RENOUVELABLE ou NUCLEAIRE

( dans

» Electricité » Solaire Photo Voltaïque

)
Chercher:    

RENOUVELABLE ou NUCLEAIRE

- Page 98
Page 98 sur 278 Première page - Résultats 1 à 20 sur 5 545 Page precedente 48889697 98 99100108148198 Page suivante Dernière page - Résultats 5 541 à 5 545 sur 5 545


28/02/2015 Vieux  
 
  40 ans, Brabant Wallon
 
L’Australie lance la 1ère centrale houlomotrice à échelle commerciale

jeudi 19 février 2015 / Écrit par: Guy Belcourt


Après une dizaine d’années de développement, le premier projet d’énergie houlomotrice à échelle commerciale du monde a été lancé, mercredi 18 février, sur la côte Ouest de l’Australie, au large de la ville de Perth. La société Carnegie Wave Energy a en effet officiellement « branché » sa centrale chargée d’injecter sur le réseau australien l’électricité générée grâce à l’énergie des vagues. Une énergie captée au large de l’île de Garden Island.
La société australienne a installé, à une dizaine de kilomètres au large de Perth, dans l’Océan Indien, deux bouées rattachées à des unités de pompages immergées. Lorsqu’une vague déplace ces bouées, le mouvement engendre une pression qui entraîne les pompes hydrauliques. Cette énergie est ensuite transmise à une centrale au sol en charge de la convertir en électricité.
Ce dispositif, désormais opérationnel et relié au réseau australien, va permettre de fournir une électricité totalement renouvelable au ministère de la Défense, afin d’alimenter sa plus grande base navale (HMAS Stirling) située sur l’île de Garden Island.
Le système de production de Carnegie Wave Energy, qui affiche pour l’instant une puissance de 3 MW (mais qui devrait bientôt accueillir une troisième bouée) sera également utilisé pour alimenter l’usine de dessalement en charge de fournir l’eau douce de la base.
Baptisé Perth Wave Energy, ce projet aura nécessité 10 ans de développement et 100 millions de dollars d’investissement pour arriver à maturité. Il s’agit, selon Michael Ottaviano, de la « seule station d’énergie houlomotrice en exploitation dans le monde ». Développé notamment grâce au soutien du gouvernement fédéral australien et de l’État de l’Australie Occidentale, le dispositif peut produire suffisamment d’électricité pour alimenter entre 1.500 et 2.000 foyers australiens.
La société estime que sa technologie sera bientôt opérationnelle pour des projets à plus grande échelle qui permettront de réduire le coût de l’électricité produite. Conçue pour être évolutive, l’installation houlomotrice de Carnegie pourrait notamment être déployée afin d’alimenter des villes grâce à une énergie renouvelable stable et perpétuelle, contrairement au solaire ou à l’éolien tributaires des conditions météorologiques.
Crédits photo : Carnegie Wave Energy





http://lenergeek.com/2015/02/19/laus...e-commerciale/





28/02/2015 Vieux  
  38 ans, Liège
 
combien de fois je vais devoir vous le dire... ce ne sont pas des fissures, même affublées du terme micro

ce sont des défauts

j'ai vu leur tête, ça n'a vraiment, mais alors vraiment rien à voir avec une fissure.

soyez dès lors cohérents dans vos propos, pour ou contre, il faut utiliser les termes appropriés

ce ne sont pas des fissures, mais des défauts!

regardez la définition d'un fissure.
28/02/2015 Vieux  
 
  40 ans, Brabant Wallon
 
Hace veut capter l'énergie de la houle

Par Nicolas César
L'Usine Nouvelle n° 3391
L'Usine de l'Energie, Maritime, Hydroélectricité



Choqué par la catastrophe de Fukushima, Jean-Luc Stanek, un passionné d’écologie et de plongée sous-marine, a lancé avec neuf amis ingénieurs Hydro Air Concept Expérimental (Hace), en août 2013. L’entreprise installée sur l’écoparc de Blanquefort, près de Bordeaux, a pour objectif de concevoir des machines pouvant capter l’énergie de la houle. Elle utilise une technologie innovante d’énergie houlomotrice à colonne d’eau oscillante pour produire de l’énergie qui fait l’objet d’un brevet mondial. En période creuse, la machine peut aussi dessaler l’eau de mer. Autre avantage, elle est adaptée aux conditions marines extrêmes. "Nous produisons 24 heures sur 24 à un prix inférieur au nucléaire et aux autres énergies renouvelables", souligne Jean-Luc Stanek.

L’opportunité

Hace ambitionne de produire 5 % de l’électricité mondiale vers 2035, soit environ 2 000 TWH (terawatts heure) annuels.



