RENOUVELABLE quoi de NEUF

( dans

» Electricité » Solaire Photo Voltaïque

)
Chercher:    

RENOUVELABLE quoi de NEUF

- Page 47
Page 47 sur 98 Première page - Résultats 1 à 20 sur 1 957 Page precedente 374546 47 48495797 Page suivante Dernière page - Résultats 1 941 à 1 957 sur 1 957


24/03/2016 Vieux  
  33 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par Railsavoie Voir le message
Mmmmh, avant de poser un avis ou un jugement de valeur sur un participant du forum, prend d'abord bien le temps de voir et de comprendre qui est qui dans la discussion.

Cela évitera à ton intervention très intéressante, constructive et appropriée, d'être classée dans la catégorie "pipi acide" !
Je peux intervenir que très rarement mais lire très souvent le forum et donc je sais très bien face à qui je suis. Je confirme donc le comportement que je qualifie courtoisement d' "asticoteur".
24/03/2016 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Bobdubrico Voir le message
Il ne faut pas se tromper de cible. La vidéo postée par Siou n'est qu'une réaction à celle de Railsavoie qui n'a rien de mieux à faire que d'asticoter les gens pour relancer les échanges stériles...
Il a quand même utilisé mon terme de détendre l'atmosphère..
Se plus ce n'est pas anodin comme reponse puisque je travaille dans le nucléaire.
24/03/2016 Vieux  
 
  65 ans, Namur
  lamy est connecté maintenant
Citation:
Posté par Railsavoie Voir le message
Merci pour ton intervention Cricri58; elle illustre parfaitement ce que je fustige ci-plus haut: on s'intéresse plus au gars qu'au contenu de son message !

CQFD !
Si c'est pour poster un avis qui ne fait que corroborer ce que RS pense, en l'occurrence l'avis d'un citoyen lambda activiste anti-éolien, je ne vois pas l'intérêt du post. Faut rester logique, RS.

Maintenant, quand je vois que ça recommence avec les ''pipis acides'' et autres attaques, je me désabonne. Il n'y a aucun échange valable hormis les bagarres pro-et anti éolien (et le nucléaire en prime)!

Vous vous discréditez sans vous en rendre compte.
24/03/2016 Vieux  
  69 ans, Hainaut
 
RS et Browning, n'ont rien à dire.Je suis certain qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils écrivent leurs bêtises dans le vide. Parce que suppose que ceux qu'ils indisposent depuis si longtemps les ont mis dans la liste d'ignorés !
24/03/2016 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Posté par frenzy68 Voir le message
RS et Browning, n'ont rien à dire.Je suis certain qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils écrivent leurs bêtises dans le vide. Parce que suppose que ceux qu'ils indisposent depuis si longtemps les ont mis dans la liste d'ignorés !
merci frenzy de nous avoir gratifié une fois de plus de ton expertise.
ton argumentation en relation avec le sujet est d'une pertinence incroyable.


les intervenants pourront juger de la grande qualité de tes interventions répétées qui consistent systématiquement à t'en prendre aux autres.
vraiment, merci de nous démontrer message par message l'étendue de te connaissances, tu rayonnes par ta grandeur d'âme.

non, vraiment... merci!
j'adore quand l'opposition se met en évidence de la sorte.

en fait, tu sers ma cause en discréditant les tiens par ton comportement.

merci frenzy
24/03/2016 Vieux  
  69 ans, Hainaut
 
Tu veux vraiment communiquer Browning ? Ou tu joues au troll pronucléaire ?
Et si tu penses que tes discours intéressent les intervenants, fait un sondage.
24/03/2016 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Posté par frenzy68 Voir le message
Tu veux vraiment communiquer Browning ? Ou tu joues au troll pronucléaire ?
Et si tu penses que tes discours intéressent les intervenants, fait un sondage.
encore une fois, un tout grand merci pour ton expertise si pointue et si pertinente.
le renouvelable te remercie pour ta com avisée.

nous cernons maintenant mieux tes motivations.

merci
24/03/2016 Vieux  
 
  46 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par Bobdubrico Voir le message
Il ne faut pas se tromper de cible. La vidéo postée par Siou n'est qu'une réaction à celle de Railsavoie qui n'a rien de mieux à faire que d'asticoter les gens pour relancer les échanges stériles...
Tout à fait, il est plus que temps que BZ élimine ce triste sire du site, je n'arrive même pas à comprendre comment ça n'a pas encore été fait.
24/03/2016 Vieux  
 
  50 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Bobdubrico Voir le message
Il ne faut pas se tromper de cible. La vidéo postée par Siou n'est qu'une réaction à celle de Railsavoie qui n'a rien de mieux à faire que d'asticoter les gens pour relancer les échanges stériles...

