Surtension réseau détectée par l'onduleur

( dans

» Electricité » Solaire Photo Voltaïque

)
Chercher:    

Surtension réseau détectée par l'onduleur

- Page 16
Page 16 sur 56 Première page - Résultats 1 à 20 sur 1 103 Page precedente 61415 16 171826 Page suivante Dernière page - Résultats 1 101 à 1 103 sur 1 103


29/06/2012 Vieux  
 
  72 ans, Liège
 
Citation:
Posté par Quenbo Voir le message
Pourtant je suis au dernier poteau (la ligne s'interrompt) et quand je suis la ligne jusqu'au poteau de l'autre coté (sur lequel se trouve une connexion avec 2 autres ligne) il y a une armoire électrique...
???

Logiquement plus tu es éloigné du transfo plus la tension chutte.
29/06/2012 Vieux  
 
  Autre pays
 
Citation:
Posté par BRICOJEUNE1 Voir le message
Logiquement plus tu es éloigné du transfo plus la tension chutte.
c'est vrai quand tu consommes. Si tu injectes, la tension est plus grande en fin de ligne qu'en début
29/06/2012 Vieux  
 
  39 ans, Liège
 
Citation:
Posté par dynamitron Voir le message
c'est vrai quand tu consommes. Si tu injectes, la tension est plus grande en fin de ligne qu'en début
Oui mais Quenbo lit les valeurs de nuit.. j'ai un doute sur les capacites de production de ses panneaux pendant la nuit
29/06/2012 Vieux  
 
  61 ans, Liège
 
La nuit, les consommations sont assez faibles, les chutes de tensions en ligne sont quasi nulles et la tension mesurée est proche de la tension à vide du transfo. Elle est réglée pour fournir 230 ou 225 volt en bout de ligne en journée, donc probablement à 240ou 245 V....
29/06/2012 Vieux  
 
  Autre pays
 
Citation:
Posté par jeanphi500 Voir le message
Citation:

Posté par dynamitron
c'est vrai quand tu consommes. Si tu injectes, la tension est plus grande en fin de ligne qu'en début


Oui mais Quenbo lit les valeurs de nuit.. j'ai un doute sur les capacites de production de ses panneaux pendant la nuit
oui et alors ?
Je que je dit n'est qu'un énoncé de la loi d'ohm, thévenin, kirkof et consort...
29/06/2012 Vieux  
 
  40 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par Pietje Voir le message
J'avoue ne pas (rien) comprendre...

En ce qui concerne le "Seuil Maximum inférieur de fréquence" qui devrait être 50,50 Hz suivant les nouvelles normes.

Sur mon onduleur (Sunny Boy 2500) ce paramêtre est réglé sur 0,19Hz. Et la plage proposée est 0,10...4,50Hz.

???

Pietje
un offset quoi,
donc ça te fait une plage de fonctionnement entre 50.19 Hz et 49.81 Hz

Dernière modification par xixou 29/06/2012 à 19h11.
29/06/2012 Vieux  
  37 ans, Liège
 
Merci pour vos réponses...
Mes panneaux ne fonctionnent en effet que de jour , l'option "phares" étaient trop chères et je ne suis pas certain du rendement calculé (j'aurais dû soumettre l'idée au représentant "vendeur de tapis" win-win que j'avais eu au début, tiens)

J'ai précisé dans mon formulaire à tecteo que la tension de nuit était déjà à 242 V, et j'espère que rien que ça les fera bouger un peu, même si je ne suis pas encore en ordre au niveau paperasses. Sinon je rameute les voisins !

Demain si le soleil est là j'irai relever la tension chez mon voisin d'en face... Malheureusement comme il est en triphasé et moi en mono, je sais pas si ça aidera, mais au moins je pourrai savoir s'il y a une ligne plus légère sur les 3 !
J'espère que Tecteo ne tardera pas trop à me répondre, mais j'ai déjà gagné quasi 3 semaines à l'envoyer par mail plutôt que courrier, c'est déjà çà

Citation:
Posté par jpd4355 Voir le message
La nuit, les consommations sont assez faibles, les chutes de tensions en ligne sont quasi nulles et la tension mesurée est proche de la tension à vide du transfo. Elle est réglée pour fournir 230 ou 225 volt en bout de ligne en journée, donc probablement à 240ou 245 V....
Ah OK vu sous cet angle c'est plus compréhensible !
Maintenant encore faudrait-il que la tension descende en journée...
Demain je sens que je vais faire pas mal de relevés!

