Projection Polyuréthane - Pas de sous-toiture, super prix

( dans

» Construction » Rénover

)
Chercher:    

Projection Polyuréthane - Pas de sous-toiture, super prix

- Page 4
Page 4 sur 4 Première page - Résultats 1 à 20 sur 69 Page precedente 23 4


08/09/2015 Vieux  
  31 ans, Luxembourg
 
On ne peut pas contester qu'on ne peut extraire de la planète une infinité de ressources. Il est donc opportun de se poser le plus souvent possible la question "Puis je obtenir un résultat équivalent avec moins de ressources ?" ou encore "Est ce que je fais un bon usage des ressources ?"

Celui qui répond oui à la 1ère et non à la seconde à tous les coups est probablement aveuglément guidé par des forces obscures...

Un bon exemple pour lequel on peut rationnellement répondre non à la seconde question c'est l'essence que l'on met dans nos bagnoles. Le pétrole est un produit de très haute qualité. Le cramer dans un moteur de bagnole, c'est tout sauf un bon usage des ressources.

Vous semblez attaché aux faits, aux chiffres, aux normes ... c'est mon cas aussi. J'aime prendre des décisions rationnelles basées sur des faits objectifs. Et malgré tout j'ai estimé que je pouvais avoir un résultat équivalent (critère économique compris) avec des isolants nécessitant moins de ressources.
08/09/2015 Vieux  
 
  61 ans, Autre pays
 
Citation:
Posté par donald82 Voir le message
C'est vrai qu'il y a 30-40 ans, l'amiante était considéré comme un très bon matériau...
Juste pour répondre un peu au titre du post, j'ai mis du PUR projeté en toiture et je ne le regrette que pour 1 chose: c'est un isolant léger donc il isole mal du bruit extérieur contrairement à la laine de bois par exemple.
Je n'ai pas plus chaud en été qu'un ami qui a mis de la laine de verre (c'est même pire chez lui je dirai mais bon, pas la même maison donc difficile de comparer).
Par contre je conseille fortement une sous toiture car si il faut remplacer les tuiles, ça va poser problème.
L'amiante, comme tout ce qui est fibreux d'une taille qui se plante dans les poumons, et comme toute poussière de certaines tailles, devait être suspect à la réflexion de tout technicien qui réfléchit. Les fibres minérales comme de verre et de roche ont des dimensions proches de celles de l'amiante, et sont suspectes à mes yeux, et des travaux menés par le CNRS analysent très bien comment les industriels jouent avec le gouvernement pour éviter de reconnaitre les dangers: une étude montre les points communs entre l'histoire de l'asbeste, celle du tabac, décalée d'une vingtaine d'années, et celle qui pourrait venir pour les fibres de verre/roche. Intéressant et loin d'être certain, cela donne des méthodes pour dépister les dangers. Il y en avait, intrinsèquement dans la ouate de cellulose, ne fut-ce que par le manque total de traçage amont des premiers fournisseurs.

La plupart des grosses boites de chimie sont en permanence terrifiées à l'idée qu'une telle toxicité apparaisse sur un de leurs produits, provocant instantanément une chute du cours de l'action. Les petits fabricants n'ont pas cette inquiétude, n'ont pas tout le monde qui les suspecte en permanence...

Et il en résulte que la plus grande cause de mortalité au travail est, devinez où, dans l'industrie du gentil bois bien vert et bien naturel, d'ou les campagnes du gouvernement français pour enseigner aux menuisiers de se protéger de la poussière de bois. Et je passe le fait qu'à cause de la relative dégradabilité du bois, on soit tenté d'y balancer des produits préservants qui se divisent en toxiques avérés et "verts" càd très récents et bénéficiant de la naïveté du public. Dangereuse situation comme celle des sels de bore dans la super-gentille-et-douce-ouate de cellulose.

Donc, le bois gentil et le méchant "plastique", "issu du pétrole", poussé par "les lobbies pétroliers", etc, c'est le Oui-oui-bisounours de la plupart de ceux manipulés par les média, et ils sont une guerre en retard car le monde change... et tant que le public est trompé à être vert, il n'est toujours pas capable d'analyser la réalité plus complexe et pas capable de faire les choix qui lui conviennent.