C'était en effet cela. Et bien sûr "détendre l'atmosphère" était en rapport avec le souffle de l'explosion. A prendre au 3è degré... pour les grands brûlés...coincés
29/03/2016 Vieux  
 
  57 ans, Brabant Wallon
 
Situation étrangement similaire à la situation belge:

La grande arnaque des énergies renouvelables

10 Février 2016, 18:54pm | Publié par BLOG-PCF-ARRAS

N’est ce pas qu’ils sont jolis, tous ces panneaux solaires qui recouvrent les toits de nos supermarchés et des ombrières de nos parkings, toutes ces éoliennes qui embellissent l’horizon de nos régions ? Je suis ravi que cela vous plaise, parce qu’elles sont à a vous.

Enfin, elles le devraient, puisque vous les avez payé, et très cher, dans votre facture d’électricité. Et le pire, c’est que vous avez payé pour rien.

L’homme est un animal de préjugés. Ainsi, si je dis « pétrole », cela évoquera chez vous des hommes en haut-de-forme et cigare qui gagnent des milliards en polluant la planète. Si je vous dis « nucléaire », vous penserez à un lobby puissant de technocrates et de militaires. Mais si je vous dis « énergies renouvelables », vous imaginerez de gentils écolos qui construisent leurs moulins et leurs panneaux solaires bénévolement pour le bien de tous. Quelle erreur ! Le milieu – le terme doit être entendu dans le sens qu’on lui donne dans les pages des journaux consacrées aux faits divers - des énergies renouvelables n’a rien à envier à celui des casinos : l’argent y coule à flots, la loi est contournée avec grâce et constance… et en dernière instance, ce sont les gogos qui payent.

Pour comprendre comment le système fonctionne, il faut d’abord s’attaquer à une idée fausse. Une idée fausse qui est pourtant répétée en boucle par toutes sortes de charlatans du genre Rifkin, et qui est innocemment reprise par nos hommes politiques comme si c’était une vérité d’évangile. Cette idée, c’est celle qui veut que les énergies renouvelables soient très bon marché, voir « gratuites ».

Comment arrive-t-on à cette étrange conclusion ? Et bien, le raisonnement a été naïvement expliqué par Hulot lors d’un de ses nombreux passages à France Inter.

Que nous dit-il ? Que l’électricité éolienne est gratuite puisque « une fois que vous avez construit votre éolienne, l’électricité ne vous coûte rien ». Le problème avec ce raisonnement, c’est qu’il faut la construire, votre éolienne, et que cela a un coût. Et comme votre éolienne a une durée de vie limitée, le coût de cette construction doit être récupéré sur l’ensemble des kilowattheure que votre éolienne produira pendant sa vie utile. Et lorsque vous divisez le coût de construction et de maintenance de votre éolienne par le nombre de kWh produit, vous arrivez à une somme relativement élevée, qui varie entre 80 et 120 €/MWh selon les régions et le type d’éolienne.

Les économistes ont créé deux concepts pour décrire ce type de situation : ce sont ceux de coût complet et de coût marginal. Le coût total se retrouve en divisant l’ensemble des dépenses – investissement, maintenance, etc. – par l’ensemble de la production sur la durée de vie de l’installation. Le coût marginal est la quantité d’argent que vous devez injecter pour produire une unité de production de plus. Ou si vous préférez, l’argent que vous économiseriez en produisant une unité de production de moins.

Pour vous donner une idée, imaginez votre voiture : le coût total du kilomètres parcouru est calculé en divisant le nombre de kilomètres parcourus par votre voiture pendant sa vie utile par la somme du coût d’achat, des révisions, des réparations, de l’assurance, de l’essence, etc. Le coût marginal du kilomètre est celui qu’il vous faudrait mettre pour pouvoir parcourir un kilomètre de plus : il est déterminé en fait avec celui de l’essence et de l’usure mécanique. On ne comptera pas l’assurance, le parking, la révision périodique…

puisque toutes ces dépenses sont indépendantes du nombre de kilomètres parcourus.

