bulle immobilière en Belgique ?

( dans

» Divers

)
Chercher:    

bulle immobilière en Belgique ?

- Page 12
Page 12 sur 15 Première page - Résultats 1 à 20 sur 285 Page precedente 21011 12 1314 Page suivante Dernière page - Résultats 281 à 285 sur 285


10/02/2012 Vieux  
 
  Liège
 
Citation:
Posté par Damdidam Voir le message
plus sérieusement, outre l'immobilier, ce qui me fait flipper c'est comment les gens spéculent sur le prix des matières premières. Le prix du pétrole monte --> augmentation quasi automatique du prix du bois de chauffage, pellets et autres dérivés. Des fois, on se demande pourquoi les traders (et ceux qui les emploient) sont encore en vie. Pourquoi se laisse-t-on faire de la sorte ?!
Pourtant nous avons un REEL POUVOIR mais nous ne nous en servons pas ! la guerre est économique... une entreprise fait de l'esclavage moderne ? on boycotte ses produits, une multinationale malgré son bénéfice délocalise ? boycottons ses produits... si nous le faisons TOUS ENSEMBLE , nous verrons le changement... leurs argents, leurs capitaux sont la clef... le choix des produits notre force...
peut-être 1 peu simpliste j'admets
11/02/2012 Vieux  
 
  63 ans, Namur
 
Il faut plutôt analyser le modèle économique choisi par l'Europe qui n'arrête pas de s'agrandir depuis sa naissance.
Deux points importants sont à retenir.
1. Contrairement aux autres puissances du marché mondial, l'Europe est et reste une addition de souverainetés. L'Europe n'est pas UNE souveraineté.
Chaque pays garde la responsabilité de sa souveraineté au sein de l'Europe et doit, en plus, répondre aux spécificités linéaires émises par l'Europe. Que ce soit un pays riche, pauvre, industriel, agricole,...Tout le monde doit répondre aux mêmes critères budgétaires imposé par la politique de l'euro. En clair, un pays qui doit développer des infrastructures, est au même niveau qu'un pays qui dispose d'un maximum d'infrastructure. Un pays dont l'économie est excédentaire est au même niveau qu'un pays qui a une balance déficitaire. Nous avons donc, en Europe, un déni de reconnaissance des spécificités régionales et des besoins qui y sont liés.
On ne peut donc avoir qu'un problème de gestion des dettes disparates, même si les modèles souverains étaient des modèles du genre... Ce qui est, en plus, loin d'être le cas.
2. Dans la même optique, l'Europe est la seule région sur laquelle sa banque nationale, la BCE, n'a aucun pouvoir. Il est donc impossible de réguler les dettes et les taux appliqués en fonction de ces fameuses spécificités régionales.
L'intervention de la BCE actuelle se résume à intervenir sur les maqrchés financiers pour maintenir l'euro et à être le garant du "fond de garantie européen" qui existe uniquement pour garantir les banques face aux dettes des états.
Contrairement aux autres régions du monde où leurs banques nationales peuvent intervenir sur la valeur de change et les taux d'intérêts, la BCE n'a aucun pouvoir sur ces critères de base d'un banque nationale. Nous restons donc tributaire des marchés financiers, des mesures imposées(parfois protectionnistes) par les pays dominants au sein de l'Europe, ainsi que par les dettes des pays qui n'arrive pas à suivre la "linéarité de l'euro".

En bref, le modèle imposé actuellement par la commission européenne, le FMI et la direction de la BCE ne sont que des combats d'arrière garde pour sauvegarder un modèle qui, s'il permet à certains de subsister, va inéluctablement dans le mur!
Un récent rapport de l'Organisation internationale du travail(OIT) mentionne que le modèle allemand(moteur actuel de l'Europe) conduit plus de 30% de la population en dessous du seuil de pauvreté et que le taux de relance économique qui est lié à ce modèle est nul. On ne peut donc conclure que le modèle allemand donne une relance économique. Cela est vérifié dans des pays ayant une autre spécificité économique, comme la Grèce, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande. Le modèle d'austérité et de rigueur appliqué ne permet pas de produire un excédent finaier, pire, il continue de creuser le déficit.