Dernière modification par Quenbo 29/06/2012 à 19h59.
29/06/2012 Vieux  
 
  61 ans, Liège
 
Je vais peut-être essayer de compléter mon explication:

Petit rappel, les pertes en ligne sont proportionnelles à la puissance transportée sur une ligne de distribution (réseau). Elles conduisent à une chute de tension en V(Volt) entre générateur et récepteur.

Habituellement le générateur est le transformateur du réseau et le réseau en amont. Le récepteur représente les utilisateurs que nous sommes.

Quand les utilisateurs deviennent producteurs et si leur production dépasse les besoins locaux (en aval du transfo), dans ce cas là pour faire simple, on peut considérer les auto-producteurs comme le générateur du système et le réseau comme le récepteur. Les chutes de tension en ligne ne se soustraient plus de la tension de sortie du transformateur réseau mais s’y ajoutent pour donner la tension minimum que doit atteindre l’onduleur pour pousser la puissance au travers du réseau et du transformateur lui-même.

Prenons un utilisateur placé en fin de réseau, on va distinguer 3 situationspour une même tension de 240 V au niveau du transfo du réseau.

1- Un jour très froid en hiver avec peu de soleil ou panneaux recouverts de neige donc pas d'auto production, beaucoup de pertes en ligne. La tension mesurée est de 225 V. Il y a une chute de tension en ligne de 15V (240 -15= 225V).

2- La nuit, il y a peu de consommation les pertes en lignes sont quasi nulles, la tension en fin de ligne est de 238 V (pertes en ligne de 2V).

3- Un jour froid et très ensoleillé de mai, il est 14h (12h heure du soleil),il y a peu de consommation style week-end de repos, l’auto-production dans le quartier atteint son maximum, et dépasse de beaucoup la consommation du quartier. En bout de ligne l’onduleur augmente la tension pour pouvoir débiter vers le transformateur, la tension doit monter et dépasser la tension de sortie du transformateur. En effet il faut vaincre la tension de sortie plus les pertes en ligne qui se traduisent aussi par une chute de tension, mais dans l’autre sens, de l’auto-producteur vers le transfo. Si la puissance instantanée est telle que l’on produit en excès disons la moitié de la puissance nominale du réseau, les pertes en lignes donnent une chute de tension de 15 V/2 = 7,5 V, la tension mesurée à l’onduleur (AC) sera de l’ordre de 240 + 7,5V = 247,5 V. Si la surproduction atteint le niveau de la puissance nominale dans ce cas extrème la tension onduleur devient 240 V + 15 V soit 255 V. L’onduleur décroche après le temps de 10 min. On comprend l'intéret de consommer aux heures de pointe de production....

La solution: modifier automatiquement la tension de sortie du transformateur en fonction de la charge et surtout du sens découlement de la puissance.

Dernière modification par jpd4355 29/06/2012 à 22h02.
29/06/2012 Vieux  
 
  Autre pays
 
Citation:
Posté par jpd4355 Voir le message
Je vais peut-être essayer de compléter mon explication:

Petit rappel, les pertes en ligne sont proportionnelles à la puissance transportée sur une ligne de distribution (réseau). Elles conduisent à une chute de tension en V(Volt) entre générateur et récepteur.

Habituellement le générateur est le transformateur du réseau et le réseau en amont. Le récepteur représente les utilisateurs que nous sommes.

Quand les utilisateurs deviennent producteurs et si leur production dépasse les besoins locaux (en aval du transfo), dans ce cas là pour faire simple, on peut considérer les auto-producteurs comme le générateur du système et le réseau comme le récepteur. Les chutes de tension en ligne ne se soustraient plus de la tension de sortie du transformateur réseau mais s’y ajoutent pour donner la tension minimum que doit atteindre l’onduleur pour pousser la puissance au travers du réseau et du transformateur lui-même.

Prenons un utilisateur placé en fin de réseau, on va distinguer 3 situationspour une même tension de 240 V au niveau du transfo du réseau.

1- Un jour très froid en hiver avec peu de soleil ou panneaux recouverts de neige donc pas d'auto production, beaucoup de pertes en ligne. La tension mesurée est de 225 V. Il y a une chute de tension en ligne de 15V (240 -15= 225V).

2- La nuit, il y a peu de consommation les pertes en lignes sont quasi nulles, la tension en fin de ligne est de 238 V (pertes en ligne de 2V).

