La tarification progressive d'électricité à la trappe

( dans

» Electricité » Solaire Photo Voltaïque

)
Chercher:    

La tarification progressive d'électricité à la trappe

- Page 2
Page 2 sur 5 Page precedente 1 2 34 Page suivante Dernière page - Résultats 81 à 85 sur 85


22/04/2016 Vieux  
 
  40 ans, Hainaut
 
c'est comme l'histoire du prix de l'eau:
A ma bonne madame, les gens consomment moins, faut augmenter le prix au m cube pour pourvoir payer les corruptions de ministres (affaire des déchets, aujourd'hui un gars de la culture, ...)
23/04/2016 Vieux  
  40 ans, Liège
 
Citation:
Posté par xixou Voir le message
c'est comme l'histoire du prix de l'eau:
A ma bonne madame, les gens consomment moins, faut augmenter le prix au m cube pour pourvoir payer les corruptions de ministres (affaire des déchets, aujourd'hui un gars de la culture, ...)
C'est clair que le prix de l'eau a bien augmenté. Mais je suis étonné que nos ministres n'ont pas copié son principe de tarification pour l'électricité...

Faire un forfait pour la composante réseau pour les disons 2000 premiers kwh (1000/1000 si bi-horaire avec possibilité de reporter les kwh jour sur nuit) et puis après les 2000 premiers kwh, tarification normale. Trop simple peut-être...
Pour ceux qui consomment plus de 2000 kwh, ca ne change rien et ceux qui consomment moins paient un peu plus pour compenser l'entretien du réseau...
23/04/2016 Vieux  
  28 ans, Hainaut
 
Ca donne envie d'investir dans le photovoltaique tout ca , et de se deconnecter du réseau en effet !!
23/04/2016 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par the_cat Voir le message
Pour ceux qui consomment plus de 2000 kwh, ca ne change rien et ceux qui consomment moins paient un peu plus pour compenser l'entretien du réseau...
Avec la terification soit-disant solidaire, ils ont voulu faire exactement l'inverse: rendre les premiers kWh gratuits...

Rajoutez là-dessus l'avis de ceux qui ont reçu des promesses de tarif tri-horaire pour leur chauffage électrique, et vous aurez compris qu'il est impossible de faire un noeud avec l'idée que vous suggérez.

Je continue de penser que l'idée que les "riches" subventionnent la consommation des "pauvres" est sans avenir. Ces multiplicités de subvention ne sont que des pièges à la pauvreté. Les gens qui sont "subventionnés" sont sous perfusion, structurellement incapable de se quitter le système qui les enferme dans une situation statique, incapable de passer à une période constructive et productive pour la société.

Subventionner le courant, la culture, l'eau, les transports en communs, etc.

A force, si vous gagnez deux fois plus, vous allez payer deux fois plus. Quel sera encore l'intérêt de faire des efforts pour gagner deux fois plus, puisque vous aurez la même chose que ceux qui restent dans leur fauteuil?
23/04/2016 Vieux  
 
  40 ans, Hainaut
 
On parle aussi d'une allocation sociale identique pour tous (universelle).
Si tu veux pas travailler tu te contente de ça, mais si tu veux travailler tu as le salaire et l'allocation. ça me plaît bien.


http://www.levif.be/actualite/belgiq...ion-15739.html
23/04/2016 Vieux  
 
  66 ans, Hainaut
 
J'ai la nette impression que personne ne connaît les compteurs à budget!

Il faut arrêter de stigmatiser les gens qui sont restés au bord de la route. J'ai honte de lire certains commentaires.
Oui, il existe des fainéants mais tous les laisser pour comptes ne sont pas des fainéants!


Tout le monde n'a pas les mêmes chances... quand il naît!
Et puis notre société a très mal évolué... on a déplacé l'esclavage loin de chez nous et on se donne bonne conscience en l'ignorant et en voulant tout acheter à moindre prix! Et l'égoïsme s'installe...

C'est chacun pour sa pomme... j'espère que vos proches ne rencontreront pas de difficultés!...

