Terrasse dans zone de construction?

( dans

» Construction » Lois, Règlements, Primes

)
Chercher:    

Terrasse dans zone de construction?

- Page 2
Page 2 sur 2 Page precedente 1 2


30/08/2013 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Je persiste à dire que "rien que des piquets", cela fait amateur, bricoleur du dimanche. Comment prennent-ils les niveaux et définissent-ils le niveau zéro de référence ?
Je viens de faire 2 implantations en deux jours, sur terrain en pente, nous étions chaque fois 6 sur le terrain, de façon à pouvoir réagir immédiatement, si un des paramètres ne correspondait pas à la réalité du terrain. Cela arrive plus souvent qu'on ne le pense. L'égoût n'était pas, dans la pratique, à la profondeur indiquée par la commune. Nous avons dû changer le chemin de l'égouttage et discuté avec le client de la pose d'une pompe de relevage. Il a pu voir le problème, et a immédiatement donné son accord. Autrement, on aurait du entamer des discussions et d'autres visites sur place pour lui montrer le problème et demander son accord, ce qui aurait retardé le tout de 1-2-3 semaines.
Pour une implantation, j'ai toujours vu: le client, le chef de chantier, l'architecte, le terrassier et l'entrepreneur de gros oeuvre. Et on se met d'accord sur tout, l'emplacement de stockage des terres, le pourcentage de terres à évacuer éventuellement, vérification de la hauteur des égoûts en vertu de quoi certaines modifications peuvent parfois encore être apportées dans les canalisations, etc.....)
Ensuite le géomètre (quand c'est nécessaire) vient vérifier le tout et remet son rapport à la commune.
Dire que déplacer 2 personnes, durant 2 heures, c'est trop cher, c'est complètement ridicule.
31/08/2013 Vieux  
 
  68 ans, Hainaut
 
Intègre, ton post ouvre la problématique du contrôle des mesures au cours d'une construction

Pour l'implantation, ce sont les chaises qui font foi.
Je comprends bien la méthode d'implantation des chaises, mais j'ai du mal à percevoir comment on parvient à garder de façon précise les coordonnées qu'elles fournissent, une fois qu'on effectue les fondations, et par après.

Mais après l'implantation*?
D'habitude, je vois des piquets soutenus par des pièces de bois en oblique, au coin des murs, d'où partent les fils qui donnent la hauteur et la position des blocs . J'ai toujours l'impression que c'est un peu aléatoire (c'est comme ça que je le percevrais si je devais placer ces piquets à partir des chaises). A quel moment et comment reprend-on les données fournies par les chaises sur ces piquets*(les chaises sont, au moment où on les place, à hauteur de terrain, la base des piquets souvent beaucoup plus bas, et pas tout près des chaises)?

En corollaire*: y-a-t-il une distance «*conseillée*» entre les chaises et les talus de fondations*? Comment dresse-t-on ce que j'appelle des «*piquets de coin*»*: y-a-t-il plusieurs systèmes*? J'en vois parfois dont je me dis qu'ils ont bougé. Existe-t-il des systèmes plus «*stables*» que d'autres*?
Si on a un radier (ce qui va être mon cas), doit-on utiliser d'autres moyen que ces piquets*?

A quelle fréquence contrôler leur verticalité*? A quelle fréquence contrôler les diagonales*? Le maçon ne va-t-il pas se vexer si on le fait* trop souvent? Mais ne risque-t-on pas des hors plomb si on le fait trop peu*? Je ne vois pas de code de bonne pratique édité à ce sujet, ni d'avis non plus.