Maintenant, si vous ajoutez les spécificités politiques et pratiques des pays, le fossé se creuse encore plus.
Dans le cas de la Grèce, les mesures d'austérité ne vise qu'une partie de la population et refuse toujours d'uniformiser les lois pour tous.
Il n'y a aucune loi qui permettent d'imposer équitablement les plus riches, il n'y a pas de lois sur le foncier, pas de contrôles sur la TVA, etc, etc,... Mais on coupe le salaire minimum en l'amputant de 22%, on licencie dans la fonction publique et on diminue les salaires. On augmente la TVA sur les produits de première nécessité de près de 17%!
Les grecs, à la chute du gouvernement socialiste, n'ont pas pu aller voter pour ou contre une certaine politique. On leur a imposé un gouvernement "d'union nationale"!
4 ministres viennent de démissionner.

12/02/2012 Vieux  
 
  Liège
 
On leur a imposé un gouvernement "d'union nationale"!

le peuple est castré, le plan de société se ressemble terriblement..
14/04/2012 Vieux  
  62 ans, Autre pays
 
C'est français, mais les arguments sont totalement valables pour nous
http://www.youtube.com/watch?feature...&v=dtbFGWi83J0
24/08/2012 Vieux  
 
  39 ans, Hainaut
 
Je déterre le topic, j'ai lu ça taleur...

http://www.express.be/business/fr/ec...-60/175123.htm
24/08/2012 Vieux  
 
  63 ans, Namur
 
Citation:
Posté par Damdidam Voir le message
Je déterre le topic, j'ai lu ça taleur...

http://www.express.be/business/fr/ec...-60/175123.htm
S&P n'est pas loin de la vérité sur le marché immobilier belge et sur les raisons de son "maintien" actuel.

IL existe des analyses qui se basent sur les critères(inflation, possibilité de financement des ménages,...) évoqués par S&P.
Sur un graphique courant de 1996 à 2012 et prenant 1996 comme base 100 de départ, le prix de l'immobilier belge devrait se situer en 2012 à +/-140.
Le graphique montre qu'en fait le prix de l'immobilier belge est supérieur à 270!(presque le double).
Après, les comparaisons avec les pays ayant connu une bulle immo ou pas est tout aussi instructive.
La conclusion de S&P qui conclut à une hausse de +/-15%(comme stabilisation) parce que la demande intérieure reste forte pèche par plusieurs points:
- l'épargne des belges ne se répartit pas équitablement sur tous les belges.
- La capacité de financement de la classe moyenne va aller en diminuant
- Les professions dites privilégiées sont celles qui seront dans le collimateur du traité de rigueur budgétaire adopté par l'Europe(confirmé hier par Merkel et Hollande). La Grèce et l'Espagne en donnent déjà la preuve.
- La baisse ou la non augmentation des prix des pays limitrophes va entraîner une stabilisation(seul la grande bretagne est plus chère que nous aujourd'hui!)
- etc...
La Belgique ne peut échapper à la loi dite du tunnel de Friggit.

Si on regarde les courbes des pays européens, un rattrapage de l'ordre de 30% n'est pas improbable... A moins que les banques ne se décident à prêter sur 30 ans à du 1.5%

Source très instructive pour ceux qui s'intéressent d'un peu plus près sur notre situation européenne:
http://www.les-crises.fr/prix-immobiliers-mondiaux/
25/08/2012 Vieux  
 
  50 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par john steeds Voir le message
Si on regarde les courbes des pays européens, un rattrapage de l'ordre de 30% n'est pas improbable... A moins que les banques ne se décident à prêter sur 30 ans à du 1.5%

Source très instructive pour ceux qui s'intéressent d'un peu plus près sur notre situation européenne:
http://www.les-crises.fr/prix-immobiliers-mondiaux/
L'argumentation S&P -concernant la belgique- se base surtout sur le niveau de vie moyen dans le pays ; maintenant comparer sur un seul graphique des pays aussi disparates que UK,US, le Japon ou la Suisse avec la Belgique c'est osé. Sur les graphique j'aime aussi qu'on y nomme les abcisses et les ordonnées.

Il vend un bouquin le Mr ?

En comparaison avec une analyse sur les voitures, ca voudrait dire que le prix des Porsche & Ferrari est surévalué par rapport au salaire moyen du belge (alors que la Logan a aussi roues..).

Il faut voir les caractéristiques du marché local - nous sommes toujours en import par rapport à nos voisins directs (francais récemment hollandisé , hollandais de souche évitant l'ISF batave, belges travaillant au Lux , ou Allemands en cantons) , et Bruxelles bien que perdant de l'attractivité reste 2-3 * moins cher qu'ailleurs..

Certes Bruxelles et les frontières c'est pas le pays , mais par contre en volume de transactions..
25/08/2012 Vieux  
 
  50 ans, Brabant Wallon
 
Que l'Europe soit en récession c'est un fait , mais de voir des avis négatifs d'agences de notation Anglo-saxonnes & US sur tout ce qui n'est pas au bénéfice pur des précités , ca me remonte.