Hace cible deux types de clients : les grands énergéticiens (Areva, Siemens…) et les îles (Seychelles…) qui peuvent ainsi devenir autonomes en électricité. La société a déjà quatre précommandes pour 20 millions d’euros, de pays africains, qui devraient être livrés en 2015. Les machines auront une puissance de 250 kW à 4 MW. La fabrication des pièces sera sous-traitée en France et l’assemblage réalisé à Blanquefort. Les machines vont être vendues directement ou par le biais de sociétés de production vente (SPV). "Mais ce projet créera entre 45 et 270 emplois d’ici à 2018.", promet Jean-Luc Stanek. Son objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros dès 2017. Mais il doit trouver 1 million d’euros pour financer le premier prototype. "C’est en bonne voie. Je négocie avec un investisseur de la 'taille d’un État'", confie-t-il.
Nicolas César

http://www.usinenouvelle.com/article...-houle.N285814
28/02/2015 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Ces micro-bulles semblent être dans les tolérances ; je n'ai pas entendu parler d'agrandissement d'une de ces micro-bulles, agrandissement qui pourrait indiquer un début de déchirure.
avant notre redémarrage après l'arrêt de 2012, un test unique a été fait

la cuve a été poussée à 120% de sa pression nominale.
(coeur déchargé bien entendu)
ensuite, ils ont arrêté tous les équipements, un silence complet et total
une entreprise(française je crois) spécialisé en acoustique est venue barder le circuit d'oreilles

le but était d'écouter d'éventuels craquements
NADA! test parfait, un le moindre craquement
le test n'a pas duré qu'une minute

ensuite, la machine est à nouveau repassée, bilan : pas la moindre évolution.
on a fonctionné ensuite pendant près d'un an. passage de la machine, ZERO évolution

qu'on arrête de parler de fissures, c'est de la désinformation totale
du coup, on parle de propagation, bref, on embrouille les gens
28/02/2015 Vieux  
  Namur
 
Citation:
Posté par Railsavoie Voir le message
"Il est clair que je compare (...)" ? Je te serai reconnaissant de me montrer mon propos t'induit à ce point en erreur...
Tu vas être reconnaissant d'en finir avec les chronologies de numéros de messages puisque tu ne peux pas te satisfaire d'aller lire le site de l'AFCN

Voilà ton explication à propos de l'augmentation du nombre de défauts rapportés.
<< La réalité est toute différente et n'a rien à voir avec l'opérateur nucléaire, mais plutôt avec les organismes de contrôle : une nouvelle technique de vérification a été inaugurée à Doel en 2012 (source) ; plutôt que de vérifier les seules parois de la cuve, il fut décidé de vérifier également le fond de la cuve ; et comme il fallait s'y attendre, ce fond de cuve, à l'instar des parois, comporte également des micro-bulles ! Et qui s'en fait les choux gras ? La presse et les verts ! >>

Donc, la source de la réalité que tu veux imposer dit :
<< A new ultrasound measuring technique was used for the first time in June 2012 over the whole surface of the Doel 3 reactor vessel, rather than just around the weld zones. >>

Il n'est pas écrit : toute la surface <> parois
Il est écrit : toute la surface <> zones de soudure.

Et voici ce qu'il en est des chiffres UT en 2012, pour Doel (à gauche), et pour Tihange (à droite)

RVH flange 3 5
RPV flange 2 19
Nozzle shell 11 0
Upper core shell 857 1931
Lower core shell 7205 80
Transition ring 71 0
Total 8149 2035

En particulier, les défauts de la cuve browningienne sont concentrés dans la zone "upper core shell" (= les viroles supérieures).

Tu crois que c'est vraiment opportun d'insister ?
28/02/2015 Vieux  
 
  45 ans, Liège
 
Je pense que sensu stricto l’on peut qualifier ces défauts de fissures.
Une fissure est une solution de continuité au sein d’un matériau, les défauts repérés dans les cuves répondent à cette définition.
MAIS ces défauts ne sont pas transfixiants : ils ne traversent pas la cuve de part en part.
Il s’agit donc d’une fissure non transfixiante.
Or, les fissures que l’on rencontre au quotidien sont généralement transfixiantes, ou atteignent au moins une surface des matériaux : fissure dans un mur, dans une vitre, etc.
D’où la confusion potentielle dans l’esprit des gens.
28/02/2015 Vieux  
 
  57 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par PereUBU Voir le message
Tu vas être reconnaissant d'en finir avec les chronologies de numéros de messages puisque tu ne peux pas te satisfaire d'aller lire le site de l'AFCN
Tu commences à devenir très très lourd !
La référence au site WNN, qui ne fait d'ailleurs que citer l'AFCN fut faite afin de montrer à BJ1 l'antériorité de la description du changement de protocole de visite des cuves; je l'écris pourtant clairement dans ma chronologie. Mais tu refuses de comprendre ce qui est pourtant clairement énoncé. Envie de troller ?