3- Un jour froid et très ensoleillé de mai, il est 14h (12h heure du soleil),il y a peu de consommation style week-end de repos, l’auto-production dans le quartier atteint son maximum, et dépasse de beaucoup la consommation du quartier. En bout de ligne l’onduleur augmente la tension pour pouvoir débiter vers le transformateur, la tension doit monter et dépasser la tension de sortie du transformateur. En effet il faut vaincre la tension de sortie plus les pertes en ligne qui se traduisent aussi par une chute de tension, mais dans l’autre sens, de l’auto-producteur vers le transfo. Si la puissance instantanée est telle que l’on produit en excès disons la moitié de la puissance nominale du réseau, les pertes en lignes donnent une chute de tension de 15 V/2 = 7,5 V, la tension mesurée à l’onduleur (AC) sera de l’ordre de 240 + 7,5V = 247,5 V. Si la surproduction atteint le niveau de la puissance nominale dans ce cas extrème la tension onduleur devient 240 V + 15 V soit 255 V. L’onduleur décroche après le temps de 10 min. On comprend l'intéret de consommer aux heures de pointe de production....

La solution: modifier automatiquement la tension de sortie du transformateur en fonction de la charge et surtout du sens découlement de la puissance.
Pas mal comme explication mais à mon avis en partie incorrecte.
Le souci vient moins des pertes dans les cables qui vont de maison en maison que des problèmes dans les transformateurs de quartier qui voient leur circuit magnétique qui sature vu la puissance qui les traverse.
Comme la puissance du quartier ne peut pas être évacuée (car limitation de courant suite à la faiblesse du circuit magnétique), la tension augmente.
La solution ne consiste pas à modifier automatiquement la tension de sortie du transfo mais de carrément le changer pour un plus gros.
Ce que les ORES et autre TECTEO ne sont pas toujours enclin à faire.
30/06/2012 Vieux  
 
  61 ans, Liège
 
Citation:
Posté par dynamitron Voir le message
Pas mal comme explication mais à mon avis en partie incorrecte.
Le souci vient moins des pertes dans les cables qui vont de maison en maison que des problèmes dans les transformateurs de quartier qui voient leur circuit magnétique qui sature vu la puissance qui les traverse.
Comme la puissance du quartier ne peut pas être évacuée (car limitation de courant suite à la faiblesse du circuit magnétique), la tension augmente.
La solution ne consiste pas à modifier automatiquement la tension de sortie du transfo mais de carrément le changer pour un plus gros.
Ce que les ORES et autre TECTEO ne sont pas toujours enclin à faire.
Je ne suit pas tout à fait d'accord avec la remarque concernant la saturation du transfo.
Si on suppose la puissance produite par les auto producteurs égale à la consommation du quartier, la puissance qui traverse le transformateur est nulle et il est sur du velours même si on consomme la puissance nominale.
Je ne crois pas que changer la taille du transfo va apporter quelque chose, par contre dédoubler les lignes conduirait à diviser par 2 les chutes de tensions en ligne, dans un sens comme dans l'autre, ce qui permet de réduire la tension nominale de sortie du transfo disons 7.5V de moins et par conséquent la tension max au niveau des onduleurs diminuerait de 15 V (situation 3 de mon exemple).

Dernière modification par jpd4355 03/07/2012 à 00h59.
30/06/2012 Vieux  
 
  54 ans, Namur
 
Citation:
Posté par xixou Voir le message
un offset quoi,
donc ça te fait une plage de fonctionnement entre 50.19 Hz et 49.81 Hz
Ouf! SMA n'était vraiment pas explicite. Cela pourrait enfin expliquer la perte de production que je constate depuis quelques mois!... (Diminution de puissance, impossible à monitorer)

Si je comprends bien Synergrid monte les valeurs pour faciliter la vie des GRD.

Dans mon cas, je peux monter l'offset facile à 0.50hz au lieu 0.19.

Je ne comprends pas le lien entre surtension et variation de fréquence, si l y en a un.

Merci Xixou
Pietje

Il faut bien constater que SMA distille des codes personnels "sma grid guard" permettant la modification de paramêtres sensibles. Il faut rappeler que l’utilisation de ce code et les modifications qui sont faites sont non seulement auditée, mais engagent la responsabilité du modificateur. En cas de nécessité, faites appel à votre installateur.
30/06/2012 Vieux  
 
  40 ans, Hainaut
 
Je ne comprends pas le lien entre surtension et variation de fréquence, si l y en a un.

en effet, pas de lien ^^
Si varaiation de fréquence il y a , c'est parce que l'alternateur dans le station nucléaire du coin tourne trop vite ou pas assez vite ^^
Probablement que Homer simpsons est passé par là ^^
30/06/2012 Vieux  
 
  54 ans, Namur
 
D'oh!.........