Dans la production d’électricité, il y a une grande diversité dans le cout complet et le cout marginal de chaque moyen de production. Ainsi, par exemple, une centrale au fuel ou au charbon a un coup complet faible – ce sont des installations relativement simples et faciles à entretenir – en comparaison avec le cout marginal : c’est le coût du combustible qui fait l’essentiel des frais, et le combustible consommé est directement proportionnel à la production. De l’autre côté, on trouve le nucléaire, dont le cout marginal est faible en relation au cout complet. Le coût de l’électricité produite est déterminé pour l’essentiel par les coûts d’investissement, le combustible nucléaire étant bon marché.

Et les énergies renouvelables ? Et bien, elles sont beaucoup plus proches du nucléaire que du fossile. Ce sont les coûts d’investissement qui représentent l’essentiel du cout total, puisque le coût du « combustible » (le soleil, le vent, les vagues, etc.) est nul. Le cout marginal n’est déterminé que par la maintenance.

Ce que font Rifkin ou Hulot, c’est de confondre le coût marginal du kWh et son coût total. Ce qui est fort malencontreux, puisque ce que vous payez dans votre facture d’électricité au cours du temps est un coût total, et non un coût marginal. Mais cela permet aux charlatans de déblatérer sur une société miraculeuse où chacun « produirait son énergie gratuitement » et autres balivernes.

Or, le coût total des énergies renouvelables – hors hydraulique - est largement au dessus de celui des autres moins de production. Ainsi, en termes de coût total l’électricité la plus économique est produite en construisant des barrages (20-40 €/MWh), en brûlant du charbon ou de l’uranium (40-60 €/MWh), en brûlant du gaz (60-80 €/MWh) et seulement ensuite en utilisant le vent à terre (80-120 €/MWh) ou en mer (180-200 €/MWh) ou en récupérant l’énergie du soleil (180-500 €/MWh). On le voit, les énergies renouvelables arrivent loin derrière dans la liste. Pour des énergies renouvelables censées être « presque gratuites », on est loin du compte.

Et encore, ces coûts ne tiennent pas compte d’un problème particulier qui tient au fait que l’électricité, contrairement aux autres formes d’énergie, ne se stocke pas économiquement en grande quantité. Cela implique qu’elle doit être produite au moment ou le consommateur en a besoin. Or, le problème des énergies renouvelables électriques comme le vent ou le soleil, c’est qu’elles ne sont pas disponibles à la demande. Le vent est irrégulier, et même si par une logique de foisonnement (1) cette irrégularité peut être réduite, elle reste quand même significative. Une forte contribution des énergies renouvelables au système électrique suppose donc que les consommateurs acceptent des coupures – ce qui est illusoire – ou d’avoir suffisamment de moyens de production conventionnels qui restent l’arme au pied prêts à prendre la relève – ce qui est cher.

Pour trouver le véritable coût total des renouvelables, il faudrait rajouter les coûts liés à l’intermittence des renouvelables, ce que personne parmi les charlatans susvisés – et d’autres que je n’ai pas le temps de lister – ne fait.

Mais alors, me direz-vous, comment se fait-il que ces énergies se développent rapidement, en France et partout en Europe ?

Pourquoi, dans le monde libéral qui est le notre, des gens investissent des capitaux considérables pour produire une électricité très chère alors qu’il existe des moyens bien moins onéreux pour aboutir au même résultat ?

Les capitalistes seraient-ils devenus fous ?

Ou sont-ils si attachés à la protection de l’environnement qu’ils sont prêts à perdre de l’argent en son nom ?

Poser la question, c’est y répondre : pour paraphraser Voltaire, si vous voyez un capitaliste sauter par la fenêtre, sautez derrière lui. Il y a certainement de l’argent à gagner. Si des gens investissent dans les renouvelables, c’est effectivement qu’il y a de l’argent à gagner. Toute la question est de savoir d’où sort l’argent. La réponse est sans surprise : cet argent vient de vos poches, a travers d’un système assez complexe de subventions publiques censées couvrir la différence entre le prix du marché de l’électricité (aujourd’hui autour de 35 €/MWh) et le coût total de production des énergies renouvelables « en permettant une rentabilité raisonnable des capitaux investis » pour utiliser la formule canonique de la Commission de Régulation de l’Energie, rentabilité aujourd’hui fixée entre 6 et 9%. A partir de cette rentabilité, l’Etat calcule un « tarif de rachat » fixe, qui vous est offert pour toute la durée de vie de votre parc solaire ou éolien.