Citation:
Posté par PereUBU Voir le message
Voilà ton explication à propos de l'augmentation du nombre de défauts rapportés.
<< La réalité est toute différente et n'a rien à voir avec l'opérateur nucléaire, mais plutôt avec les organismes de contrôle : une nouvelle technique de vérification a été inaugurée à Doel en 2012 (source) ; plutôt que de vérifier les seules parois de la cuve, il fut décidé de vérifier également le fond de la cuve ; et comme il fallait s'y attendre, ce fond de cuve, à l'instar des parois, comporte également des micro-bulles ! Et qui s'en fait les choux gras ? La presse et les verts ! >>

Donc, la source de la réalité que tu veux imposer dit :
<< A new ultrasound measuring technique was used for the first time in June 2012 over the whole surface of the Doel 3 reactor vessel, rather than just around the weld zones. >>

Il n'est pas écrit : toute la surface <> parois
Il est écrit : toute la surface <> zones de soudure.
Tout d'abord, je n'impose rien du tout; c'est TON interprétation de la chose ; ensuite, il est clairement écrit (je traduis):
-"Une nouvelle technique de mesure aux ultrasons fut utilisée pour la première fois en juin 2012 sur toute la surface de la cuve du réacteur de Doel 3, plutôt qu'uniquement autour des zones de soudure".
Citation:
Posté par PereUBU Voir le message
(...)
Tu crois que c'est vraiment opportun d'insister ?
Je pense surtout qu'il est opportun que tu cesses de prêter des intentions à ceux qui n'en ont pas...

Pour le reste, je pense qu'il est inutile que nous continuions, toi et moi, à disserter sur le sujet.

Bonne journée.
28/02/2015 Vieux  
  Namur
 
Citation:
Posté par Railsavoie Voir le message
ensuite, il est clairement écrit (je traduis):
-"Une nouvelle technique de mesure aux ultrasons fut utilisée pour la première fois en juin 2012 sur toute la surface de la cuve du réacteur de Doel 3, plutôt qu'uniquement autour des zones de soudure".
C'est tellement clair que tu traduis aussi
<< plutôt que de vérifier les seules parois de la cuve, il fut décidé de vérifier également le fond de la cuve >>

Du coup les maths ne collent plus : les milliers de défauts au fond de la cuve n'ont jamais existé.
28/02/2015 Vieux  
  38 ans, Liège
 
désolé je ne partage pas cette définition de fissure
une fissure est un défaut qui survient dans un matériaux, pas qui est présent dès la mise en oeuvre
une bulle d'air dans du verre, qu'elle soit écrasée ou ronde est un défaut, par une fissure
elle est stable et non évolutive
cela dit, je suis d'accord qu'elle diminue les caractéristiques mécanique du matériaux

une fissure est due a des contraintes. elle est amenée a évoluer si les contraintes ne sont pas libérées, ou si les contraintes extérieures sont suffisantes

lis ceci: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fissure_(mat%C3%A9riau)

"La fissure est un « défaut » ou une discontinuité brutale apparue ou apparaissant dans un matériau sous l'effet de contraintes internes ou externes, où la matière est séparée sur une certaine surface.
"

une fissure un un endommagement de la matière suite à des contraintes internes ou externes.

un défaut du type bulle d'air, d'hydrogène ou d'autre nature n'est pas une fissure

des défaut dans de la matière peut fragiliser cette dernière et amener à la création de fissure

c'est ici tout l'objet des recherches menées depuis 2 ans, s'assurer que ces défauts ne dégénéreraient pas en fissures sous des contraintes thermiques ou e pression

en résumé, un défaut est là depuis la mise en forme
une fissure n'était pas là à la mise en forme, elle est apparure après et peut encore evoluer

Dernière modification par browning 28/02/2015 à 17h12.
28/02/2015 Vieux  
 
  45 ans, Liège
 
PereUbu, je ne te comprends pas.

Tu sembles insinuer que de nouveaux défauts sont apparus.