Pour en revenir à la mousse PUR - sujet que je maitrise et donc j'informe - son effet acoustique dépend de divers autres critères que sa "légèreté" (je suppose que vous vouliez dire "densité"), notamment où, comment et avec quoi d'autre il est placé.

Pour en revenir aux tuiles et sous-toiture, je déconseille très fortement de mousser sous les tuiles et sous toute couverture poreuse ou à joints de ce genre. La tuile (et ardoises, laizes, etc.) ont l'extraordinaire propriété de faire ressortir la goutte d'eau qui serait arrivée sur sa face inférieure: elle va couler le long de cette face, et ressortir par au-dessus de la tuile suivante.

Quand elles vieillissent, une part de l'efficacité des tuiles tient à cette spécificité. Si on les mousse, ou si on met quelque chose contre la face inférieure, elles perdent cette spécificité, et la goutte qui aurait été en partie absorbée sur la porosité inférieure, et menée à l'extérieur, va passer par le premier espace possible dans la mousse, et en tomber dans la maison.

Enfin, comme les tuiles sont, ou deviennent, poreuses, il faut leur laisser une aération inférieure pour qu'elles puissent sécher. (env. 2 cm). Si elles ne sèchent pas et gèlent, le gel va les éclater progressivement et donc raccourcir leur vie utile.
On peut mousser sur un matériau tendu entre les chevrons de telle manière que l'aération des tuiles soit conservée.
08/09/2015 Vieux  
 
  61 ans, Autre pays
 
Citation:
Posté par Thorgard Voir le message
On ne peut pas contester qu'on ne peut extraire de la planète une infinité de ressources. Il est donc opportun de se poser le plus souvent possible la question "Puis je obtenir un résultat équivalent avec moins de ressources ?" ou encore "Est ce que je fais un bon usage des ressources ?"

Celui qui répond oui à la 1ère et non à la seconde à tous les coups est probablement aveuglément guidé par des forces obscures...

Un bon exemple pour lequel on peut rationnellement répondre non à la seconde question c'est l'essence que l'on met dans nos bagnoles. Le pétrole est un produit de très haute qualité. Le cramer dans un moteur de bagnole, c'est tout sauf un bon usage des ressources.

Vous semblez attaché aux faits, aux chiffres, aux normes ... c'est mon cas aussi. J'aime prendre des décisions rationnelles basées sur des faits objectifs. Et malgré tout j'ai estimé que je pouvais avoir un résultat équivalent (critère économique compris) avec des isolants nécessitant moins de ressources.
Moins de ressources et plus de ressources... Dans notre monde, on peut valablement estimer que tout dépend du pétrole, y inclus la laine de mouton, car tout ce qui est autour, sauf exception, dépend du pétrole: le tracteur, la tondeuse, la culture du pré, le vétérinaire, les haies et clotures, la cardeuse à laine, le camion qui la livre au chantier, et tout le reste du chantier, soit 90% au moins du prix de la maison. Sans pétrole, notre monde revient à la productivité et pouvoir d'achat moyen des années 1950, et si vous voulez un équilibre entre l'utilisation et le renouvellement (avec le pétrole) on est dans les années 1965. Donc, l'énergie grise des matériaux de construction, pour une maison dont vous me ferez sans doute le plaisir d'admettre qu'elle devrait tenir 100 ans*, c'est un demi quart de détail dans le monde qui l'environne.

Secondement, on parle toujours d'énergie grise de construction, mais jamais de la maintenance de cette construction. Et plus les matériaux sont ..disons..verts, et perçus comme écolos, plus ils sont sensibles à la vie et biodégradables. Et pour une maison, je pense qu'ils doivent pas se dégrader justement. J'entends des écolos insister pour que les maisons soient biodégradables, mais c'est presque le contraire de la définition d'une maison. Je les entend même argumenter que de toutes façons, on vit différemment, et que y'a pas de raisons que les maisons ne soient pas remplacées tous les 30 ans. On croit entendre un fabricant d'obsolescence programmée! Et il faudrait leur demander où ils ont lu leur définition de "durable".

Jusqu'à preuve du contraire, la plupart des gens veulent voir en leur maison de la stabilité à tous points de vue, le lieu ou ils élèveront leurs enfants, de la pérennité, un lieu pour leurs vieux jours, un bien à laisser à leurs enfants, etc.