On est bien obligé d'augmenter les prix pour réduire le gaspillage et payer le nouveau culte qui doit sauver le monde!
23/04/2016 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par seiran76 Voir le message
Il faut arrêter de stigmatiser les gens qui sont restés au bord de la route. J'ai honte de lire certains commentaires.
Oui, il existe des fainéants mais tous les laisser pour comptes ne sont pas des fainéants!


Tout le monde n'a pas les mêmes chances... quand il naît!
Au risque de me lancer dans une grande tirade politique, je ne peux évidemment pas laisser passer cela.

Je ne dis pas que tous les laissés pour compte sont des fainéants. Mais qu'à force de vouloir l'égalité pour tous, on finit avec un système communiste qui pousse tout le monde vers le bas. L'égalité par le bas? Non merci.

Le modèle social belge est sans doute un des plus "redistributif" du monde. Je pense cependant que la redistribution a des limites, et qu'on les a atteint, voire dépassé, depuis longtemps.

Une femme seule avec enfant et peu de diplôme est piégée par le système. Elle a tellement d'avantage qu'elle perdrait beaucoup d'argent à aller travailler pour un job "de base". Je ne parle pas de temps, de facilité, de paresse, de sous-développement intellectuel, d'inadapté sociaux. Juste de pognon. Pour le bien court terme de ses enfants, elle a intérêt à rester une assistée. Pour arriver à joindre les deux bouts.

C'est ce que j'appelle être piégé par le système: la personne perd tellement en sortant de sa merde qu'elle s'y noierait. Elle n'a aucun moyen de passer outre cette situation, de prendre un job mal payé pour commencer à progresser et trouver un job mieux payé par la suite. Bref, elle ne sait plus évoluer. Elle est piégée dans sa merde.

Et cela, je le trouve intolérable.

Je suis de ceux qui pense que le système est tellement lourd, mal foutu et coûteux, qu'on est obligé de saigner les entreprises/travailleurs pour le payer. Il vaudrait beaucoup mieux que le système soit un peu plus neutre ET une peu moins cher. De manière à ce que la solidarité ne se fasse plus au détriment des travailleurs et au profit du système. Mais au profit des personnes qui sont dans la mouise, en leur laissant un espoir de redémarrer leur histoire s'ils le peuvent ou en leur laissant une possibilité de vivre dans la dignité s'ils ne le peuvent pas.
24/04/2016 Vieux  
 
  66 ans, Hainaut
 
Avec la politique actuelle, les paradis fiscaux ont encore de beaux jours devant eux!...

Vous parlez des assistés comme si c'était des exclus de la société!... On frôle le racisme "pauvre" terreau de la NVA qui, d'ailleurs, traite les wallons de drogués aux interventions sociales!... La flandre est riche , elle cache ses pauvres dans des ghettos...

Quand on ponctionne le peuple, il ne dépense plus... et il ne fait plus travailler d'autres.
On est en train de désamorcer la pompe... et malgré les économies de plusieurs milliards par an... on se retrouve avec une dette encore plus grande, l'année suivante. Cela n'inquiète personne parmi vous!...
Dans une économie saine, l'argent doit voyager car cela rapporte énormément à la collectivité...

L'assistanat est une sécurité sociale... une paix sociale achetée!... il y a trente ans, je ne l'acceptais pas mais c'est ainsi si on veut éviter les extrémismes.
Je n'envie pas ces situations précaires que du contraire.
Je regrette qu'on les stigmatise et qu'on veut les rendre plus malheureux!... Ce n'est pas en créant de nouveaux pauvres que l'on sortira leurs enfants de la misère.

Le pauvre dépense toute sa paie pour vivre ou survivre... dans un monde qui le rejette de plus en plus.
Le riche place son argent dans les paradis fiscaux... au lieu de créer de l'emploi!...

Le compteur à budget n'est pas un cadeau!... contrairement aux cv que les prosumers engrangent grâce aux ministres incompétents!
24/04/2016 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
seiran76,
Je ne suis pas sûr que nous ayons une base pour polémiquer.
L'assistanat est une paix sociale achetée. D'accord. C'est bien. D'accord. Mais cela ne doit pas devenir un piège. Or, aujourd'hui, c'est devenu un piège. Trop souvent dans mes activités, j'entends des personnes émargeant au Cpas dire qu'ils/elles "gagnent" 1.400€ avec les allocations familiales. Or, ces personnes ne "gagnent" pas: elles perçoivent. Ce n'est pas un "droit". C'est un don gratuit de la part de tous ses voisins qui "gagnent" de l'argent, et "gagnent" le droit de partager via les impôts et la sécurité sociale redistributrice.