Si tu devais dire au maître d'oeuvre lambda quelle doit être son attitude, que préconiserais-tu*?
01/09/2013 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Chammi, je ne sais pas si vous avez déjà assisté à une implantation, mais le rôle des chaises est très important.
On délimite d'abord l'emplacement exact de la maison avec des piquets métaliques (barres à béton) par rapport aux bornes, aux limite mitoyennes, etc....
On les relie par des ficelles (jaune fluo, c'est très visible et prévu pour cela).
Ensuite, aux angles du futur bâtiment, on définit la zone de recul nécessaire pour ne pas faire bouger les piquets lors du terrassement .
Les chaises se placent hors de la zone de terrassement, à 1m-1.5m, cela dépend de la profondeur du terrassement. Elle doivent être en dehors de la zone où la terre pourrait s'ébouler ou bouger lors du terrassement.
On place en général 3 piquets à chaque angle de la maison, et ces piquets sont reliés par des planches parfaitement horizontales, controlées au niveau à bulle.
On commence par le coin le plus du terrassement, afin de ne pas avoir de surprise.
Quand toute ces planches sont placées, on reporte au moyen des ficelles les limites du futur bâtiment, et on plante des clous/vis au endroits adéquats et on les relie par des ficelles en veillant à ce que les croisements des ficelles soit à l'emplacement exact des piquets métalliques plantés antérieurement, et on fait les petites corrections nécessaires, et ensuite pour s'assurer de la quadrature du bâtiment, on prend les diagonales, qui doivent être identiques pour les deux axes médians. La majeure partie du travail est ainsi faite et ensuite on définit un niveau de référence sur une objet dont on est certain qu'il ne bougera pas et ne sera en aucun cas déplacé, une taque d'égout, un poteau électrique une clôture en béton. On définira ainsi le point zéro de tout calcul en hauteur, pour une taque d'égout on dira que le niveau zéro est à 100 ou 150 cm de hauteur par rapport à cette taque.
On définira la hauteur du niveau de référence (sur les chaises) par rapport au point zéro. Et sur les plans d'exécution, tous les niveaux seront reportés par rapport au point zéro. Tout cela se fait à l'aide de laser et nécessite la présence de divers corps de métier: architecte, terrassier, maçons, coordinateur ou chef de chantier, et le client. De plus en plus des géomètres mandatés par la commune viennent ensuite vérifier l'implantation avant de donner le feu vert pour démarrer la construction.
Donc Chammi pour répondre à une de tes questions, ce ne sont pas les piquets qui sont placés en fonction de l'emplacement des chaises, mais bien l'inverse.
Et crois moi, il y a intérêt à être précis actuellement.

Dernière modification par intègre 01/09/2013 à 12h05.
01/09/2013 Vieux  
 
  68 ans, Hainaut
 
Intègre, merci pour ta réponse.
Il y a donc intérêt à prendre un demi, voire un jour de congé pour toutes ces mesures.

1) L'autre partie de mes questions portait sur l'interventionnisme éventuel du maître d'oeuvre en cours de chantier : qu'est-ce qui est acceptable/supportable pour les corps de métier? Trop peu on laisse tout passer et l'entrepreneur a l'impression qu'on se moque de son travail, trop on les irrite. Quelle est la bonne cadence de passage sur chantier pour le maître d'oeuvre, à ton sens (que souhaites-tu comme client idéal, en face de toi)? Et faut-il garder cette cadence pour tous les corps de métier ? Perso, je compte passer tous les deux jours (voire tous les jours lors de certains gestes comme la dalle, la pose des évacuations, les planchers, etc...).
Y-a-t-il des gestes appréciés par les corps de métier (type soupe chaude, café, que sais-je?). Ou est-ce inutile ? Je n'ai jamais vécu un chantier, et j'essaie d'imaginer ce qui peut arrondir les angles, face aux inévitables contretemps qui génèrent des petites tensions, tout aussi inévitables.

2) Je compte, pour toutes les interventions directes que j'aurai avec l'entrepreneur, m'en référer d'abord à l'architecte : pas de prise de décision unilatérale. Mais mon architecte ne passera qu'épisodiquement sur le chantier, je le sais. Je prendrai des photos pour lui demander son avis, régulièrement. Est-ce une méthode acceptable pour compenser la faible fréquence éventuelle des réunions de chantier ?
01/09/2013 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Soyez naturel, faites comme votre bon sens vous le dit. Respectez les ouvriers, leur travail est dur et parfois ingrat.
Commencez par dire bonjour à tout le monde. Certains, dont des architects ne disent pas bonjour, ou uniquement au patron. C'est blessant pour l'ouvrier. Tout le monde a droit au respect, même le manoeuvre, sans lui, les autres ne tiennent pas la cadence.
Passer tous les jours n'est pas forcément une bonne idée, ils vont se sentir "surveillés" et personne n'aime cela dans son travail.

Oui, en hiver (peut être) une soupe chaude, en été quelques bouteilles de soda (aucune boisson alcoolisée svp).