Et si on regarde sur 100 ans, je crains que la plupart des matières actuelles vendues comme isolants sont légers, souvent poreux, propices à l'intrusion d'air, d'eau, de vermines, d'animaux, de cui-cui en recherche de matériaux pour leurs nids. Ils sont pas auto-portants et donc nécessitent des structures non-isolantes pour les contenir, ce qui crée des ponts thermiques et des joints, points de départ de condensations, tensions et d'infiltrations. Un ingénieur dira qu'ils ne remplissent pas leur fonction d'une manière homogène, et amènent leur lot de problèmes. Une maison moyenne isolée en panneaux en 2 couches croisées comporte environ 2 km de joints. Et on les couvre avec ... du scotch tape. Vous y croyez, vous, au scotch tape pendant 100 ans?

De plus, non-autoportants, ils ont tendance à s'affaisser, donc perdre leur pouvoir isolant et augmenter les défauts ci-avant. Je vais même pas décrire ceux que j'ai vu après X années, mais cela vaut la peine de se poser la question. Tout comme les isolants synthétiques cellulaires les plus légers d'ailleurs: si peu denses qu'ils ont de la peine à conserver leur tenue dans le temps.

Je doute de la tenue sur 100 ans des matériaux légers biodégradables dans la plupart des climats tempérés. Ils se recycleront d'eux-même, peut-être trop tôt, en disparaissant, pourrissant, s'éparpillant, etc. Et les espaces dans lesquels ils sont repris, les caissons de bois assemblés avec des clous d'acier zingué, je commence à en avoir vu beaucoup, rouillés, rongés, voire disparus.

Au contraire je trouve intéressant de pouvoir recycler volontairement, lors de la démolition de la maison, mais surtout pas à cause de la pluie, l'humidité, le temps, les rongeurs, etc.

Enfin, la ouate de cellulose et certaines fibre de bois, pour les fabriquer on récupère des boues papetières, et il reste de la lignine, qu'il faut éliminer et cela coute. Sauf si on la recycle en matière première pour la mousse de PUR... C'est pas si simple de dire ce qui est gris, naturel, synthétique, etc. Et certains matériaux synthétiques sont entièrement recyclables.

Des maisons dont les performances sont tenues par du scotch-tape... Effarant. Je n'arrive même pas a me rappeler d'un produit technique ou industriel dont la vie est reconnue courte et qui soit partiellement assemblé avec du scotch-tape ou l'équivalent. Alors sur 100 ans, avouez que c'est du foutage de gueule.

Donc, l'énergie grise pour défaire et refaire l'isolation (et étanchéité et.. etc.) dans 30 ou 50 ans, quand il y aura plus de pétrole, et que les énergies couteront peut-être 2 ou 5 fois plus, et que donc tout coutera X fois plus, qui peut nous assurer la faisabilité? J'aime mieux faire bien maintenant, en choisissant des matériaux sur lesquels j'ai plus de 50 ans de visibilité et pas de défauts quant à leur usage. Et pas de suspicion toxicité.
08/09/2015 Vieux  
 
  46 ans, Hainaut
 
Quand je vois la tête du polyuréthanne exposé au soleil et à la chaleur, mettre cela en toiture, où il reste toujours des fentes et le soleil peut à un moment de la journée peut passer, je me pose des questions...
Je ne parle même pas de ce qui peut se passer en cas d'incendie...j'espère que les gens disposent d'un masque à gaz...
Quant à l'énergie grise....faut pas trop dire que c'est de loin l'isolant qui en consomme le plus...
Le PUR c'est très bien pour l'isolation des sols....pour le reste...il y a mieux, bcq mieux.
08/09/2015 Vieux  
 