En d’autres termes, imaginons que vous investissiez quelques millions d’euros dans un parc éolien. Vous aurez droit à un « tarif d’achat » - tarif auquel l’opérateur historique EDF est tenu à vous racheter votre courant – aujourd’hui fixé autour de 90 /MWh et qui vous permet en principe d’obtenir une rentabilité supérieure à 6% sur votre capital investi. En d’autres termes, EDF est obligé par la loi à vous racheter votre électricité à 90 €/MWh alors que sur le marché de gros EDF pourrait avoir ce même MWh à seulement 35 €.

Qui paye la différence ?

Et bien, c’est le consommateur d’électricité qui compense EDF. Pour chaque MWh que vous produirez, EDF recevra donc 53 € et vous versera 90 €.

Et si le prix de l’électricité sur le marché de gros baisse, disons à 20 MWh ?

Aucun problème, vous ne prenez aucun risque : le consommateur d’électricité sera ravi de porter sa part dans la compensation à 70 €/MWh. Et cette subvention vous est garantie sur toute la durée de vie de vos éoliennes ou de vos panneaux solaires, soit quinze ou vingt ans selon les contrats.

Vous ne me croyez pas ?

Prenez votre facture d’électricité en main : vous trouverez parmi toutes sortes de lignes incompréhensibles une qui devrait attirer votre attention : elle est libellée « Contribution au service public de l’électricité » ou CSPE pour faire court. Cette contribution paye un certain nombre de choses : un quart est consacré au financement de la péréquation tarifaire entre les territoires et les tarifs sociaux. Les trois quarts restants, soit quelque 5 Md€ par an pour 2015, passent dans le financement des énergies renouvelables (2). Et plus les énergies renouvelables se développent, plus la charge assumée par la CSPE augmente. En Allemagne, la CSPE a dépassé les 50 €/MWh, et si en France on est encore à 14 €/MWh, elle devrait augmenter massivement ces prochaines années – la loi fixe l’augmentation minimale à 3 €/MWh par an – pour tenir compte des parcs éoliens et solaires aujourd’hui en construction.

A ce charmant dispositif s’ajoute un autre, encore plus pervers : la priorité d’accès au réseau. En effet, la logique classique des réseaux électriques était celle de l’appel des moyens de production « par ordre de mérite économique ». Chaque matin, le gestionnaire de réseau fait une liste des moyens de production disponibles classés par ordre croissant de prix du kWh. Et lorsque la consommation s’accroît – par exemple lors des pointes journalières de consommation – le gestionnaire appelle successivement les moyens de production dans l’ordre de cette liste. Cette méthode assure l’optimisation économique du système, puisqu’à chaque instant ce sont les moyens de production les plus économiques que l’on fait tourner le plus. Seulement, l’application de cette règle ferait que les renouvelables ne seraient presque jamais couplés au réseau, puisqu’ils sont dans la partie la plus chère de la liste… qu’à cela ne tienne : une directive européenne – qui doit beaucoup au lobby des renouvelables, particulièrement puissant en Allemagne – donne aux énergies renouvelables la priorité d’accès au réseau. En d’autres termes, le gestionnaire de réseau est tenu d’accepter toute la production de renouvelables, tous les autres moyens de production de la « liste » passant derrière.

Ce système a un effet pervers évident. Avec des subventions fort attractives, on construit en Europe des parcs éoliens et photovoltaïques à tout va – c’est vrai en Allemagne, c’est un peu moins vrai en France, où il existe des barrières administratives et d’acceptabilité sociale puissantes. Cela fait une offre massive d’électricité qui en plus a un accès prioritaire au réseau. Une telle abondance pousse les prix du marché vers le bas, ce qui ne gêne bien entendu pas les producteurs d’électricité renouvelable, dont les subventions sont ajustées pour compenser la baisse, et qui du coup n’ont aucune raison d’arrêter leurs constructions. Mais avec des prix bas, qui ira investir dans les moyens de production conventionnels ? Qui construira une centrale au gaz qui ne tournera que quelques centaines d’heures par an ? Or, ceux-ci sont nécessaires pour assurer la sécurité du système électrique, puisqu’il faut bien assurer l’équilibre entre l’offre et la demande lorsque le soleil se voile et que le vent tombe. Il faut alors mettre en place d’autres subventions, consacrées cette fois-ci à assurer la survie des moyens de productions conventionnels. On subventionne ainsi le gaz, le charbon, le fuel… et encore une fois aux frais du consommateur. C’est cela qui explique des effets paradoxaux comme la situation allemande, ou le développement massif des renouvelables s’accompagne d’une augmentation des émissions de CO2 alors que le marché de l’électricité est totalement dysfonctionnel avec des prix « spot » sont plusieurs fois devenus négatifs.