Les States devraient avoir perdu tous leurs 'A' depuis bien longtemps.

Maintenant si le risque vous tente : http://www.immo-states.be/ , j'ai été assez surpris ce voir ce site je dois dire.
25/08/2012 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Je pense que ces agences de notation, toutes américaines, essayent de miner la confiance des gens dans tout ce qui n'est pas américain. Elles ont un rôle subversif, subliminal, c'est vraiment dégueulasse.
Ils se croient encore en 1945-1950 durant le plan Marshall, ou les USA étaient incontournables.
25/08/2012 Vieux  
 
  63 ans, Namur
 
Citation:
Posté par benoki Voir le message
L'argumentation S&P -concernant la belgique- se base surtout sur le niveau de vie moyen dans le pays ; maintenant comparer sur un seul graphique des pays aussi disparates que UK,US, le Japon ou la Suisse avec la Belgique c'est osé. Sur les graphique j'aime aussi qu'on y nomme les abcisses et les ordonnées.

Il vend un bouquin le Mr ?
Dans le graphique, l'important n'est pas le prix des maisons(il ne compare pas le prix des maisons entre pays), mais bien la comparaison de comportement(en fonction des critères donnés) des marchés immobiliers des différents pays concernés.
On y constate une similitude de "comportement" entre certains pays et une "indépendance" dans le chef d'autres pays.
Si dans la similarité de comportement, on remarque que, même à des prix différents, des marchés immobiliers réagissent de la même manière(chute suite aux crises financières ou bulle); dans "l'indépendance" de comportement, on constate une très grande différence!
Dans ce point précis, à économies comparables(dixit notre gouvernement) l'Allemagne et la Belgique démontrent des comportements totalement différents.
L'Allemagne reste stable par rapport à l'évolution de la hausse de son marché, la Belgique part dans une courbe de hausse vertigineuse.
Cela ne peut s'expliquer juste par le "niveau de vie", ni même la seule pyramide des âges.
Il faut donc bien admettre que d'autres critères influencent notre marché qui, au demeurant et comme l'Allemagne, est resté insensible aux crises financières et aux bulles immobilières.
Bine avoir en tête qu'on ne parle pas de comparaison de prix entre les pays, mais bien de comparaison de comportement des marchés à partir d'une base 100(1996).
L'important n'est donc pas de savoir qu'en 1996(exemple) une villa coûtait 500.000 euros en Allemagne et 150.000 en Belgique, mais bien de voir l'évolution de ces deux prix sur la période visée(1996/2012).
Dans ce cas de figure, l'Allemagne est restée plus ou moins stable et le prix belge à prix une augmentation d'un facteur de l'ordre de x2.5....

Ta comparaison des voiture devrait donc être: dans la même période de temps, pourquoi la même voiture XX a augmenté de prix par un facteur de 2.7, en Belgique, et pas en Allemagne?
Ce n'est ni le niveau de vie, ni la pyramide des âges qui te donneront la solution à cette question.

Quant à l'influence "néfaste" des agences de notation, je suis tout a fait d'accord!

Dernière modification par john steeds 25/08/2012 à 18h48.
25/08/2012 Vieux  
 
  50 ans, Brabant Wallon
 
Bonsoir,
d'accord pour la comparaison , seulement -à niveau de vie comparable..- l'immobilier belge n'est pas encore vraiment au niveau de l'Allemagne - sauf pour certains "creux" tels quel Bonn ou des immeubles soviétiques de l'ex RDA.

Le facteur limitant en Allemagne est celui des salaires&pouvoir d'achat qui n'ont pas suivi l'évolution France/Belgique.

'fin bon je reste perplexe sur ce genre d'"études".

Ce qui par contre est rarement mis en avant c'est la qualité parfois déplorable des biens sur le marché belge (surtout du point de vue isolation).
25/08/2012 Vieux  
  48 ans, Bruxelles
 
On ne peut pas comparer les marchés immobiliers allemands et belges, plus de la moitié des allemands sont locataires il me semble (et n'aspirent pas à être propriétaires) alors que les belges ont une légendaire brique dans le ventre. Je pense que a taille du territoire doit jouer un rôle dans cette différence de comportement, les belges étant parmi les navetteurs qui parcourent les plus longues distances d'Europe - le territoire étant réduit (et encore rétréci par les contraintes linguistiques) nous avons plus tendance à rester en racinés au même endroit que nos voisins et à parcourir les kms nécessaires pour nous rendre à notre travail, un enracinement qui rend l'option achat plus intéressante
25/08/2012 Vieux  
 
  50 ans, Brabant Wallon
 
Bonsoir,
mais on ne sait comparer aucune région par rapport à une autre, n'en déplaise à S&P.
en France 2h de trajet quotidien est considéré comme très bon , en Belgique...non.
25/08/2012 Vieux  
 
  63 ans, Namur
 
Citation:
Posté par benoki Voir le message
'fin bon je reste perplexe sur ce genre d'"études".

