Question "led"

( dans

» Electricité

)
Chercher:    

Question "led"

Page 1 sur 2 1 2 Page suivante


26/11/2009 Vieux  
 
  38 ans, Hainaut
 
Je ne sais si je poste au bon endroit mais bon

Voilà je me demandais ce qu'il fallait choisir comme "led" pour faire une séparation entre 2 sortes de carrelages ? Et quelles sont les choses à prévoir ?

Et 2ème question , nous allons avoir un "mur de meubles" dans la cuisine, et j'aimerais mettre une cloison autour de ces meubles avec des leds (oui, oui le led est mon nouvel ami ) donc là encore quels leds acheter ?

Merci d'avance pour votre aide ô combien précieuse

Pail'
26/11/2009 Vieux  
  48 ans, Namur
 
je peux te faire part de ma réflexion?
je voulais, aussi, mettre des led au sol.
j'étais partis pour percer moi meme chaques emplacement à led, dans les carreaux.
ensuite, faire le montage electrique dans la chape (led+resistance+cable+ gaine, etc...)
et j'ai dormis des jours sur cette idée pour en arriver à la conclusion suivante.
-les led sont tres économique,
-ethetique,
-facile à placer.
-et on une durée de vie énorme.

par contre, d'après mes lectures, ils résistent très mal aux variations de tension.
il ne m'en a pas fallut plus pour laisser tomber l'idée.
je me voyais déjà avec des led éteints au sol... la grande classe!
et, de fait, chez moi, il y a pas mal de chuttes de tensions. ouf.
26/11/2009 Vieux  
 
  38 ans, Hainaut
 
par contre, d'après mes lectures, ils résistent très mal aux variations de tension.
il ne m'en a pas fallut plus pour laisser tomber l'idée.
je me voyais déjà avec des led éteints au sol... la grande classe!
et, de fait, chez moi, il y a pas mal de chuttes de tensions. ouf.


Attention j'arrive avec ma question de blonde Qu'est ce qu'une variation de tension (oui oui j'avais prévenu )

Et est ce que cela pose des problèmes si ces "variations de tension" sont occasionelles?

Merci
26/11/2009 Vieux  
  68 ans, Brabant Wallon
 
Bonsoir,
ne pleurez plus car vous trouverez une partie de vos réponses ici:
http://www.ampoule-leds.fr/12v.htm
qui fait partie du site:
http://www.ampoule-leds.fr/infos.php
et
http://www.ampoule-leds.fr/index.php
Naturellement, ils ne sont pas les seuls à vendre des LEDs, mais ils présentent pas mal de produits "finis" à un coût supportable.
D'autre(s) question(s), n'hésitez pas à demander.
BàV Jacques
26/11/2009 Vieux  
 
  57 ans, Hainaut
 
Hum... Une variation de tension c'est quand la tension varie...

La tension, ou différence de potentiel entre deux points d'un circuit électrique, se mesure en volt. Déjà mieux ?

Les réseaux domestiques délivrent une tension voisine de 220V.
En début de ligne de distribution (sortie de la cabine) elle peut avoisiner 235-240V pour se traîner à 210V en fin.
Mais il se peut qu'il y ait des pics et que la tension monte d'un coup sec et là... paf ! certains appareils électriques encaissent mal. Il suffit d'une seule hausse brutale pour bousiller le joli matos.


Quand elle baisse, on appelle ça une chute de tension, à ne pas confondre avec son homonyme... , mais c'est sans intérêt ici.

Dans le cas des appareils d'éclairage à leds (en association : rubans, spots, etc. ), le problème est que leur intérêt majeur réside dans la miniaturisation et qu'il n'y a donc pas beaucoup de place pour y intégrer un bon filtrage (par condensateur) qui supprimerait ou en tout cas adoucirait ces pics ravageurs.

Dans le cas de leds encastrées, rien de plus fiable que de bidouiller une alimentation régulée maison (il y en a en kit, voire même toutes prêtes dans les magasins d'électronique).
Si c'est occasionnel, des piles (ok, pas très écolo) font l'affaire, sachant qu'une led est opérationnelle entre 20mA et 50mA.

À partir p.ex. d'une alimentation stabilisée 12V, on met en série 4 leds de 2,5V et une résistance de 50ohms, ce qui donne un courant de 40mA (pour ne pas forcer) et les leds tiennent toutes leurs promesses en longévité, sans aucun souci.
On peut même un mettre un petit potentiomètre pour régler l'intensité lumineuse.
Aussi plusieurs circuits en parallèle puisqu'une alimentation délivre en général beaucoup plus que 40mA.