Cette idée de « prix négatif » peut paraître étonnante, mais elle tient à la structure particulière du marché de l’électricité, un marché ou s’échange un bien qui ne se stocke pas, et dont la production doit à tout moment être égale à la demande. Mais aussi aux règles imposées par le lobby des renouvelables, qui obligent les opérateurs du réseau a acheter la totalité de leur production. Que se passe alors lorsque la production renouvelable excède la consommation ? Soit payer le producteur pour qu’il ne produise pas, soit payer le consommateur pour qu’il consomme plus. Ce qui revient à un « prix négatif » de l’électricité…

Comment en est-on arrivé là ? Comme souvent dans ces affaires, par distraction. Pendant que nos « journalistes d’investigation » - il paraît que ça existe – étaient très occupés à dénoncer les méfaits du lobby nucléaire ou celui des pétroliers, le lobby des énergies renouvelables a eu les coudées franches pour imposer, à Bruxelles et ailleurs, cette idéologie qui veut qu’il n’y ait pas de salut hors des énergies renouvelables, et que cet objectif justifie toutes les dépenses, même les plus absurdes. La maffia des énergies renouvelables a d’ailleurs exploité très habilement les phobies anti-nucléaires entretenues par les écologistes d’abord mais aussi par une section non négligeable des élites politico-médiatiques en fournissant à ces courants une alternative énergétique permettant de crédibiliser leurs projets de « sortie du nucléaire », tout en cachant soigneusement les coûts d’une telle « alternative ». Ainsi, par exemple, les scénarios proposés en France par « Négawatt » - haut lieu du lobbying « renouvelable » en France - incorporent une part dominante de renouvelables dans la production d’électricité, tout en restant d’une prudence de sioux lorsqu’il s’agit de parler du coût de ces options. Une prudence d’ailleurs assumée grâce au bon vieux terrorisme intellectuel : qui oserait parler d’argent alors que l’avenir de la planète est en jeu ? Les écologistes, d’ordinaire si attentifs à l’utilisation des deniers publics, utilisent un raisonnement similaire pour justifier un soutien systématique à tous les dispositifs, plus généreux les uns que les autres, qui ont permis aux industriels du renouvelable – et notamment aux fabricants de panneaux solaires chinois (3) – de se remplir les poches.

Pourtant, les coûts sont là, et ils sont énormes. Même les allemands, qui pourtant s’étaient engagés avec enthousiasme dans leur « energiewende » - avec sortie du nucléaire et développement massif des renouvelables – admettent aujourd’hui le désastre et cherchent désespérément à contrôler le monstre qu’ils ont créé.

Bientôt, on aura dépense en subventions aux énergies renouvelables en France plus que n’a coûté en son temps le programme nucléaire français. La différence, c’est qu’il s’agissait alors d’investissement : les 58 réacteurs nous ont coûté 80 Md€, mais à la fin on a eu 58 réacteurs et leur production a largement remboursé leur coût initial.

Pour les renouvelables, la collectivité nationale aura dépensé pas loin de 70 Md€ non pas en investissement, mais juste pour compenser la différence entre le coût du kWh renouvelable et le coût du même kWh produit par d’autres moyens. Jamais la collectivité ne récupérera un sou. Cet argent n’aura servi à rien, si ce n’est à rendre artificiellement rentable une production qui n’est pas économique. Pour la collectivité, c’est de l’argent jeté par la fenêtre. Pour les investisseurs dans les énergies renouvelables, une source considérable de profits.