Dernière modification par Pietje 02/07/2012 à 13h46.
02/07/2012 Vieux  
 
  53 ans, Liège
 
Concernant les décrochages....
Resa est venu rechercher l' enregistreur de réseau après 8 jours.
Nous avions changé l'onduleur qui décroche vers la phase du triphasé non utilisée mais, même résultat, voir pire sur cette phase. Je suis donc revenu à la situation primaire.
Il y a maintenant une semaine, pas de nouvelle, pas de changement.!
Quelqu'un connait t-il la suite de cette procédure?
03/07/2012 Vieux  
 
  40 ans, Brabant Wallon
 
METAPV : PERMETTRE 50 % DE SOLAIRE EN PLUS SUR LE RÉSEAU !

Pour Achim Woyte, les actuelles surcharges constatées au niveau des réseaux suite à la multiplication des installations photovoltaïques ne sont pas une fatalité, bien au contraire. Avec le projet MetaPV, développé à l’initiative du bureau d’études belge 3E, il entend en faire la démontration.

Jean Cech : La multiplication des installations photovoltaïques posent bien des problèmes au niveau des réseaux depuis quelque temps. Le succès de ce type de production décentralisée est-il seul en cause ?

Achim Woyte : Outre la multiplication des installations, qui est réelle, l’organisation radiale des réseaux basse tension focalise la difficulté sur certaines portions de ligne, celles où se trouvent concentrées des productions photovoltaïques. Sur un réseau radial, la consommation d’électricité diminue la tension à l’endroit du prélèvement et sur sa partie de ligne en aval. Inversément, la production d’électricité induit l’effet inverse, c’est-à-dire une augmentation de tension à l’endroit d’injection et en aval. Ainsi, tenant compte des caractéristiques des consommations branchés sur la ligne et aujourd’hui aussi des productions décentralisées, on peut agir au niveau du transformateur de tête de ligne pour adapter au mieux la tension sur toute la ligne. Chez nous, cela passe nécessairement par l’intervention manuelle du GRD, qui est responsable de l’ajustement de la tension au niveau du transformateur basse / moyenne tension. Comme cela se fait manuellement, l’opération nécessite une mise hors tension temporaire. (NDLR : pour l’éviter, des systèmes automatiques existent, mais les GRD belges n’en sont pas encore équipés. Par contre, le réseau de transport en est équipé et ils permettent à ELIA de gérer en continu la tension selon les cas de figures.)

Donc, ce mode d’intervention n’est pas vraiment la panacée... ?

A. W. : Effectivement. C’est la procédure habituelle, mais elle ne peut pas faire de miracle. Ce qui complique encore les choses, c’est que nous fonctionnons avec un réseau qui comporte trois phases et que sur le réseau basse tension, le GRD ne sait jamais sur quelle phase une installation PV se situe. Au niveau des panneaux PV, l’installateur, lui, a choisi au hasard l’une des phases pour brancher son installation. Donc le gestionnaire de réseau va commencer par voir s’il peut brancher le système sur une autre phase. Si au bout de toutes ces interventions le problème subsiste, on doit bien se résoudre à envisager la pose d’un nouveau câble.

En quoi le projet MetaPV que vous avez initié peut-il changer la donne ?

A. W. : La question est ici de savoir combien de productions décentralisées un réseau donné peut accueillir. C’est communément une valeur théorique – ce que les Anglais appellent « hosting capacity » – au-delà de laquelle toute nouvelle production impose un renforcement de la ligne. Notre réflexion se focalise sur les méthodes « intelligentes » qui pourraient nous permettre de déplacer ce repère vers le haut sans passer par la pose de nouveaux câbles. Nous nous intéressons surtout au pilotage du réseau et aux méthodes de communication et d’interaction avec les onduleurs. Notre ambition est de relever ainsi la capacité d’accueil des réseaux de 50 % en n’investissant qu’un dixième de ce que nous demanderait un renforcement classique du réseau.

Est-ce bien réaliste ?

A. W. : C’est le potentiel qui a été évalué par une étude autrichienne. Compte tenu du coût des équipements et des interfaces intelligentes qui doivent intervenir tant au niveau des installations PV que du réseau, il est surtout valable pour un réseau moyenne tension. Quoi qu’il en soit, il a été démontré qu’on peut y arriver via un meilleur dialogue entre l’onduleur de l’installation et le système de gestion du réseau. Concrètement, la solution technique proposée repose sur les notions de puissance active et puissance réactive qui gouvernent tout circuit électrique et sur les spécificités propres au réseau électrique. En gros, il y a moyen, via une judicieuse communication entre l’onduleur dont on exploiterait la puissance réactive et le réseau capable à tout moment de connaître la situation de chaque onduleur, de faire en sorte que ces éléments physiques contribuent à préserver l’équilibre du système, voire même à le renforcer. Quitte parfois à moduler temporairement le niveau de production. Nous envisageons éventuellement – mais c’est une option subsidiaire qui doit encore démontrer sa rentabilité – de faire intervenir en complément un système de stockage sur batteries.