  61 ans, Autre pays
 
Citation:
Posté par lepasserelle Voir le message
Quand je vois la tête du polyuréthanne exposé au soleil et à la chaleur, mettre cela en toiture, où il reste toujours des fentes et le soleil peut à un moment de la journée peut passer, je me pose des questions...
Je ne parle même pas de ce qui peut se passer en cas d'incendie...j'espère que les gens disposent d'un masque à gaz...
Quant à l'énergie grise....faut pas trop dire que c'est de loin l'isolant qui en consomme le plus...
Le PUR c'est très bien pour l'isolation des sols....pour le reste...il y a mieux, bcq mieux.
La tête du polyuréthane... de quel PU parlez-vous? Quelles spécifications? Quel usage? Il y a sans doute plus de 500 usages courants du PU, et vous les mettez tous dans le même sac. Vos semelles sont en PU, elles fondent au soleil? Les planches de surf sont en PU, le cockpit du Solar Impulse est en PU, la peinture de votre voiture est en PU, ainsi que pratiquement tous les trains, bateaux, structures et meubles métalliques, etc. Les montgolfières sont en PU, les maillots de bain haut de gamme, les mastics haut de gamme en toiture sont en PU, les mastics d'étanchéité des coques de bateau, les roulettes de transpalette sont en PU, tout votre tableau de bord, votre volant, les garnitures intérieures et 20% du poids de votre voiture est en PU (les bonnes allemandes, pas les Volga soviétiques), les vernis des hors-bords de luxe sont en PU, l'isolation de votre boiler bien exposé à la chaleur est en PU, tous les matelas en latex sont en PU (sauf si mention "naturel"), les pansements qu'on peut garder une semaine sont en PU, la plupart des tentes, vêtements d'alpinisme, canots gonflables, équipements de survie, les barrières anti-pollution sont en PU, les revêtement de sol d'althétisme en plein air sont en PU, les couches d'étanchéité sur ouvrages de génie civil sont en PU, pratiquement tous les frigos, chambres froides et containers frigo sont isolés en mousse PU et supportent tant le froid que la chaleur solaire sous les tropiques, la moitié des toits des ex-GB devenus Carrefour sont en PU, les membranes des pompes cardiaques sont en PU (pas d'allergie), les réservoirs d'eau potable et chateaux d'eau sont refaits en PU, enfin, il est probable que les élastiques de votre caleçon, bretelles et ceinture soient en PU, et sans le savoir vous perdriez votre pantalon si le PU disparaissait.

Un matériau se définit par les valeurs de ses caractéristiques physiques. Si on ne maitrise pas cela, évidemment, il reste que le nom pour en parler, c'est fort limitatif.

On peut aller visiter des toitures (bien faites) qui ont 33 ans, des murs à nu, visibles de la rue, qui ont 36 ans. En incendie, informez-vous, vous pouvez évidemment spécifier des mousses qui brûlent, et aussi des mousses de PUR ininflammables, et même des mousses avec lesquelles on a protégé du feu (RF 4H, résistance au feu 4 heures, ce que ni le béton, ni l'acier, ni le plâtre, ni... ne sont capables de faire). Et j'ai vu 2 incendies d'usines dans ma vie, et la seule chose qui restait debout, carbonisé sur qqs millimètres d'épaisseur et comme neuf sous 2cm d'épaisseur, c'était les parties faites en mousse de PUR.

Si vous le spécifiez, vous pouvez l'avoir. Pour cela il faut savoir expliquer ce qu'on veut, le spécifier sous forme de caractéristiques physiques, et pour l'obtenir, faut s'informer par des documents engageants contractuellement l'exécutant. Et surtout pas croire que il y a des matériaux "bons" et mauvais", ce qui ne veut absolument rien dire, sinon bluffer les naïfs.

Quand au masque à gaz, quasiment tout ce qui brûle dégage des fumées toxiques, et ce qui brule peu (la mousse ininflammable par ex.) ne dégage pratiquement pas de fumée, elle est blanche transparente (càd qu'on ne meurt pas désorienté, la première cause des morts dans un incendie violent), et si vous le voulez je vous copie les test les plus durs passés ainsi, le ASTM 84 Tunnel Test et ses résultats qui détaillent cela, passé aux USA en 1989 (en MP, suis pas là pour faire de la pub).

En passant, un pull en laine vierge qui brûle, cela dégage des acides cyanhydriques, et bien plus (par kg) que n'importe quelle mousse... Parlez-moi encore des gentils moutons...

L'énergie grise d'un produit dont le rôle et d'économiser l'énergie pendant 100 ans, et qui la regagnera en 1 an ou 3 ans, c'est négligeable par rapport au résultat sur 100 ans. D'autant plus qu'il y a bcp de produits isolants dont il semble clair qu'ils atteindront pas 50 voire 30 ans.

