantes.
Vaste débat. On distingue :
  1. l'impôt progressif, dont le taux de perception augmente avec l'assiette. C'est le cas chez nous de l'impôt sur le revenu, l'héritage ou sur la bagnole (largement plus que proportionnel avec la puissance) ;
  2. l'impôt à taux unique : TVA, cotisations sociales, impôt des sociétés, ... ;
  3. l'impôt per capita. C'est le cas de la redevance radio-télé.
Selon qu'on est de gauche ou de droite, on préfèrera plus de 1 ou plus de 2. On dirait que c'est vers le 3 que tu voudrais aller mais il est rare à l'époque contemporaine.
Pas du tout je veux distinguer deux choses : le prix d un service public qui doit être le même pour tous et la participation a la solidarité collective. Et ça n a rien a voir avec gauche ou droite mais bien avec le bon sens car comment peut t on rationaliser le service public quant on ne peut pas prévoir avec certitude les revenus qu il génère ?
25/04/2014 Vieux  
  44 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par Prog-man Voir le message
Sans être un grand fiscaliste, si je peux me permettre:

Ce que vous expliquez se résume par 2 classification d'impôts:

- direct
- indirect

Et sauf si depuis mes cours, la législation est différente, l'Isoc n'a pas qu'un taux unique de 33% et des raouettes... certaines sociétés avec conidtions bénéficient de taux réduits en fonction de leur base imposable, donc il est progressif.

Le redevance radio TV est l'exemple même d'une taxe digne du moyen âge. Quand je vois que celle ci existe encore à l'heure des smartphones et tablettes, le précompte immobilier a encore de beaux jours devant lui.
Faux, Marc a très bien expliqué.

Impôt directs = qui s'appliquent directement aux revenus (IPP, isoc...)
Impôts indirects = qui ne s'appliquent pas directement aux revenus (Accises, TVA...)

Et on peut par exemple avoir des impôts directs proportionnel ou progressifs... Ce sont 2 classifications différentes.

L'Isoc a un taux unique de 33% sauf pour certaines sociétés qui remplissent plusieurs conditions. Les sociétés qui remplissent ces conditions bénéficient d'un taux réduit jusqu'à une certaine tranche de bénéfice imposable (là l'impôt est bien progressif).

Néanmoins, en général on peut affirmer que l'Isoc est bien un impôt proportionnel (pour une majorité de sociétés).

NB: impossible que la redevance radio TV soit du moyen âge.
25/04/2014 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par thierrylen Voir le message
Néanmoins, en général on peut affirmer que l'Isoc est bien un impôt proportionnel (pour une majorité de sociétés).
Effectivement. Même inversément proportionnel: plus les sociétés sont grosses et ont de revenus, plus elles peuvent payer des fiscalistes pour éluder l'impôt...
Page 16 sur 32 Première page - Résultats 1 à 20 sur 631 Page precedente 61415 16 171826 Page suivante Dernière page - Résultats 621 à 631 sur 631


A lire également sur BricoZone...
Prix de l'immobilier sur Waremme Par Prog-man dans Divers, +18 29/01/2014
Le prix de l'immobilier en chute ??? Par cefa1975 dans Divers, +16 26/04/2013
Prix radiateurs super intéressant....!!!! Par ditch1978 dans Chauffage, +5 07/10/2012


Forum Construction : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

PH

Annuaire Pro

La Vidange Loiseau S.A.

Débouchage, placement, raccordement et réparation des égouts.


Maisons Gabriel

Maisons Gabriel SA est une entreprise générale de constructions.


Maisons Blavier s.a.

Blavier construit des maisons clé-sur-porte en mettant l’accent sur l'accompagnement et le budget


Maisons Baijot

Entreprise générale de construction Maison basse énergie Construction traditionnelle de qualit

Ajoutez votre société