Non seulement c'est devenu un piège pour beaucoup, mais en plus, les personnes trouvent leur situation "normale". Parce que beaucoup de personnes de leur milieu "font pareil". Le piège se referme sur des familles entières. Des quartiers entiers. Qui ne savent plus que la "norme", c'est de recevoir de l'argent pour son travail.

Etre aidé quand on a des soucis, qu'ils soient provisoires ou définitifs, c'est un vrai plus de notre société, et de sa sécurité sociale. Mais si "être aidé" devient un piège et qu'on ne peut plus s'en sortir, le système est dévoyé.

Un pensionné qui travaille? Il perd sa pension.
Un handicapé qui travaille? Il ne gagne pas plus.
Un bénéficiaire du RIS qui accepte une semaine de travail en intérim, c'est une vraie galère parce que les 3 semaines de "Cpas" mettront un mois à arriver sur son compte bancaire (et en attendant, il mange quoi?)... ou bien le Cpas ne lui aura pas expliqué et le reprendra sur le RIS du mois suivant.
Un chômeur qui travaille une semaine? Quasi pareil...
Un chômeur qui accepte un temps partiel? Il touche moins qu'avec un chômage "plein", tout en perdant les diverses réductions et bénéfices qu'il avait avec le statut de chômeur.

Alors, je ne stigmatise ni les chômeurs, ni les bénéficiaires du Cpas, ni ceux de la mutuelle, ni les handicapés. Je ne les envie ps non plus. Je souhaite au contraire qu'ils puissent trouver un moyen de ne plus dépendre de personne. Et pour cela, il faut que le système favorise cela. Et ne les piège pas.

Qu'un pauvre dépense tout ce qu'il perçoit, cela ne me dérange pas. J'irai jusqu'à comprendre qu'on trouve choquant qu'il arrive à mettre de côté l'argent que "je" lui donne... (Et boum, la polémique peut commencer...) Je n'irai pas par contre jusqu'à dire que, puisque c'est moi qui le paye via mes impôts, ils peuvent venir tondre ma pelouse et faire mon ménage. J'aurais peur de me faire traiter de vieux réac. (Et reboum)


Quant à la dette, je suis un fervent partisan de son remboursement total et définitif. Avec interdiction pour le gouvernement d'avoir un budget en déficit. Pourquoi? Parce que si les intérêts remontent seulement de 1%, cela fait 3 milliards à trouver. Structurellement. C'est donc un risque énorme qui pèse sur nous. Les taux sont bas. Ils ne peuvent pas descendre plus bas. Il devront donc remonter un jour, et personne ne fait rien pour désamorcer la bombe...
24/04/2016 Vieux  
 
  72 ans, Liège
  BRICOJEUNE1 est connecté maintenant
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message
seiran76,
Je ne suis pas sûr que nous ayons une base pour polémiquer.
L'assistanat est une paix sociale achetée. D'accord. C'est bien. D'accord. Mais cela ne doit pas devenir un piège. Or, aujourd'hui, c'est devenu un piège. Trop souvent dans mes activités, j'entends des personnes émargeant au Cpas dire qu'ils/elles "gagnent" 1.400€ avec les allocations familiales. Or, ces personnes ne "gagnent" pas: elles perçoivent. Ce n'est pas un "droit". C'est un don gratuit de la part de tous ses voisins qui "gagnent" de l'argent, et "gagnent" le droit de partager via les impôts et la sécurité sociale redistributrice.

Non seulement c'est devenu un piège pour beaucoup, mais en plus, les personnes trouvent leur situation "normale". Parce que beaucoup de personnes de leur milieu "font pareil". Le piège se referme sur des familles entières. Des quartiers entiers. Qui ne savent plus que la "norme", c'est de recevoir de l'argent pour son travail.

Etre aidé quand on a des soucis, qu'ils soient provisoires ou définitifs, c'est un vrai plus de notre société, et de sa sécurité sociale. Mais si "être aidé" devient un piège et qu'on ne peut plus s'en sortir, le système est dévoyé.