Bien entendu, vous n’entendrez pas dénoncer cette immense arnaque dans nos médias. Pas de « renouvelableland » sur Arte, pas d’investigation de Monique Robin, pas d’Elise Lucet portant courageusement le fer chez le Syndicat des Energies Renouvelables ou chez Vestas comme elle a su si bien le faire – plusieurs fois – chez AREVA. Tous ces journalistes bardés d’éthique ont d’autres chats à fouetter. Lorsqu’on découvre que le MWh produit par l’EPR de Flamanville coûtera 45% de plus que prévu (4), les dénonciations et les accusations de gabegie pleuvent. Lorsqu’on s’engage à faire cadeau de 5 Md€ par an à la maffia du renouvelable en achetant à jusqu’à 250 € et plus un MWh que nous pourrions avoir à 35 € -

ce qui fait tout de même un renchérissement de 600 % -

tout le monde trouve cela parfaitement normal. Et il se trouve même des députés – n’est-ce pas Denis Baupin, n’est ce pas Cécile Duflot – pour dire qu’il faudrait accélérer.

C’est que, contrairement à ce que croient les gogos, cracher sur le « lobby nucléaire », c’est sans danger : aujourd’hui, c’est un tigre de papier. Le lobby des renouvelables, c’est une autre paire de manches : ces gens-là ont non seulement beaucoup d’argent, mais aussi des relais médiatiques et politiques puissants. Quel ministre, quel président prendra la décision d’arrêter la gabegie au risque de se faire crucifier dans les médias ? Vous voulez une illustration ? Eh bien, voici un fait à méditer : dans un contexte de crise économique, ou l’on rogne sur tous les budgets, où il est difficile de trouver un programme d’investissement qui ne soit pas rogné ou arrêté, il y a un domaine où les budgets ne baissent pas, ou les subventions sont maintenues et même augmentées, ou les projets sont lancées à cadence accélérée… faut-il vous faire un dessin ?
29/03/2016 Vieux  
  56 ans, Hainaut
 
Certains moulins à eau ont été rénové et transformer pour produire de l'électricité ( vu sur RTL TVI ), non seulement cela marche très bien, mais c'est rentable et les propriétaires de ces moulins reçoivent des CV et réinjecte le surplus de production sur le réseau aussi ( devront ils payer une tarification réseau ou pas ?? )
29/03/2016 Vieux  
 
  72 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Railsavoie Voir le message
Situation étrangement similaire à la situation belge:

La grande arnaque des énergies renouvelables

10 Février 2016, 18:54pm | Publié par BLOG-PCF-ARRAS

N’est ce pas qu’ils sont jolis, tous ces panneaux solaires qui recouvrent les toits de nos supermarchés et des ombrières de nos parkings, toutes ces éoliennes qui embellissent l’horizon de nos régions ? Je suis ravi que cela vous plaise, parce qu’elles sont à a vous.
Et certains qui publient ici se sont gavés et ce gavent encore en revendant les CV produits par leur installation PV.
Ils ont déjà amortis leur installation mais refusent les modifications projetées par nos élus et ils ont raisons.
Sont-ils plus innocents que ce qui est dénoncé ci-dessus ?

Notre civilisation occidentale est franchement orientée vers le profit : Voila c'est tout.

Que les donneurs de leçons se regardent d'abord dans un miroir.
29/03/2016 Vieux  
 
  63 ans, France
 
Citation:
Posté par Rebelle Voir le message
Certains moulins à eau ont été rénové et transformer pour produire de l'électricité ( vu sur RTL TVI ), non seulement cela marche très bien, mais c'est rentable et les propriétaires de ces moulins reçoivent des CV et réinjecte le surplus de production sur le réseau aussi ( devront ils payer une tarification réseau ou pas ?? )
En Belgique les moulins à vent seraient plus appropriés
29/03/2016 Vieux  
  56 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par vmcdfb Voir le message
En Belgique les moulins à vent seraient plus appropriés
Il en existe, mais ici on les appelle "éoliennes"
Blague à part, ce que je dis ci dessus est réelle
29/03/2016 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Posté par BRICOJEUNE1 Voir le message
Et certains qui publient ici se sont gavés et ce gavent encore en revendant les CV produits par leur installation PV.
Ils ont déjà amortis leur installation mais refusent les modifications projetées par nos élus et ils ont raisons.
Sont-ils plus innocents que ce qui est dénoncé ci-dessus ?