Bon bricolage
26/11/2009 Vieux  
 
  57 ans, Hainaut
 
Plus simple : mettre un stabilisateur 220V (comme pour protéger les PC) pour alimenter les lignes d'éclairage par leds. Comme ça, le jour où il y a une coupure sur le réseau, il restera les leds en éclairage de secours...

Mais pourquoi faire simple ?
26/11/2009 Vieux  
 
  38 ans, Hainaut
 
@ Jacques : Merci pour le site bourré d'infos
Et c'est vrai que les prix n'ont pas l'air excessif (enfin à première vue vu que l'idée des leds m'est venue ajd lol)

Pas mal, pas mal, je l'ai mis ds mes favoris
26/11/2009 Vieux  
 
  38 ans, Hainaut
 
@ AlphaDelta : Merci pour ce cours et ces précieux conseils

Bon j'avoue ne pas avoir tout compris, je relirai donc le post une fois les enfants au lit

De toute façon, mon chéri et moi on est une équipe Moi je trouve des idées (pas tjs bonnes et pas tjs faciles à réaliser), je viens prendre les premières impressions, les conseils etc sur Bricozone et mon chéri les réalise Enfin il ne vas pas tarder à les réaliser vu qu'on commence bientôt la construction....

Mais bon comme il a déjà prouvé son talent dans notre ancienne maison, là je mets la barre plus haut

Fin du 3615 mylife

Donc, la "ligne" de leds au sol, vous semble réalisable ?
26/11/2009 Vieux  
  68 ans, Brabant Wallon
 
ravi d'avoir aidé.
Sur ce site, ils vendent des alimentations dont le prix est quasi celui d'un kit (qu'il faut quand même savoir faire fonctionner) et dont l'achat, avec les lampes influence, je crois, la garantie à la hausse.
Ceci dit, pour la cloison de cuisine, pourquoi pas une (ou plusieurs) guirlande de Noël? J'y avait pensé pour un éclairage d'escalier, c'est tout fait, en 230V, à un prix assez modique et de nombreuses présentation? Éventuellement montée dans une petite goulotte PVC blanche pour camoufler les fils: ça c'est du bricolage...
26/11/2009 Vieux  
 
  65 ans, Hainaut
  omega.067 est connecté maintenant
Citation:
Posté par AlphaDelta Voir le message
Plus simple : mettre un stabilisateur 220V (comme pour protéger les PC) pour alimenter les lignes d'éclairage par leds. Comme ça, le jour où il y a une coupure sur le réseau, il restera les leds en éclairage de secours...

Mais pourquoi faire simple ?
bonjour
attention, AD, un stabilisateur ne comporte pas de batterie, ce que tu décris, c'est une alimentation no-break, appelée aussi UPS, et qui contient un onduleur, c'est pas tout à fait le même "bidule"
un stabilisateur, en cas de coupure réseau, se coupe instantanément, alors qu'un UPS, maintient la tension de sortie, tant que sa batterie interne fourni l'énergie nécessaire
michel
26/11/2009 Vieux  
  68 ans, Brabant Wallon
 
pour la ligne au sol, je préfère dire non.
Pourquoi?
1°) parce qu'il faut savoir dire non, surtout face aux gens qui foisonnent d'idées...
2°) parce que cela doit être étanche, démontable, mais néanmoins esthétique, sans danger électrique ou mécanique, etc...
Bref, je dirais: les murs oui, le sol non, surtout en carrelage dont ce genre d'hétérogénéité risque de compromettre la tenue au bout de quelque temps.
C'est naturellement ce que je pense, libre à vous (enfin votre metteur en œuvre) de nous épater.
26/11/2009 Vieux  
 
  57 ans, Hainaut
 
Oui, omega.067, merci pour la rectification et la précision, suis allé un peu vite, l'appel de la soupe...