Un pensionné qui travaille? Il perd sa pension.
Un handicapé qui travaille? Il ne gagne pas plus.
Un bénéficiaire du RIS qui accepte une semaine de travail en intérim, c'est une vraie galère parce que les 3 semaines de "Cpas" mettront un mois à arriver sur son compte bancaire (et en attendant, il mange quoi?)... ou bien le Cpas ne lui aura pas expliqué et le reprendra sur le RIS du mois suivant.
Un chômeur qui travaille une semaine? Quasi pareil...
Un chômeur qui accepte un temps partiel? Il touche moins qu'avec un chômage "plein", tout en perdant les diverses réductions et bénéfices qu'il avait avec le statut de chômeur.

Alors, je ne stigmatise ni les chômeurs, ni les bénéficiaires du Cpas, ni ceux de la mutuelle, ni les handicapés. Je ne les envie ps non plus. Je souhaite au contraire qu'ils puissent trouver un moyen de ne plus dépendre de personne. Et pour cela, il faut que le système favorise cela. Et ne les piège pas.

Qu'un pauvre dépense tout ce qu'il perçoit, cela ne me dérange pas. J'irai jusqu'à comprendre qu'on trouve choquant qu'il arrive à mettre de côté l'argent que "je" lui donne... (Et boum, la polémique peut commencer...) Je n'irai pas par contre jusqu'à dire que, puisque c'est moi qui le paye via mes impôts, ils peuvent venir tondre ma pelouse et faire mon ménage. J'aurais peur de me faire traiter de vieux réac. (Et reboum)


Quant à la dette, je suis un fervent partisan de son remboursement total et définitif. Avec interdiction pour le gouvernement d'avoir un budget en déficit. Pourquoi? Parce que si les intérêts remontent seulement de 1%, cela fait 3 milliards à trouver. Structurellement. C'est donc un risque énorme qui pèse sur nous. Les taux sont bas. Ils ne peuvent pas descendre plus bas. Il devront donc remonter un jour, et personne ne fait rien pour désamorcer la bombe...
Oui Géronimo, à cette lecture j'ai cru te l'avoir dicté.
Merci.
24/04/2016 Vieux  
 
  65 ans, Namur
 
+100% avec Geronimo.
Analyse lucide de qq1 qui connaît le terrain.

Je le vois dans les élèves filles en fin d'études (ou qui n'y arrivent pas, plutôt). Elles se font faire un gosse, par hasard ou par projet d'avenir avorté et crac, la spirale commence, et on fait comme maman ... on touche et on survit comme ça.
Tout va très bien, Madame la Marquise ...
24/04/2016 Vieux  
 
  63 ans, Luxembourg
 
L'assistanat est une paix sociale achetée.

Tout est dit, mais qu'arrivera-t-il quand les assistés seront encore plus nombreux?
24/04/2016 Vieux  
 
  46 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message

Quant à la dette, je suis un fervent partisan de son remboursement total et définitif. Avec interdiction pour le gouvernement d'avoir un budget en déficit. Pourquoi? Parce que si les intérêts remontent seulement de 1%, cela fait 3 milliards à trouver. Structurellement. C'est donc un risque énorme qui pèse sur nous. Les taux sont bas. Ils ne peuvent pas descendre plus bas. Il devront donc remonter un jour, et personne ne fait rien pour désamorcer la bombe...
Je pense que toute l'économie occidentale va suivre le Japon où les taux sont bas depuis 20 ans. Il va falloir vivre avec des taux bas et une croissance proche de zéro et mettre en place des politiques en fonction de cela.
L'objectif de tout politique devrait être de maximiser le bien-être, le bonheur de sa population et le développement humain. Il existe plusieurs indices qui mesurent le développement, le bien-être et le bonheur. En voici un http://www.globeco.fr/indice-bonheur...l-edition-2016
Sur le site de l'OCDE il y a aussi le Better life index. http://www.globeco.fr/indice-bonheur...l-edition-2016
Les pays scandinaves trustent les premières places dans pratiquement tous ces indices, et tous ces pays ont des politiques sociales fortes : taxation forte sur tous les revenus pour financer une politique sociale / éducative forte.
Donner un coup de pied aux chômeurs/assistés et les obliger à travailler s'il n'y a pas de travail ne sert pas à grand chose, juste créer de la pauvreté et de la délinquance.
L'exemple doit venir du 'dessus', politique irréprochable, et fiscalité la plus juste possible. La Belgique doit en priorité simplifier sa fiscalité et supprimer ses niches fiscales qui sont dénoncées par l'Europe et ses voisins.
25/04/2016 Vieux  
 