Pour moi, c’est clair : en combinant une diminution du seuil de détection de MIS-B (étude 2014) et une méthode impliquant le regroupement des défauts proches (réinterprétation de l’étude de 2012, étude de 2014) , il est logique d’aboutir au recensement d’un plus grand nombre de défauts, et de voir leurs dimensions moyenne et maximales augmenter, non ?
28/02/2015 Vieux  
  38 ans, Liège
 
en fait il faudrait même trouver un autre nom que défaut

un défaut est un therme générique reprenant entre autres des fissures

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9faut_(mat%C3%A9riau)

on pourrait parler d'inclusions, d'impuretés gazeusess

dans l'autre lien que j'ai trouvé, ça parle encore de survenance
Fissure : séparation locale abrupte dans la matière, en surface ou dans le volume, pouvant mener à la rupture
28/02/2015 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Sanssueur Voir le message
Pour moi, c’est clair : en combinant une diminution du seuil de détection de MIS-B (étude 2014) et une méthode impliquant le regroupement des défauts proches (réinterprétation de l’étude de 2012, étude de 2014) , il est logique d’aboutir au recensement d’un plus grand nombre de défauts, et de voir leurs dimensions moyenne et maximales augmenter, non ?
j'ajoute que dans le même temps, avec la nouvelle machine MIS-B, ils ont aussi qualifié la méthode d'interprétation des résultats

avant, on ne regardait pas si loin dans la matière
les premiers résultats montraient des indications

la miss b donne une meilleure résolution la qualification de la méthode a permis de mesurer avec plus de précisions les indications.
du coup on pouvait voir un peu plus de choses.
la qualification de la méthode a permis de mesurer les défauts sur les 3 axes avec une meilleure précision => agrandissement de la taille

ensuite, la technique qui consiste à regrouper plusieurs défauts proches a fait qu'aujourd'hui on parle de défaut de 16cm

un journaliste est souvent trop stupide pour comprendre
ça devient donc que les défauts évoluent et qu'electrabel cache ou minimise le nombre de défauts
remettez là dessus une couche de boboécolo et vous avez des choux gras pour la presse.

c'est tellement mieux d'entretenir la peur dans l'esprit des gens.
c'est comme la Syrie et autres, pendant 1 mois on ne parle que de ça
puis quand ça ne fait plus recette... hop, du jour au ledemain la Syrie n'existe plus.

il y a ainsi dans la presse une sélection de sujets qui ressortent de temps en temps pour réalimenter la peur, le débat ou l'émotion.

regardez le Black out...ça ne fait plus vendre... on en parle plus

Dernière modification par browning 28/02/2015 à 17h31.
28/02/2015 Vieux  
 
  57 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par Sanssueur Voir le message
PereUbu, je ne te comprends pas.
Tu n'es pas le seul !
Citation:
Posté par Sanssueur Voir le message
Tu sembles insinuer que de nouveaux défauts sont apparus.

Pour moi, c’est clair : en combinant une diminution du seuil de détection de MIS-B (étude 2014) et une méthode impliquant le regroupement des défauts proches (réinterprétation de l’étude de 2012, étude de 2014) , il est logique d’aboutir au recensement d’un plus grand nombre de défauts, et de voir leurs dimensions moyenne et maximales augmenter, non ?
Exactement ! Mais il n'est pire sourd que celui qui ne veut entendre !
28/02/2015 Vieux  
 
  57 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par Sanssueur Voir le message
Je pense que sensu stricto l’on peut qualifier ces défauts de fissures.
Une fissure est une solution de continuité au sein d’un matériau, les défauts repérés dans les cuves répondent à cette définition.
MAIS ces défauts ne sont pas transfixiants : ils ne traversent pas la cuve de part en part.
Il s’agit donc d’une fissure non transfixiante.
Or, les fissures que l’on rencontre au quotidien sont généralement transfixiantes, ou atteignent au moins une surface des matériaux : fissure dans un mur, dans une vitre, etc.
D’où la confusion potentielle dans l’esprit des gens.
sans etre confu je dirais stade 1 pas de fissure
2 apparition d'une fissure.
3 personne ne peut répondre!
Si un organisme donne son feu vert à l'exploitation,ce sera sur base des constatations au moment d'un rapport......l'évolution ne sera que pur supputation.
28/02/2015 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Posté par alea Voir le message
sans etre confu je dirais stade 1 pas de fissure
2 apparition d'une fissure.
3 personne ne peut répondre!
Si un organisme donne son feu vert à l'exploitation,ce sera sur base des constatations au moment d'un rapport......l'évolution ne sera que pur supputation.
tihange 2 à 30 ans d'existance
30 ans que ça n'évolue pas

s'il y avait des fissures, les tests de la misse les auraient idenifiés.

ici on parle de 30 ans de bons et loyaux services
28/02/2015 Vieux  
  Namur
 
Citation:
Posté par Sanssueur Voir le message
PereUbu, je ne te comprends pas.