La mousse sur les sols dites-vous. Marrant, quand on a commencé à faire cela en '85, les gens disaient le contraire: sur les toits oui, mais surement pas sur les sols. Blablabla... Maintenant qu'on ne fait plus que cela, pour diverses bonnes raisons (et malgré des loupés du au manque de rigueur de certains applicateurs et donc à la "malchance" qui n'arrive qu'à ceux-là), c'est facile de dire que c'est bon et normal.

Et comme je le soulignais ailleurs, la première cause de mortalité professionnelle en France c'est la filière du bois: cancer du larynx et de la gorge. Pas parce que le bois est méchant ou autres naïves conneries, mais parce que les menuisiers et ouvriers sont mal informés des dangers de la poussière de bois.

Vous semblez malheureusement avoir été mal informé, et donc sujet à des impressions basées sur des on-dit. Demandez les fiches techniques, les tests et les spécifications exactes et vous ne serez plus manipulé par des vendeurs de boniments qui flattent votre manque d'info, et en profitent.

Dernière modification par nebunu 08/09/2015 à 23h23.
08/09/2015 Vieux  
 
  46 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par nebunu Voir le message
Et comme je le soulignais ailleurs, la première cause de mortalité professionnelle en France c'est la filière du bois: cancer du larynx et de la gorge. Pas parce que le bois est méchant ou autres naïves conneries, mais parce que les menuisiers et ouvriers sont mal informés des dangers de la poussière de bois.
.
A peu près toutes les poussières (poudres fines) sont suspectées de provoquer des maladies, c'est la raison pour laquelle on met des seuils de concentration maximale d'exposition sur toutes les fiches de sécurité à présent.
Maintenant je ne vois pas le rapport entre le développement de cancer à cause de poussières de bois et l'isolant à base de produits d'origines 'naturelles'.
Je serai curieux de connaître l'espérance de vie du gars qui projette du PUR à longueur de journée, qui ne met pas son masque correctement (vu)...
Faire du green-washing sur le PUR comme vous le faites, c'est presque le discréditer. Ce matériau a certes des avantages, mais il a pas mal d'inconvénients. Il y a très peu de recyclage dans la filière du PUR, par contre des matériaux comme la cellulose sont essentiellement issus de la filière de recyclage, donc si ce n'était pas utilisé comme isolant, ça servirait comme combustible.
Et dans 100 ans de la cellulose injectée à la bonne pression n'aura pas bougé, et aucun rongeur ne sera venu y faire son nid s'il y a une barrière anti-rongeur. Mais personnellement, dans 100 ans je ne serai plus la pour le vérifier...
Moralité, quel que soit l'isolant, c'est la mise en oeuvre qui est le plus important.
08/09/2015 Vieux  
  31 ans, Luxembourg
 
C'est tout à fait irréaliste de penser que le temps de résidence moyen d'un matériau dans le bâtiment est de 100 ans. C'est vrai pour le porteur et c'est tout. Dans 30-40-50 ans les suivants arracheront vigoureusement les isolants qu'on place aujourd'hui et ce quelque soit leur état à ce moment. Qu'ils soient en parfait état, complétement tassé, tout bouffé ou totalement moisi, cela n'y changera rien. Ils ne correspondront simplement plus aux standards de l'époque. Les isolants qu'on laissera en place 100 ans constitue une très faible minorité de bâtiment.

Enfin on ne peut pas vous reprocher de ne pas avoir essayé de bien nous informer

Ne soit pas pessimiste lepasserelle, je m'informe à fond et j'ai lu sur un blog que la cellulose avait la propriété de rendre immortels ceux qui l'utilisent