Ce qui par contre est rarement mis en avant c'est la qualité parfois déplorable des biens sur le marché belge (surtout du point de vue isolation).

Re,

Ce type de graphique n'est pas une fin en soi, mais simplement un moyen de visualiser des similitudes(ou pas) de comportement ou de tendances.
Mis en relation avec d'autres informations, cela permet de se forger une bonne idée de ce que peuvent être les développements ultérieurs.
On visualise bien, par exemple, la conséquence des crises financières et immobilières sur certains pays.
On peut donc "tirer" certaines conclusions sur le devenir à terme de ces marchés.
On comprend aisément les crises US et espagnole et l'évolution très probable des prix dans les 10 ans à venir.
On peut se poser la question du redressement ou pas de certains marchés nationaux et en tirer les conclusions qui s'imposent.
Le Japon, par exemple, qui a une poussée démographique importante et un besoin immobilier non négligeable voit cependant sa courbe d'évolution partir à la baisse de façon drastique. Un ré-ajustement en fonction de l'économie réelle? Si oui, pourquoi rien que chez eux?
Ta comparaison avec l'Allemagne n'est pas dénuée de bon sens, si on regarde l'Allemagne dans sa globalité.
Cependant, si on prend Berlin et sa banlieue, qui connaissent aussi un engouement certain, on est loin des taux de hausse belge.
La spéculation immobilière semble freinée par d'autres facteurs que le rapport à la demande et la capacité d'emprunt des acheteurs potentiels, ce qui n'est pas le cas en Belgique, pourquoi?

Là, on sort du graphique. La Belgique n'est pas en fait un marché national, mais un marché niche.
Un peu comme le sont Londres, Paris, Berlin, et autres capitales, avec leur banlieue.
Les marchés de Toulouse, Bordeaux, Lille ou Paris sont des marchés niches dans le marché global français.
La Belgique avec une distance de +/-50 kms entre Bruxelles et les autres villes(Charleroi, Mons, Namur, Liège, Gand, Ostende, Ypres, Courtrai,...) n'est jamais qu'un petit marché local comparativement à nos voisins ou d'autres pays classés "riches".
Ceci peut expliquer, en partie, cette hausse phénoménale et son maintien dans le temps. Il est clair que notre marché niche fait l'objet d'une spéculation(comme d'autres domaines) non négligeable.
L'avantage, pour la spéculation, d'un marché niche, est sa stabilité sur le long terme.
Nous sommes donc très rentables pour les opérateurs du dit marché.
L'effet "boule de neige induit" entraine une surévaluation générale.
L'agence X vend ses maisons à prix Y, donc monsieur Pierre vend sa baraque à Y+un chouia, ce qui entraine que monsieur Jacques vend la sienne à Y+Z, etc...
Comme on est coincé sur le petit territoire belge(comme le français qui travaille à Paris), on ne peut que subir puisqu'il n'y pas d'alternative(à moins de faire comme les anglais qui travaillaient à Londres et habitaient dans le Poitou, vu le prix des maisons et le coût de la vie à Londres).
Le problème des marchés niches(voir les grandes capitales) c'est qu'il entraine, à terme, une "ghetto-isation". Celle-ci entraine souvent des troubles importants au niveau social, sécurité... Mais là, bien que rejoignant ta dernière remarque sur la qualité des biens, on sort de l'analyse de l'immobilier, pour entrer dans les conséquences sociales.
Brèfle, le marché niche est stable longtemps. Le problème, c'est que lorsqu'il se casse la figure, il est déjà trop tard sur le plan social(Japon, USA, Espagne, UK,...). Et si on analyse le devenir social belge dans le court et le moyen terme, on ne part certainement pas pour des "lendemains meilleurs"...
Donc, le jour ou le marché immobilier se casse la figure, il n'y aura plus grand monde pour en profiter.
C'est bien pour cela que "certains" engrangent un max. pour l'instant.
25/08/2012 Vieux  
  48 ans, Bruxelles
 