  57 ans, Brabant Wallon
 
J'applaudi et plussoie vigoureusement aux propos de Géronimo.
25/04/2016 Vieux  
  62 ans, Autre pays
 
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message

Une femme seule avec enfant et peu de diplôme est piégée par le système. Elle a tellement d'avantage qu'elle perdrait beaucoup d'argent à aller travailler pour un job "de base". Je ne parle pas de temps, de facilité, de paresse, de sous-développement intellectuel, d'inadapté sociaux. Juste de pognon. Pour le bien court terme de ses enfants, elle a intérêt à rester une assistée. Pour arriver à joindre les deux bouts.

C'est ce que j'appelle être piégé par le système: la personne perd tellement en sortant de sa merde qu'elle s'y noierait. Elle n'a aucun moyen de passer outre cette situation, de prendre un job mal payé pour commencer à progresser et trouver un job mieux payé par la suite. Bref, elle ne sait plus évoluer. Elle est piégée dans sa merde..
Le raisonnement est juste dans une société de plein emploi, ce qui n'est plus le cas depuis des dizaines d'années. Le phénomène va s’aggraver jusqu'au point d'invalidation du système, à ce moment, le revenu universel va s'imposer tout seul.

Nous sommes passé de l’esclavage au servage et puis au salariat. La prochaine étape aura lieu, on ne sait juste pas quand ça se fera. La prochaine étape et une redistribution plus juste de la richesse créée (sous forme de RU et plafonnement des salaires, 6000€ max par exemple). Des places de travail se libéreront car certain, auront assez pour être heureux en travaillant à mi-temps, plus ou moins.

C'est une nouvelle société qu'il faut inventer, détaché de nos standards habituels.

Petite intervention de 3min de Paul Jorion à "Ce soir ou jamais"

Dernière modification par Neptune 25/04/2016 à 22h40.
25/04/2016 Vieux  
 
  66 ans, Hainaut
 
J'admire ceux qui pensent que les allocations familiales sont un salaire, un revenu!

Moi-même, comme directeur, j'avais remarqué qu'un employé gagnait autant que moi... grâce à son travail! et ses allocations et à sa femme qui ne travaillait pas (donc aux avantages fiscaux)!
Un jour, comme un gros con, je lui en ai fais la remarque... et sa réponse m'a recadré!

Ceci dit, quatre de ses enfants ont terminé l'unif... mais pour cela durant des années, la famille s'est privé de voiture, de sorties et de vacances... c'est cela l'ascenseur social... c'est ainsi que je conçois ma société.
On parle trop des trains qui arrivent en retard!... et non des autres.
25/04/2016 Vieux  
 
  48 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par Neptune Voir le message
Le raisonnement est juste dans une société de plein emploi, ce qui n'est plus le cas depuis des dizaines d'années. Le phénomène va s’aggraver jusqu'au point d'invalidation du système, à ce moment, le revenu universel va s'imposer tout seul.
Je crains bien que le "point d'invalidation du système" sera le point où il n'y a plus assez de richesse pour la redistribuer sous la forme de "revenu universel".

Parce que, mine de rien, on peut dire cela comme on veut, mais le pognon, il ne pousse pas sur les arbres. C'est en créant de la richesse qu'on devient "riche" et qu'on a le privilège d'être taxé. Ceux qui ne créent pas de richesses, ils "profitent" des autres. A tort ou à raison. Comme expliqué ci-dessus, je ne peux pas en vouloir à ceux qui refusent un job qui les rend plus pauvre, même si je ne cautionne pas.

Certains penseront qu'on peut partager le "rien-foutre". Je n'en suis pas. L'allocation universelle sur ce modèle n'est pas une solution, c'est le problème.