Une idée des coûts des composants :
- alimentation stabilisée (3-6-9-12V) 1,2A 19,95€ (sécurité)
- clip de montage pour led 5mm 0,10€ (démontable)
- led cylindrique 5mm blanche 1,50€ (pose en affleurement)
- potentiomètre rotatif pour châssis 1,20€ (luminosité réglable)
- fil de câblage rigide 0.34mm² 0,30€/m
26/11/2009 Vieux  
MDe
 
  56 ans, Liège
 
Je réponds ici à Paillette4, mais à la suite du message #2, il m'a fallu le temps pour répondre.. puisque je viens de potasser le sujet. Je voulais le faire pour moi-même donc autant que tout le monde en profite. Je crois que ce qui suit est assez pointu mais je crois aussi que les électriciens de métier sauront me suivre ;)

Les LED révolutionnent toute la manière de penser une installation domestique.
Je m'explique.

D'abord on est en DC (continu) et non plus en AC (alternatif 50Hz). L'impact est surtout lié au fait que, si on envisage une habitation avec des circuits LED, alors pour ces circuits ce n'est plus du 230V AC qu'il faut distribuer mais du continu sous une forme que je vais expliciter ci-après Ce sont aussi d'autres articles de la règlementation (RGIE) qui entrent en ligne de compte.

Ensuite, à chaque LED n'apparaît qu'une très basse tension, entre 2.5 et 4 V suivant les modèles. On est loin des 230V supportés par les ampoules à filament et même des 12 ou 24V des ampoules halogènes.

Puis, c'est en série qu'on doit les monter et non pas en parallèle comme on a coutume de le faire avec les lampes à filament style Edison.

Voici, sans entrer dans trop de détails, pourquoi cela doit se monter en série :

En fait, les "LED" (Ligth Emitting Diode") sont connues des électroniciens depuis longtemps et on sait que, contrairement aux lampes ordinaires, ce n'est pas une "tension constante" qu'il leur faut mais un "courant constant". Cela parce qu'on a affaire à une jonction semi-conductrice PN sur laquelle le courant monte très vite au delà d'une certaine tension de seuil de telle sorte qu'on ne sait pas vraiment réguler en tension. Dans ce type d'éclairage, ce n'est donc plus la tension qu'on doit maintenir à une valeur fixe mais le courant !

Et cela, ça change évidemment beaucoup de choses dans la manière de concevoir les circuits.

Typiquement, une LED classique comme on les voit sur les faces avants des appareils électriques (souvent rouges ou vertes) absorbent un courant de 20mA sous une différence de potentiel (qu'elles imposent) qui peut varier entre disons 0.4 et 0.7V. Soit une puissance de l'ordre de 10mW.

Tandis que les nouvelles LED blanches qui peuvent à présent servir pour l'éclairage ont une puissance de 1W, 3W, 4W généralement et une illuminescence qui croit proportionnellement avec le courant.

Typiquement toujours, le courant maximum admissible est de 500 ou 700mA mais le point de fonctionnement habituel est fixé à 350mA. On peut déjà considérer qu'émerge une sorte de standard "de facto" pour un courant d'alimentation de 350mA

On constate cela en passant en revue le catalogue des différents fabricants de LED de puissance, parmi lesquels essentiellement Avago Technologies, CML, Multicomp, OMC, Vishay.

Des firmes comme Osram par exemple utilisent dans leurs produits des LED en provenance de ces fabricants.

Typiquement encore, une LED de 1W va produire un flux lumineux de l'ordre de 60 ou 70 lumen sous 350mA. Si elle est prévue pour le faire, une telle LED peut monter jusqu'à 120 à 140 lumen @ 700mA. Le flux lumineux est linéairement proportionnel au courant.

La tension n'est pas toujours la même d'un fabricant à l'autre, ce qui montre bien que ce n'est pas le paramètre premier à regarder. On trouve de tout : 4.3V chez Multicomp, 3.1V avec celles utilisées chez Osram, 3.6 V chez Optek technology, etc.

La plupart claquent au-dessus de 500mA, certaines tolèrent 700mA.

Ensuite, pour que les LED émettent une lumière blanches, c'est-à-dire qui couvre tout le spectre visible, les fabricants utilisent une nouvelle technologie "InGaN" (Indium Gallium Nitride). Cette technologie est également très prometteuse pour les cellules photovoltaïques selon le principe simple que ce qui peut-être émit peut-être reçu.

Donc tout cela pour dire que ?