@ Benoki: J'ignore quelle est votre source d'information pour les trajets en France, j'ai lu au contraire que les trajets des navetteurs y étaient plus courts qu'en Belgique. Mais il est vrai que les comparaisons entre régions - même en Belgique - sont hasardeuses. Par contre les comparaisons pouvoir d'achat/ coût du logement me semblent plus pertinentes

Dernière modification par Xera 25/08/2012 à 20h19.
06/09/2012 Vieux  
 
  63 ans, Namur
 
J'ai regardé un reportage sur FR3, hier.
Le marché immobilier français commence à bouger à la baisse dans beaucoup de régions.
La baisse moyenne enregistrée est de l'ordre de 15à 20%.
Un agent immobilier à monter une maison à 132.000 euros, disant, qu'il y a deux ans de cela, la maison aurait été affichée à 180.000 euros.
Il constate deux choses:
1. Le nombre d'acheteurs disposant des moyens d'achat diminue. Il parle de personne qui ont l'argent ou disposent d'un financement/
2. Les acheteurs, vu l'offre, deviennent plus regardant sur le rapport prix/qualité offert.
06/09/2012 Vieux  
 
  39 ans, Hainaut
 
c'est exactement ce dont on avait parlé avec BZone au sujet des fameuses "bouses énérgétiques", pleines d'humidité, aux chassis simples vitrages, et avec toutes les pièces en enfilade. Les prix s'étant littéralement envolés ces dernières années, et la crise aidant, les acheteurs seront moins nombreux à se bousculer devant leur portillon rouillé. Ils en veulent plus pour leur argent...
06/09/2012 Vieux  
  30 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par john steeds Voir le message
J'ai regardé un reportage sur FR3, hier.
Le marché immobilier français commence à bouger à la baisse dans beaucoup de régions.
La baisse moyenne enregistrée est de l'ordre de 15à 20%.
Un agent immobilier à monter une maison à 132.000 euros, disant, qu'il y a deux ans de cela, la maison aurait été affichée à 180.000 euros.
Il constate deux choses:
1. Le nombre d'acheteurs disposant des moyens d'achat diminue. Il parle de personne qui ont l'argent ou disposent d'un financement/
2. Les acheteurs, vu l'offre, deviennent plus regardant sur le rapport prix/qualité offert.
Je n'ai pas regardé le reportage, mais j'ai aussi remarque une légère baisse des prix, il me semble. j'ai acheté il y a un an. Et je cherche maintenant pour ma soeur et je remarque que pour un même budget, (Par ex+- 120 000€), on ne retrouve plus le même genre de maison. Il y a 2 ans à 120 000@ tout était à refaire (maison mitoyenne standard +-). Aujourd'hui, dans la même région, à ce prix on retrouve des maisons où tout est à mettre au goût du jour (electricité, carrelage cuisine, isolation et déco!) mais qui dans l'ensemble tient encore la route
06/09/2012 Vieux  

 
  41 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Damdidam Voir le message
c'est exactement ce dont on avait parlé avec BZone au sujet des fameuses "bouses énérgétiques", pleines d'humidité, aux chassis simples vitrages, et avec toutes les pièces en enfilade. Les prix s'étant littéralement envolés ces dernières années, et la crise aidant, les acheteurs seront moins nombreux à se bousculer devant leur portillon rouillé. Ils en veulent plus pour leur argent...
Mon plus grand Fan
06/09/2012 Vieux  
 
  63 ans, Namur
 
En tout cas, pour les régions de Namur et Charleroi, je ne sais pas ce qui s'est passé, mais depuis fin mai, les maisons comprises entre 130 et 210.000 euros correspondent à des maisons qui passaient, avant, entre 100.000 et 180.000!
La cagibi (à Charleroi) qui passait à 70.000 euros se retrouve aujourd'hui à 90.000!
Par contre, le prix HTVA des GOF neufs est en baisse.
Page 12 sur 15 Première page - Résultats 1 à 20 sur 285 Page precedente 21011 12 1314 Page suivante Dernière page - Résultats 281 à 285 sur 285



Forum Divers : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

Annuaire Pro

Maisons Baijot

Entreprise générale de construction Maison basse énergie Construction traditionnelle de qualit


SIBOMAT sa

Leader de la construction à ossature bois en Belgique depuis plus de 30 ans.


AlarmeMaison.biz

Pour nous la sécurité de votre maison n'est pas un vain mot.. Alarmes en KIT de bricolage!!


SUNNYHEAT by FOXeco

Chauffage infrarouge longues ondes. Le système le + économique, écologique & et sain au monde !

Ajoutez votre société