Dernière modification par Thorgard 08/09/2015 à 23h58.
09/09/2015 Vieux  
 
  61 ans, Autre pays
 
Citation:
Posté par lepasserelle Voir le message
A peu près toutes les poussières (poudres fines) sont suspectées de provoquer des maladies, c'est la raison pour laquelle on met des seuils de concentration maximale d'exposition sur toutes les fiches de sécurité à présent.
Maintenant je ne vois pas le rapport entre le développement de cancer à cause de poussières de bois et l'isolant à base de produits d'origines 'naturelles'.
Je serai curieux de connaître l'espérance de vie du gars qui projette du PUR à longueur de journée, qui ne met pas son masque correctement (vu)...
Faire du green-washing sur le PUR comme vous le faites, c'est presque le discréditer. Ce matériau a certes des avantages, mais il a pas mal d'inconvénients. Il y a très peu de recyclage dans la filière du PUR, par contre des matériaux comme la cellulose sont essentiellement issus de la filière de recyclage, donc si ce n'était pas utilisé comme isolant, ça servirait comme combustible.
Et dans 100 ans de la cellulose injectée à la bonne pression n'aura pas bougé, et aucun rongeur ne sera venu y faire son nid s'il y a une barrière anti-rongeur. Mais personnellement, dans 100 ans je ne serai plus la pour le vérifier...
Moralité, quel que soit l'isolant, c'est la mise en oeuvre qui est le plus important.


le rapport avec les poussières de bois est que c'est l'info et la méthode qui mène à obtenir un résultat conforme au projet. Et que manquer l'un ou l'autre mêne à des emmerdements. Les morts du cancer en question n'avaient pas voulu cela, mais ils n'avaient pas d'approche méthodique ressouces/résultat. C'est ..dommage.

Je ne fais surement pas du green-washing, je vous informe des nuances que vous ne connaissez pas. Pourquoi me soupçonner? Pour ne pas argumenter?

Et j'insiste lourdement sur les analogies, car mes interlocuteurs sont malheureusement lourdement influencés par la désinformation basée sur des images véhiculées par l'ignorance des répéteurs de n'importe quoi. Et malheureusement, fort habituellement dans le bâtiment, tout le monde a son avis mais quasiment personne ne maitrise, et ne sait reconstituer des relations physiques pour faire un bâtiment correct.

Quasiment tout le monde, architectes inclus, est incapable de citer les propriétés des 30 principaux matériaux qu'ils utilisent: comment voulez-vous qu'ils les mettent en place logiquement. Imaginez la même chose pour un avion, cela ne volerait jamais: quand on veut beaucoup de résultat avec très peu de ressources, il faut maitriser le sujet. Et cela c'est un vrai discours de démarche "durable". Ceux qui ne maitrisent pas sont simplement incapables de justifier des choix pertinents à des paramètres spécifiques.

C'est valable partout, dans tous les activités, mais dans le bâtiment, le concept même semble révolutionnaire de mesurer après exécution, ou d'avoir une obligation de résultat mesuré.

Et je me demande sur quelles données vous vous appuyez pour affirmer que dans 50 ans on démontera les isolations? Cela me semble plein d'à-prioris:

- vision de pays riche: je vois mal des personnes qui ont mis 25 ans à payer leur maison se faire le caprice d'en démonter un des éléments fonctionnels les plus déterminants,

- vision de construction par empilement de brols trouvés dans les environs, au lieu d'être conçue par une analyse des besoins et la recherche de la meilleure réponse suivant des critères convenus: une maison conçue suivant les besoins réels, satisfaisant ces besoins économiquement en ressources, par ex. une maison passive, devrait couter 30% moins cher, peser 20 fois moins, qu'une maison de pierres (briques, blocs, bidules, servant presque à rien dans les gratifications qu'offre une maison, et dont le poids vient de la tradition de solidité par l'inertie de l'empilement vertical). Qui vous dit qu'une maison est une maison romaine (pour l'essentiel, on a rien innové depuis) en briques recouverte d'un isolant. Pourquoi pas un isolant constituant le principal et l'essentiel du mur?

- vison d'empilement de grosses couches... Et retirer ce qui sert à rien, on peut?

- vision consumériste: vendre les caprices de tout changer tout le temps, c'est la iMaison 6S ? La plupart des gens, et à fortiori hors des 15 pays riches, n'on rien à faire des visions des planificateurs de consommation, et souhaitent de la sérénité, un lieu, de la pérennité..