Tu sembles insinuer que de nouveaux défauts sont apparus.

Pour moi, c’est clair : en combinant une diminution du seuil de détection de MIS-B (étude 2014) et une méthode impliquant le regroupement des défauts proches (réinterprétation de l’étude de 2012, étude de 2014) , il est logique d’aboutir au recensement d’un plus grand nombre de défauts, et de voir leurs dimensions moyenne et maximales augmenter, non ?
J'ai évoqué 2 ans pour arriver à faire un relevé des défauts. En faisant référence au site AFCN pour la validation de la méthode, et des paramètres (au sens réglages) de mesure.

Pour << garantir la détection de l'ensemble des indications de défauts >>

On sera aussi d'accord que l'ensemble ne contient pas les milliers de défauts de fond de cuve inventés à Chastre. Il n'en est question ni chez Electrabel, ni dans les rapports de l'AFCN.
28/02/2015 Vieux  
 
  72 ans, Liège
 
Citation:
Posté par browning Voir le message
combien de fois je vais devoir vous le dire... ce ne sont pas des fissures, même affublées du terme micro

ce sont des défauts

j'ai vu leur tête, ça n'a vraiment, mais alors vraiment rien à voir avec une fissure.

soyez dès lors cohérents dans vos propos, pour ou contre, il faut utiliser les termes appropriés

ce ne sont pas des fissures, mais des défauts!

regardez la définition d'un fissure.
Comme tu veux et ok pour des DEFAUTS.

Mais achèterais-tu une voiture qui à des défauts ?
28/02/2015 Vieux  
 
  45 ans, Liège
 
Citation:
Posté par PereUBU Voir le message
J'ai évoqué 2 ans pour arriver à faire un relevé des défauts. En faisant référence au site AFCN pour la validation de la méthode, et des paramètres (au sens réglages) de mesure.

Pour << garantir la détection de l'ensemble des indications de défauts >>

On sera aussi d'accord que l'ensemble ne contient pas les milliers de défauts de fond de cuve inventés à Chastre. Il n'en est question ni chez Electrabel, ni dans les rapports de l'AFCN.
Mais où veux-tu en venir??

Trêve de langage sibyllin, livre-nous le fond de ta pensée, merci!
28/02/2015 Vieux  
 
  45 ans, Liège
 
Citation:
Posté par browning Voir le message
en fait il faudrait même trouver un autre nom que défaut
"Solution de continuité non voulue" ??

Pas très glamour...

Et puis, on s'en tape du nom. Les plus extrémistes pourraient dire "crevasse", "brèche", "déchirure", que ça me ferait rire...
28/02/2015 Vieux  
  Namur
 
Citation:
Posté par Sanssueur Voir le message
Mais où veux-tu en venir??

Trêve de langage sibyllin, livre-nous le fond de ta pensée, merci!
Je t'ai répondu :
- NON - je n'insinue pas l'apparition de nouveaux défauts entre 2012 et 2014
- OUI - on est sur la même longueur d'ondes pour l'explication de l'augmentation des chiffres.

Et pour le second OUI. Je maintiens qu'il est démontré de manière irréfutable que les défauts de fond de cuve ne pèsent absolument pas. Ni dans les chiffres de 2012. Ni dans l'accroissement des chiffres depuis.

Projet Photovoltaique ?
Plus dinfo!
Découvrez DAUVISTER

(Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre, sans quitter ce site.)

Page 98 sur 278 Première page - Résultats 1 à 20 sur 5 545 Page precedente 48889697 98 99100108148198 Page suivante Dernière page - Résultats 5 541 à 5 545 sur 5 545


A lire également sur BricoZone...
Arrêt des subsides au renouvelable Par Philivolt dans Solaire Photo Voltaïque, +9 13/10/2013
Article sur la politique énergétique allemande(solaire, eolien,nucléaire, charbon... Par minipoint dans Divers, +7 24/10/2012
les Cv apres le nucléaire ....? Par xavierd dans Electricité, +2 30/11/2011


Forum Solaire Photo Voltaïque : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

Annuaire Pro

FT Chassis

Spécialiste des châssis PVC, bois et aluminium, portes et volets roulants.


DECOCHALET

Vente et placement d'abris de jardin, carports, garages, pergolas, boxes pour chevaux, ...


Tendance Habitat

Entreprise générale du bâtiment


La Vidange Loiseau S.A.

Débouchage, placement, raccordement et réparation des égouts.

Ajoutez votre société