Ça, c’est la théorie. A-t-on pu vérifier tout cela in situ ?

A. W. : C’est ce à quoi nous nous employons actuellement avec nos partenaires dont le gestionnaire de réseau Infrax qui se propose d’implémenter le système sur certaines portions de son réseau où d’importantes productions PV, tant résidentielles (427 kWc, 85 installations avec au total 95 onduleurs) qu’industrielles (9 installations, environ 2,5 MWc au total) sont ou vont être branchées. Nous sommes en passe d’installer les systèmes de contrôle actif – les onduleurs fournis par SMA, les interfaces communicantes, etc. – ce qui devrait être réalisé dans les prochains mois. Nous voulons vérifier que notre théorie se vérifie dans la pratique quotidienne et que les différents modes que nous envisageons fonctionnent bien tout au long de la journée, quel que soit l’ensoleillement comme nous l’avons constaté en laboratoire. Nous aurons les réponses dans les deux prochaines années. C’est le plus grand projet actuel de gestion active du photovoltaïque en situation réelle et à vocation commerciale. C’est donc un véritable projet de démonstration.

Une telle interaction dans le pilotage des réseaux est-elle bien conforme au cadre légal ?

A. W. : Le cadre actuel ne prévoit (ni n’exclut) ce type d’opération et d’activité par les onduleurs.

http://www.apere.org/doc/Renouvelle45.pdf
03/07/2012 Vieux  
 
  39 ans, Liège
 
Je l'avais lu dans Renouvelle egalement...

Comme quoi des solutions existent
03/07/2012 Vieux  
  Luxembourg
 
C'est peut aussi l'objectif de la dernière modification Synergrid....
03/07/2012 Vieux  
 
  36 ans, Namur
 
Très interessant . merci pour les infos.
05/07/2012 Vieux  
  44 ans, Liège
 
Citation:
Posté par superman Voir le message
Voilà,pour ma part,premier soucis alors que l'instalation du voisin n'est pas encore effectuée

Mon onduleur principal (Diehl-ako platinium 4301 s) a sonné avec message d'erreur 201 avec décrochage à 248 --> 251volts vers 16h.
Par contre mon petit Sma sunny boy 1200 n'a pas décroché.

Ca promet pour plus tard...

Voilà,installation du voisin réalisée hier (du costaud,+ de 5000Wc installé).
Nous sommes tous deux plein sud puisque maisons mitoyennes unifamiliales.

Behn,y a plus qu'à attendre qu'elle soit mise en route
Wait and see...
05/07/2012 Vieux  
 
  53 ans, Liège
 
Merci Yucatan

Projet Photovoltaique ?
Plus dinfo!
Découvrez DAUVISTER

(Ce lien ouvre une nouvelle fenêtre, sans quitter ce site.)

Page 16 sur 56 Première page - Résultats 1 à 20 sur 1 103 Page precedente 61415 16 171826 Page suivante Dernière page - Résultats 1 101 à 1 103 sur 1 103


A lire également sur BricoZone...
Branchement de l'onduleur dans le tableau ? Par Jean-Marc dans Solaire Photo Voltaïque, +17 06/02/2014
Surtension Dans Mon Circuit Electrique Par crisnic dans Electricité, +9 11/09/2010
Protection surtension Par chrisbati dans Electricité, +1 19/08/2010
Alimentation d’un réseau 12v par un chargeur de batteries Par didadel dans Electricité, +4 19/10/2009
Où brancher l'onduleur ? Par dufleuve dans Electricité, +1 30/03/2008


Forum Solaire Photo Voltaïque : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

Annuaire Pro

Ent Chif Eric construction

Entreprise de gros oeuvre, maçonnerie façade, annexe, aménagement extérieur, transformation, etc


illiCO travaux

Un seul interlocuteur pour tous vos devis de travaux de rénovation !


FT Chassis

Spécialiste des châssis PVC, bois et aluminium, portes et volets roulants.


DECOCHALET

Vente et placement d'abris de jardin, carports, garages, pergolas, boxes pour chevaux, ...

Ajoutez votre société