- vision écolo, prosélytes, profs d'école et Kapo communistes: on sait ce qui est bon pour les gens et la fin justifie les moyens: on va imposer notre vision. Totalement pervers: rien n'est moins sur que la fin, personne ne connait le futur, et tout le monde se plante abondamment dans toute les directions. Justifier les actions par une "fin" totalement hypothétique, c'est se mettre en situation factuelle de mensonge. C'est le discours de tous les pouvoirs pour envoyer les gens faire ce qu'ils ne veulent pas faire, vivre ou mourir autrement qu'il le conçoivent pour eux et leurs proches.

- pourquoi démonter / détruire ce qui marcherait bien? La prochaine maison proto sera sans chauffage et sans "production active" (un autre semi-leurre techno inaccessible à 80 de nos co-planéteurs). Pourquoi démolir ce qui marche sans ressources?

- une maison bien conçue, très agréable à vivre, remplissant bien les désirs des habitants,

Je trouve cette vision bizarre et à l'opposé de ce que la plupart des gens expriment.


Energie grise, en employer moins. OK, bénéfique. Mais alors pourquoi accepter à priori qu'une maison passive coute plus cher qu'une maison passable? Plus cher signifie presque à tous les coups "plus de ressources" et plus d'énergie grise. Pourquoi l'admettre pour améliorer en faisant passif, et pas l'accepter en faisant passif endurant dans le temps?


"il y a très peu de recyclages dans la filière du PUR". On peut le recycler à 100%. Si on veut. Que on ne le fasse pas, c'est inepte. Mais que on utilise pas de la cellulose recyclable en ouate de cellulose, cela arrive aussi partout, c'est inepte aussi. Le monde est inepte..

Recyclages: Après avoir récupéré des boues papetières ce qui permet de fabriquer la ouate de cellulose , il reste la lignite. Elle ne sert pas à la ODC, elle coute cher à éliminer (aux papeteries, car c'est un sous produit du papier et pas de la ODC). Je connais un programme de recherche qui aboutit à des prix sympa la récupération de toute la lignine pour en faire 80% (actuellement) des composants des PURs.

Autre filière, une des usines de PUR de Bayer en a fabriqué pendant 20 ans des PU sur base d'amidon de patates. C'est devenu moins cher à partir du pétrole, notamment parce que l'agriculture en général (actuelle) a un rendement négatif: elle consomme 2.5 fois plus d'énergie qu'elle n'en restitue. C'est permis par le prix stupide du pétrole, qu'on vend à son prix de raffinage + transport, or qu'il faudrait y rajouter le prix du remplacement (comme dans toute comptabilité bien tenue). L'agro business ne vit que grande à la fraude sur le coût réel du pétrole. Toute nos économies ne vivent que sur ce mirage: si on introduit le coût réel du pétrole dans l'équation économique, le bilan est négatif de -30 à -40% tous les ans. Nous sommes en décroissance réelle depuis environ 1965, juste cela ne se voit pas, car on brade nos stocks pour une fraction de leur coût de reconstitution.

Tous nos calculs d'énergie grise sont aussi "frauduleux" que leur base, l'hypothèse frauduleuse du coût du pétrole. Il nous reste à choisir comment faire au mieux ici et maintenant.

Et on trouve aussi couramment du PU à base d'huile de colza, de soya, etc. C'est la science des matériaux, avec la chimie, au centre de tous les recyclages.
07/01/2016 Vieux  
 
  61 ans, Autre pays
 
Citation:
Posté par donald82 Voir le message
C'est vrai qu'il y a 30-40 ans, l'amiante était considéré comme un très bon matériau...
Juste pour répondre un peu au titre du post, j'ai mis du PUR projeté en toiture et je ne le regrette que pour 1 chose: c'est un isolant léger donc il isole mal du bruit extérieur contrairement à la laine de bois par exemple.
Je n'ai pas plus chaud en été qu'un ami qui a mis de la laine de verre (c'est même pire chez lui je dirai mais bon, pas la même maison donc difficile de comparer).
Par contre je conseille fortement une sous toiture car si il faut remplacer les tuiles, ça va poser problème.
Bonjour,

Quelques précisions.

Le fait qu'il isole peu, mal ou mieux ou bien, des bruits extérieurs dépend en partie de la méthode de pose plus que du matériau.

Premièrement, l'acoustique c'est pas toujours très intuitif, disons que c'est plus dur à mesurer, par ex. pas de comparaisons fines sans instruments, etc., alors que pour le thermique on peut souvent comparer la consommation avant et après.