Certains penseront qu'on peut partager le travail, pour que chacun en aie un peu. Pour avoir eu des employés, il m'aurait été impossible, pour des raisons d'organisation, de remplacer les temps plein par des mi-temps. Ce n'est donc pas une solution générale non plus. Certains pensent qu'en travaillant moins, on pourra gagner plus. Je n'en fais pas partie non plus.

Certains pensent enfin que ceux qui ne bossent pas ne veulent pas bosser. Qu'il y a du travail, et qu'il suffit de chercher, que ce sont des fainéants, juste bon à racler à l'égout avec les fonds de capote. Soyez surpris ou non, je n'en fais pas partie non plus.

Parce que les gens sont multiples. Tout le monde n'est pas équipé de la tête comme un ingénieur. Tout le monde n'est pas construit comme un maçon. Tout le monde n'a pas la passion de travailler de nuit pour faire du pain. Tout le monde n'a pas un parent/un partenaire sous la main pour garder les gosses quand ils sont malades, ou quand il faut faire des heures sup'.

Les situations de chacun étant diverses, il faudra trouver diverses méthodes pour que chacun aie droit à contribuer au bien commun. Et donc, en temps que contributeur, puisse aussi être contribuable...

Chaque "piège au rien foutre" doit être combattu. Et par piège, j'entends évidemment une situation telle que la personne a intérêt à rester chez elle, même si elle n'en a pas envie, parce que le moindre début de job la met dans la mouise...

Je ne parle pas des gens qui ont assez de sous pour vivre, payent des impôts sans rien foutre, et dépensent sans compter et sans se tracasser de devoir se lever pour bosser. Si ceux là, qui ne dépendent de personne, choisissent le rien foutre et les vacances toute l'année, tant mieux pour eux. C'est autant de boulot laissé pour les autres...

Et je ne parle pas non plus des personnes incapables de travailler: accidentés de la vie, handicapé mentaux, physique, etc. Et encore. Même ceux-là, il devrait être possible de leur laisser le choix de travailler et de tirer un bénéfice de leur travail, plutôt qu'une perte de tous leurs avantages et revenus...

Bref Neptune. Je n'adhère pas à vos propos.
26/04/2016 Vieux  
  62 ans, Autre pays
 
@Géronimo, De l'argent, il y en a à la pelle mais bien détourné et planqué. Comment peut-on accepter que des multinationales et des banques détournent, de manière massive et en permanence depuis des dizaines d'années, le bien commun? (la fraude fiscale est un vol des citoyens) "Luxleak", "Panama papers" ne sont que la pointe de l'iceberg.

A une époque, il était impossible de travailler moins de 14h par jour pour tout juste survivre. Les gens se sont rebellés et on à changé le CADRE.

La Finlande va tester ce système et la Suisse va faire un référendum ce 5 juin sur ce sujet. Ce n'est pas une utopie irréaliste de gauchiste. http://www.wedemain.fr/Finlande-Pays...ope_a1538.html
Bien entendu, les médias qui appartiennent à la classe dominante (celle qui récolte le fruit véritable de votre travail) vous culpabilise en vous répétant TINA (il n'y a pas d'alternative, bon sang, vous voyez bien!). Ils nous enferment dans une prison mentale et nous devenons souvent nos propres geôliers.

LE PLEIN EMPLOI EST UNE ARNAQUE …


http://2ccr.unblog.fr/2016/04/24/le-plein-emploi-est-une-arnaque-il-faut-partager-le-travail-existant/

A une époque, c'était la noblesse qui s'accaparait la richesse, et bien oui, les terres leurs appartenaient après tout, et de droit divin qui plus est! (Il n'y avait pas d'alternative non plus) "remettre ce principe en cause et vous allez déstabiliser toute la société", qu'ils disaient. Et pourtant, le cadre a été changé et je suppose que vous ne voudriez pas revenir en arrière?

Partez, sans apriori, restez ouvert. Prenez peut-être la peine (je vous sais intelligent) de vraiment vous intéresser au RU avant de le rejeter. Avec un peu de recherche, vous trouverez aisément comment ça peut se mettre en place et comment il serait financé. Ce qui est proposé est une meilleur repartions des richesses que nous contribuons tous à créer.