Ah oui.. la durée de vie est très longue

Peu de fabricants osent s'avancer mais on peut admettre, au vu de l'une ou l'autre source, que le MTBF ( Mean Time Between Failure) est de l'ordre de 50.000 heures pour les LED de bonne qualité ET lorsqu'elles sont utilisées à 70% de leur maximum. C'est-à-dire 350mA (70% de 500mA = 350mA )

Il faut d'autres conditions pour tenir ce MTBF :
- La température de fonctionnement doit être la plus basse possible. La conception de l'enveloppe (le luminaire ou l'éclairage encastré sol ou mural) est donc important : Refroidissement par contact avec un petit radiateur métallique et circulation d'air.
- Comme on vient de le voir, le point de fonctionnement est important. Si la LED travaille à son courant maximum sa durée de vie sera d'autant plus réduire. Se tenir toujours à 70% du maximum donc (c'est-à-dire 350mA)
- protection/montage : la LED en elle-même n'est sensible ni à l'eau ni à l'oxydation puisque la substrat est encapsulé dans une enveloppe plastique étanche mais le boitier, les connexions, etc. sont sensibles à l'humidité, l'oxydation et autres facteurs dégradants. Ceux-ci doivent donc être conçu avec un soin particulier en rapport avec la durée de vie de la LED elle-même.
- La qualité a un prix

Revenons à présent sur le MTBF.

Dans le cas présenté ici par Paillettes4, soit une cuisine dans laquelle on prévoirait un éclairage LED encastré dans le carrelage, la question est la suivante :

Dans combien de temps cela va-t-il tomber en panne ?

La question est d'autant plus importante que, comme on vient de le voir, les LED doivent être montées en série. Que donc, il suffit qu'une seule LED claque (en circuit ouvert) pour que l'ensemble de l'éclairage cesse de fonctionner.

Et le MTBF global sera d'autant plus faible qu'il y a de LED en série sauf..
.. sauf si on prévoit de mettre en parallèle sur chaque LED une diode Zener en inverse dont la tension d'avalanche est légèrement supérieure à la tension nominale de fonctionnement de la LED, par exemple 4 ou 5V. Auquel cas, si la LED claque (résistance infinie) la Zener prend le relais et permet au courant d'encore circuler dans les autres LED

Ce sont des Zener de "bypass" comme on en trouve aussi dans les panneaux solaires photovoltaïques et pour sensiblement les mêmes raisons (hotspot).

Que donc, à condition de prévoir, dans notre carrelage de cuisine des diodes Zener de bypass, on peut tabler sur un MTBF global égal au MTBF particulier, soit 50.000 heures.

A quoi cela correspond-il ?

Si on considère que cet éclairage est allumé 8 heures/jour (c'est beaucoup), 365 jours/an, cela nous mène à une durée de vie moyenne de 17 ans avant que les premières LED ne commencent à claquer, statistiquement parlant bien entendu.

Il reste alors à apprécier s'il est acceptable de casser le carrelage dans 17 ans pour remplacer la/les LED grillées ?

Peut-être est-ce mieux quand-même de concevoir (ou faire concevoir) un système démontable, même difficilement, mais tel qu'il ne soit pas nécessaire de casser le pavé.

Regardons à présent comment alimenter ce genre de chose.

On commence à trouver dans le commerce ce qu'il faut: A savoir des convertisseurs "Tension-Courant" qui convertissent le 230 V alternatif du réseau en un générateur de courant constant = 350mA. Avec une tension variable bien entendu qui grimpe d'autant plus haut qu'il y a de LED en série.

Exemple, le convertisseur Dawlite WTF-E80350C fournit 350mA dans une plage de tension allant de 10 à 80V.

Supposons que soient utilisées dans LED Avago Technologies - ref ASMT-AY00 (lumière chaude) qui, lorsqu'elles sont à leur point de fonctionnement (350mA), ont une tension de jonction valant 3,5 V.

Partant de là, il est donc facile de voir combien de LED de ce type on peut monter en série sur le convertisseur choisi : Nbr = 80 / 3,5 = 22,8 LED maximum sur 1 convertisseur. On arrondi évidemment à l'unité inférieure : 22 LED.

S'il en faut plus, il suffit alors de placer un second convertisseur et un second "string" de LED. NB: On peut utiliser ici le même jargon que les électriciens poseurs de panneaux photo-voltaïques (ils parlent aussi de "string") Il s'agit d'ailleurs de la même problématique, les panneaux photo-voltaïques, ce sont aussi des diodes

Ensuite, que dit le RGIE dans tout cela ?