La première source de faiblesse acoustique est sans doute le bruit propagé par l'air. Donc si y'a fuite d'air, y'a fuite de bruit. On sait maintenant l'importance de l'étanchéité à l'air (à toujours concevoir dans l'ensemble des autres facteurs sinon cata), et on peut constater que les maisons fortement étanches à l'air sont presque toujours meilleures du point de vue acoustique pour les fréquences qui passent par l'air.
Si votre isolation thermique est bien placée, étanche à l'air, notamment, idéalement si elle est continue (le scotch tape n'a pas les caractéristiques du panneau, et donc n'aide pas beaucoup si les joints sont entrouverts), si elle est continue sur les matériaux adjacents encore mieux, et si elle est continue sur toute l'enveloppe du bâtiment - ce qui devrait être le but à atteindre tant en conception qu'en réalisation - il en découle des avantages notables pour l'acoustique en général.
Dans le cas particulier d'un bâtiment entièrement enveloppé en mousse de PU projeté (et parfaitement réalisé), ce qui est en général immédiatement notable est l'absence de tous les bruits externes, surtout à comparer les jours de grand vent, ou un bâtiment classique siffle de tous les cotés. Pourtant on sait faire des voitures et avions qui supportent bien plus...
(... on va apparement plus facilement à 12.000 mètres d'altitude à 1000 Km/h que de faire des bâtiments logiques)

Le fait de la densité va isoler de différentes fréquences, pas vraiment isoler ou non.

Tout joue un peu, car tout vibre, à diverses fréquences. La charpente autour, en-dessous etc., son type, etc. tout cela va jouer. De nouveau, c'est à résoudre au moment de la conception, après c'est pénible et couteux.

Plus chaud en été: vous évoquez ce qu'on appelle le déphasage, argument des vendeurs d'isolants moins isolants, qui ont trouvé par là un raisonnement que si cela isole moins c'est mieux. Depuis des lustres les thermiciens et gens compétents démontent cet argument, et le CSTC n'est pas arrivé à démontrer l'existence de phénomène magique de tour de passe-passe. Des post précédents sur le sujet "déphasage" existent ici et ailleurs avec le détail nécessaire. De plus, à supposer que effectivement la chaleur contenue dans l'isolant serait bienvenue quelques heures plus tard pendant la nuit, il faudrait que pour qu'elle soit un avantage qu'il y ait pas de canicule continue, jour et nuit... sinon, bonjour le défaut majeur: le jour cela accumulerait la chaleur pour la rendre la nuit ou il fait pas moins chaud, merde alors... Bonne nuit aux déphasés.
L'isolant est là pour "empêcher" par pour retarder partiellement.

Sous-toiture: en général la mousse, tant en panneaux que pistole sur place par l'extérieur, est souvent suffisamment continue et étanche pour supporter les quelques risques de pluie pendant un changement de tuiles. Il faut surtout vérifier le joint entre le bas des panneaux et le mur, car toute la pluie passera là après avoir dégouliné sur le toit et/ou la sous-toiture.
Page 4 sur 4 Première page - Résultats 1 à 20 sur 69 Page precedente 23 4


A lire également sur BricoZone...
polyuréthane projeté sous la toiture Par joliemaison dans Gros Oeuvre, +30 26/07/2013
Projection mouse Polyuréthane : protection mur Par tmatelart dans Gros Oeuvre, +5 04/10/2011
Mousse polyuréthane sous terre ? ok en sous sol ? Par belou dans Gros Oeuvre, +2 15/09/2009
pas de sous-toiture=Danger? Par tibozor dans Isolation, +6 23/06/2008
Quel sous toiture, pour une super protection Hiver comme été?? Par ccreus dans Toiture, Charpente, +5 22/05/2008


Forum Rénover : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

PH

Annuaire Pro

DECOCHALET

Vente et placement d'abris de jardin, carports, garages, pergolas, boxes pour chevaux, ...


Tendance Habitat

Entreprise générale du bâtiment


La Vidange Loiseau S.A.

Débouchage, placement, raccordement et réparation des égouts.


Maisons Gabriel

Maisons Gabriel SA est une entreprise générale de constructions.

Ajoutez votre société