Il y aura toujours des gens, à la marge, qui ne pourront pas s'adapter, cela veut-il dire qu'ils doivent rester dans une grande précarité? La majorité veulent s'insérer dans la société, en faire partie et contribuer à celle-ci.

Malheureusement, le l'organisation de notre société met de plus en plus de monde sur le carreau (le chômage de masse depuis les années 70 n'est pas un choix de vie mais un fait social https://fr.wikipedia.org/wiki/Fait_social ).


C'est cette organisation que le RU propose de changer. Pour permettre à chacun de vivre dignement, d'être plus épanoui, de choisir de sacrifier du temps à ses enfants,... sans tomber dans le précarité si on le souhaite.

Évidemment, les multi-milliardaires, les évadés fiscaux, les grands actionnaires, grands patrons vont devoir faire avec un peu moins, mais ils vivront, de toute manière, avec bien plus d'argent que nous n'en verrons jamais.

Je ne tiens pas à ce que ma descendance vive dans une société insécurisante (plus il y aura de pauvres, plus il y aura d'insécurité) qui laisse des gens sur le côté sous prétexte qu'une nouvelle aristocratie dirige sans vergogne et que moi j'ai su me débrouiller.

Merci, si vous m'avez lu en entier

Dernière modification par Neptune 26/04/2016 à 08h14.
26/04/2016 Vieux  
 
  40 ans, Liège
  marc.d est connecté maintenant
Citation:
Posté par Géronimo Voir le message
Chaque "piège au rien foutre" doit être combattu. Et par piège, j'entends évidemment une situation telle que la personne a intérêt à rester chez elle, même si elle n'en a pas envie, parce que le moindre début de job la met dans la mouise...
Il n'y a justement pas ce piège avec le revenu universel.
26/04/2016 Vieux  
 
  65 ans, Namur
 
Citation:
Posté par marc.d Voir le message
Il n'y a justement pas ce piège avec le revenu universel.

Mais est-ce que ce RU ne serait pas la version moderne d'un communisme nouvelle mouture? Dans la mesure où tout le monde est égal, touche la même chose et contribue au bien commun, ça me rappelle quelque chose, ça.

On a vu ce que ça donnait: pas d'investissement personnel, pas d'objectif social, du désintérêt pour tout puisque tout est réglé d'avance ... Et le système s'écroule avec, en toile de fond, des usines hors course et le reste.

Il y a toujours eu une classe dominante, celle de l'argent: la noblesse jusqu'en 1789, puis les grands industriels au 19ème siècle, les banques au 20ème et au 21ème les inventeurs de Internet et autres Facebook. Les petits se débrouillent comme ils peuvent, avec ou sans les aides de l'Etat.

Mais comme on est dans un pays surendetté, je ne vois pas comment accorder un RU à tout le monde et investir encore dans des infrastructures qui en ont bien besoin: besoins en énergie, transports, etc...

Projet Photovoltaique ?
Plus dinfo!
Découvrez DAUVISTER

(Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre, sans quitter ce site.)

Page 2 sur 5 Page precedente 1 2 34 Page suivante Dernière page - Résultats 81 à 85 sur 85


A lire également sur BricoZone...
tarification progressive Par jeanetmare dans Solaire Photo Voltaïque, +3 16/05/2015
Votre avs sur "Avis sur la mise en place d’une tarification progressive et solidaire" Par tchoum dans Solaire Photo Voltaïque, +80 30/09/2014
Tarification progressive et solidaire Par Michel24 dans Electricité, +0 07/01/2014
30/05/13: Wallonie : Accord Solwatt et tarification progressive et solidaire Par oufouf dans Solaire Photo Voltaïque, +1 30/05/2013
Tarification progressive France 2013/2016 Par john steeds dans Solaire Photo Voltaïque, +1 20/03/2013


Forum Solaire Photo Voltaïque : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

Annuaire Pro

Eco Home sprl

Gestionnaire de projet de Construction de maisons individuelles


Ent Chif Eric construction

Entreprise de gros oeuvre, maçonnerie façade, annexe, aménagement extérieur, transformation, etc


illiCO travaux

Un seul interlocuteur pour tous vos devis de travaux de rénovation !


FT Chassis

Spécialiste des châssis PVC, bois et aluminium, portes et volets roulants.

Ajoutez votre société