Notre civilisation occidentale est franchement orientée vers le profit : Voila c'est tout.
tiens... là dessus on est d'accord
29/03/2016 Vieux  
  38 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Rebelle Voir le message
Certains moulins à eau ont été rénové et transformer pour produire de l'électricité ( vu sur RTL TVI ), non seulement cela marche très bien, mais c'est rentable et les propriétaires de ces moulins reçoivent des CV et réinjecte le surplus de production sur le réseau aussi ( devront ils payer une tarification réseau ou pas ?? )
pour une fois que du renouvelable est "stable" et produit un max en hiver, autant le souligner

malheureusement, on n'en tirera pas des centaines de MWH.
sans quoi, on va inverser le sens de circulation de l'eau.

ici à Marchin ou Modave, sur le Hoyou il y a une installation de ce type
29/03/2016 Vieux  
  56 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par browning Voir le message
pour une fois que du renouvelable est "stable" et produit un max en hiver, autant le souligner

malheureusement, on n'en tirera pas des centaines de MWH.
sans quoi, on va inverser le sens de circulation de l'eau.

ici à Marchin ou Modave, sur le Hoyou il y a une installation de ce type
On est d'accord Si j'ai bien entendu pour un débit de 1 m3, l'installation produit 65000 Kwh/ an, pas mal quand même
29/03/2016 Vieux  
 
  57 ans, Brabant Wallon
 
Citation:
Posté par BRICOJEUNE1 Voir le message
Et certains qui publient ici se sont gavés et ce gavent encore en revendant les CV produits par leur installation PV.
(...)
"Certains" qui publient ici comptent également sur les CV pour rembourser le prêt qu'ils contractèrent pour financer leur installation; "certains" qui publient ici comptent également sur ces CV pour reconstituer le bas de laine qu'ils ont entamé pour financer leur installation... cependant, si "certains autres", récoltant des CV sont altruistes au point de se passer de ces CV, qu'ils le fassent savoir; il existe assez de personnes qui seraient heureuses de se diminuer de quelques % les 25% rackettés au "profit" de l'énergie verte sur leur facture d'électricité...


BJ1, ne te trompe pas d'ennemi ! Ceux qui se gavent et continue à se gaver, ce sont les "investisseurs" éoliens; ceux qui se gavent avec un ROI à 3 chiffres !
29/03/2016 Vieux  
  43 ans, Liège
  fafalili est connecté maintenant
de toute façon ce sont les mêmes qui ont les centrales
30/03/2016 Vieux  
 
  72 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Railsavoie Voir le message
"Certains" qui publient ici comptent également sur les CV pour rembourser le prêt qu'ils contractèrent pour financer leur installation; "certains" qui publient ici comptent également sur ces CV pour reconstituer le bas de laine qu'ils ont entamé pour financer leur installation... cependant, si "certains autres", récoltant des CV sont altruistes au point de se passer de ces CV, qu'ils le fassent savoir; il existe assez de personnes qui seraient heureuses de se diminuer de quelques % les 25% rackettés au "profit" de l'énergie verte sur leur facture d'électricité...


BJ1, ne te trompe pas d'ennemi ! Ceux qui se gavent et continue à se gaver, ce sont les "investisseurs" éoliens; ceux qui se gavent avec un ROI à 3 chiffres !
Ceux qui ont installé des PV ne sont certainement pas mes ennemis, ils ont raison de profiter d'une situation intéressante et je dirait même plus : c'est scandaleux de revenir sur les 15 ans et d'inventer des taxes.

Projet Photovoltaique ?
Plus dinfo!
Découvrez DAUVISTER

(Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre, sans quitter ce site.)

Page 47 sur 98 Première page - Résultats 1 à 20 sur 1 957 Page precedente 374546 47 48495797 Page suivante Dernière page - Résultats 1 941 à 1 957 sur 1 957


A lire également sur BricoZone...
RENOUVELABLE ou NUCLEAIRE Par BRICOJEUNE1 dans Solaire Photo Voltaïque, +5544 04/01/2016
Arrêt des subsides au renouvelable Par Philivolt dans Solaire Photo Voltaïque, +9 13/10/2013
Où carreler et sur quoi avec quoi Par noe2010 dans Sols, Carrelage, Parquet, +4 03/11/2012
Parquet neuf......à remettre à neuf ? Par Damon dans Finitions, +10 26/09/2010


Forum Solaire Photo Voltaïque : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

Annuaire Pro

FT Chassis

Spécialiste des châssis PVC, bois et aluminium, portes et volets roulants.


DECOCHALET

Vente et placement d'abris de jardin, carports, garages, pergolas, boxes pour chevaux, ...


Tendance Habitat

Entreprise générale du bâtiment


La Vidange Loiseau S.A.

Débouchage, placement, raccordement et réparation des égouts.

Ajoutez votre société