Si tout va bien ne vous mêlez de rien. Si il y a un chef/conducteur de chantier, évitez de faire des remarques aux ouvriers, eux suivent les directives qu'on leur donne, adressez vous au chef de chantier, à l'architecte,
Chaque cas est différent, il est difficile de donner une réponse standard.
Eventuellement posez leur quelques questions sur leur travail, pour montrer que vous vous intéressez à ce qu'ils font pour vous. Si il y a le moindre soucis, essayez d'adoucir les angles, comme vous le dites si bien.
Admettre que tout le monde peut faire une petite erreur et leur suggérer de la corriger (si ils savent) sans appeler directement l'architecte.
Soyez simplement humain, il font leur boulot et il n'est pas facile. Maintenant si vous constatez que ce sont des barakis (ça arrive malheureusement dans certaines boîtes où prend les moins chers des moins chers), prévenez le chef de chantier, l'architecte , la csp, et réagissez, par le dessus de la hiérarchie.

Pour la question de l'implantation, oui je vous conseille d'être sur place, vous ferez, normalement, connaissance avec les premières équipes qui vont intervenir sur le chantier, et quand vous passerez, ils vous reconnaîtront, et apprécieront que vous vous intéressez à votre chantier et surtout à LEUR travail.

Votre architecte passe quand même une ou deux fois par semaine, ou le chef de chantier qui devrait passer au moins 2 fois/semaine??
Une éventuelle erreur est plus facile à corriger si elle est vue suffisamment tôt.

Dernière modification par intègre 01/09/2013 à 18h55. Motif: arrive malheureusement
02/09/2013 Vieux  
 
  41 ans, Hainaut
 
Bonjour,

Vous pouvez passer tous les jours sur le chantier mais alterner visite la journée et viste le soir. Comme cela, vous surveillez le chantier tous les jours mais sans trop surveiller l'équipe. Le soir, vous pouvez mesurer les dimensions, vérifier les niveaux, les matériaux utilisés sans offusquer les ouvriers. Profiter de la journée pour discuter avec les corps de métier, poser les questions et relever les problèmes que vous auriez repéré le soir...
02/09/2013 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Excellente suggestion, mais tout dépend aussi de ou des équipes (entrepreneurs/architecte/chef de chantier) qui est à votre disposition.

Attention un chantier est dangereux tout seul, et en principe interdit à toute personne non autorisée, et non équipée des équipements de protection individuels.
C'est à vos risques.
02/09/2013 Vieux  
 
  28 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Frans001 Voir le message
Bonjour,

Vous pouvez passer tous les jours sur le chantier mais alterner visite la journée et viste le soir. Comme cela, vous surveillez le chantier tous les jours mais sans trop surveiller l'équipe. Le soir, vous pouvez mesurer les dimensions, vérifier les niveaux, les matériaux utilisés sans offusquer les ouvriers. Profiter de la journée pour discuter avec les corps de métier, poser les questions et relever les problèmes que vous auriez repéré le soir...
Je n'avais pas osé le proposer. C'est ce que je fais pour ma part. Je passe après journée et le vendredi ayant fini plus tôt, j'ai généralement l'occasion d'arrivée 15 minutes avant qu'ils ne partent et le temps de discuter avec le chef des maçons. Ca permets de se faire expliquer les choses et d'être plus serein.

Pour ce qui est d'amener un truc sur le chantier, je dois avouer que j'ai longuement hésité avant d'amener un casier de Jup' de peur qu'ils pensent que je les prenne pour des alcooliques. Au final, je l'ai fait et j'ai eu cette impression préméditée. Si c'était à refaire j'amènerais des bouteilles de soda comme préconisé par intègre. La preuve est que le casier de vidange ne se remplit pas beaucoup...
Page 2 sur 2 Page precedente 1 2


A lire également sur BricoZone...
Construction en zone agricole Par Rubis dans Lois, Règlements, Primes, +5 14/10/2013
Construction serre pro en zone verte Par Lapilux dans Lois, Règlements, Primes, +4 01/01/2012
Construction terrain situé partiellement en zone verte Par Val456 dans Construction, +10 11/05/2011
Construction à vendre en zone agricole. Par Muroc dans Divers, +20 08/05/2011
reconverSION D'UNE ZONE FORESTIERE EN ZONE AGRICOLE OU DE LOISIR Par THOMAS222 dans Lois, Règlements, Primes, +15 04/02/2011


Forum Lois, Règlements, Primes : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

PH

Annuaire Pro

Maisons Baijot

Entreprise générale de construction Maison basse énergie Construction traditionnelle de qualit


SIBOMAT sa

Leader de la construction à ossature bois en Belgique depuis plus de 30 ans.


AlarmeMaison.biz

Pour nous la sécurité de votre maison n'est pas un vain mot.. Alarmes en KIT de bricolage!!


SUNNYHEAT by FOXeco

Chauffage infrarouge longues ondes. Le système le + économique, écologique & et sain au monde !

Ajoutez votre société