A la base, le RGIE classifie les installations selon les tensions. On est ici en "Très basse tension de sécurité" lorsqu'on est inférieur à 120V lisse dans les locaux sec et à condition que le circuit ne soit pas mis à la terre. Le convertisseur tel que ci-dessus fournit un courant lisse (350mA +/- 30mA) donc une tension lisse allant de 10 à 80V.

Que donc toute l'installation (en série) des LED, par exemple ici dans le carrelage, est une installation TBTS avec toutes les règles qui vont avec et qui sont moins strictes que celles en 230V AC.

Quelques références sur le net :

Article Wiki sur la technologie LED en général
Aperçu technologie InGaN - Unif de Berkeley (en anglais)
Convertisseur Dawlite WTF-E80350C
Avago Technologies - LED ASMT-AY00 (lumière chaude)

Dernière modification par MDe 03/03/2010 à 13h02.
26/11/2009 Vieux  
 
  38 ans, Hainaut
 
Merci à tous et en particulier à MDe pour vos réponses !!!!

Bon, j'ose avouer que je n'ai (rien) pas tout compris mais je vais faire lire tout ça à mon mari qui lui comprendra qq chose

Encore 1000 merci !

Ah et tant que j'y suis j'ai oublié de préciser une info de taille il est prévu un chauffage sol .... Possible, pas possible ?
26/11/2009 Vieux  
MDe
 
  56 ans, Liège
 
Possible.
La température des LED allumées est de l'ordre de 65°C. Et elle ne dissipent pas tant de chaleur que cela. La température du chauffage sol sera le plus souvent autour de 30°, peut-être 40. Il y aura donc encore un échange thermique des lampes vers le sol.
C'est quelque-chose à voir avec l'architecte cependant. En tout cas, ce serait déjà bien de songer à mettre les LED là où ne passe pas de spires du chauffage.
26/11/2009 Vieux  
 
  57 ans, Hainaut
 
Nous ne parlons pas des mêmes leds...
2,5V*0,04A=0,1W
Difficile de monter à 65°
26/11/2009 Vieux  
MDe
 
  56 ans, Liège
 
AlphaDelta,
C'est toi qui vient avec des LED de 40mA
Paillettes4 n'a encore fait aucun choix
Rien ne dit en effet qu'elle ne va pas vouloir placer des LED de 350mA (1W) avec un verre opaque devant, par exemple.

Dernière modification par MDe 26/11/2009 à 23h35.
26/11/2009 Vieux  
 
  57 ans, Hainaut
 
OK OK mais si c'est pour encastrer dans le sol :
- il faudra faire un grand trou
- ça va brûler les chaussettes
26/11/2009 Vieux  
MDe
 
  56 ans, Liège
 
Non, je ne le pense pas.
Objectivement, il faut un bon refroidissement au niveau de la LED elle-même.
Mais c'est à étudier, voire tester, j'en conviens.

Ceci dit, tout ce que j'ai raconté reste valable (j'espère), et c'est comme tu dis, un régulateur de courant fait maison, en 40mA, peut faire l'affaire. Sous réserve d'acceptation par l'organisme de contrôle. Comme c'est une nouvelle maison, il va falloir passer par là

Dernière modification par MDe 26/11/2009 à 23h44.
28/11/2009 Vieux  
pef
 
  42 ans, Hainaut
 
Sans oublier qu'une Led malgré qu'elle aient théoriquement une durée de vie très longue risque de "peter", et si tout est encastré il faudra tout casser pour les remplacer.
A méditer non ??

( j'utilise des leds depuis une vingtaine d'année....)
Page 1 sur 2 1 2 Page suivante


A lire également sur BricoZone...
"UBDLV" présente...Le "Feu ouvert d'extérieur" Par geenens2000 dans Divers, +54 14/11/2011
charnières invisibles : "clip on" / "slide on" ? Par pulsar dans Portes, Escalier, Menuiserie, +2 12/08/2009


Forum Electricité : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

Annuaire Pro

Eco Home sprl

Gestionnaire de projet de Construction de maisons individuelles


Ent Chif Eric construction

Entreprise de gros oeuvre, maçonnerie façade, annexe, aménagement extérieur, transformation, etc


illiCO travaux

Un seul interlocuteur pour tous vos devis de travaux de rénovation !


FT Chassis

Spécialiste des châssis PVC, bois et aluminium, portes et volets roulants.

Ajoutez votre société