Conseil, doute sur mon couvreur

( dans

» Gros Oeuvre » Toiture, Charpente

)
Chercher:    

Conseil, doute sur mon couvreur

- Page 2
Page 2 sur 2 Page precedente 1 2


13/12/2014 Vieux  
 
  71 ans, Luxembourg
 
Cà, c'est bien vrai çà !

Dixit mère Denis et moi aussi
13/12/2014 Vieux  
  63 ans, Liège
 
C'est hélas trop souvent vrai! Mais ce n'est pas avec les salaires dans l'enseignement qu'on va attirer les bons éléments.
13/12/2014 Vieux  
 
  59 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par Parsifal Voir le message
Et pourtant il est bien couvreur et il enseigne dans une école...

Et après, on s'étonne qu'avec des gaillards pareils l'enseignement technique ou professionnel soient déconsidérés!
Cela m'a toujours fais bien rire, les soit disant "pro" professeur !

Expli :

Sur un camion frigorifique d'un client, le compresseur semi-hermétique grille (bobinage brûlé), je propose donc la réparation, mais le client me dit: j'ai un pote aux "Aumonier du travail " de Charleroi qui me le fait gratos pour éduquer ses élevés de la section réfrigération !

On a récupéré le compresseur 3 semaines plus tard (déjà la perte de vente !) et quand je l'ai replacé et remis en marche, il a tourné 35 secondes et a stoppé net dans un bruit de casse ! Le super prof avait oublier de recentrer l'entrainement de la pompe a huile, donc toute la mécanique HS ! >>>( nouveau compresseur ).

Je ne vous dis pas le montant de la facture final et toute les pertes de vente du client
14/12/2014 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Peut être qu'il serait possible, en tenant compte de la pénibilité de certains métiers qui veulent avoir un accès plus rapide à la pension, de pré-pensionner plus tôt les gens exerçant ces métiers, avec même un complément, à condition qu'il enseignent jusqu'à l'âge légal de la pension. Ils ont une connaissance du métier beaucoup plus pratique que théorique, et dans les métiers manuels, la pratique compte bien plus que la théorie.
On libérait des places pour les jeunes, et on aurait une garantie de qualité pour la formation.
Ou bien les pré-pensionner plus tôt, comme ils le souhaitent, mais avec une obligation de parrainage sur chantier des jeunes entreprises. Cela pourrait se faire en mi-temps, par exemple.
Qu'en pensez vous ???
14/12/2014 Vieux  
 
  50 ans, Liège
 
Bien sûr intègre que c'est une bonne idée, même une très bonne.
Le seul bémol est qu'il faut des nerfs pour supporter les élèves. Alors un prépensionné.... Il risque d'être totalement pensionnné avant l'heure .
14/12/2014 Vieux  
 
  39 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par siou Voir le message
Bien sûr intègre que c'est une bonne idée, même une très bonne.
Le seul bémol est qu'il faut des nerfs pour supporter les élèves. Alors un prépensionné.... Il risque d'être totalement pensionnné avant l'heure .
pas forcément ! je pense qu'un pré-pensionné a plus de patience et d'amour pour son métier, et qu'il est davantage motivé par transmettre son savoir que par jouer le rôle d'instituteur fonctionnaire qui va bosser en traînant la patte ! Et justement, les jeunes le ressentent !
Croyez-moi, il ne faut pas prendre tous les jeunes pour des cons, ils réagissent souvent en fonction du type de personne qu'ils ont devant eux: quand ils savent que le prof n'est là que pour être payé à la fin du mois, ils n'éprouveront pas le même respect que pour un vieux passionné qui est là pour leur transmettre une réelle expérience.
Je suis moi-même passé par là. La majorité des profs que j'ai eu à l'université n'avaient aucune expérience de la réalité du monde du travail, en dehors du monde de l'enseignement. Quand, toutefois, on avait un professeur qui nous enseignait la matière dans laquelle il travaillait vraiment, le contact était différent. Les jeunes sont lucides, et c'est encore plus vrai dans la branche professionnelle !
15/12/2014 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Si le prof est intéressant, qu'il montre qu'il connaît bien le métier qu'il enseigne, les gens écoutent et apprécient. Mais un gars qui ne connait pas bien son métier, au point qu'il ne sait pas gagner sa vie avec ce métier, et qui est devenu enseignant pour se caser, avec un salaire garanti, cela n'intéresse personne.
15/12/2014 Vieux  
  32 ans, Hainaut
 
Mon père a été indépendant plus de 30 ans, il finit maintenant sa carrière dans l'enseignement!
Il a clairement des collègues qui font de la merde (qui n'ont jamais travailler dans la vrai vie finalement)...et on s'est rien faire une fois qu'ils sont dans le système!
Concernant le salaire, il gagne beaucoup mieux sa vie maintenant!!!
15/12/2014 Vieux  
  Liège
 
Par contre, prof, comme n'importe quel autre métier, ne s'improvise pas. On peut avoir toute la connaissance du monde, transmettre un savoir est une compétence qui n'est pas à la portée de tous...
15/12/2014 Vieux  
 
  32 ans, Hainaut
 
C'est clair, on a beau être un excellent ouvrier, ce n'est pas pour autant qu'on sera capable de transmettre notre savoir. Mais il existe le CAP en cours du soir pour celui qui veut changer d'orientation... De toute façon le problème n'est pas nouveau, il y à un énorme décalage entre les enseignant dans les métiers techniques et les vrais professionnels sur chantier.
15/12/2014 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Il est plus facile d'expliquer ce qu'on a pratiqué pendant des années, que d'expliquer quelque chose qu'on n'a jamais pratiqué. Il y a un monde de différence entre la réalité et la pratique. Il ne faut pas confondre les études purement "intellectuelles" et théoriques, avec les professions manuelles où il est important de déjà simplement montrer les choses et expliquer la raison pour laquelle on fait cela de cette manière.

Dernière modification par intègre 15/12/2014 à 14h01.
16/12/2014 Vieux  
  Namur
 
regardez bien la maniere dont la bavette est posée par rapport au shema indiqué.
Le dernier rang de tuile sous le velux doit se trouver a +- 10 cm du bas du cadre du velux. puis on pose la bavette et les profils, puis les rangs de tuile lateraux j'ai l'impression sur votre photo que la latte du dernier rang se trouve a une grosse 15aine de cm de celui ci c'est pour cela qu'on a rajouter une tuile sur le coté avant de poser la bavette.
Sinon, oui, il y a un decalage entre les formateurs de plein exercices et les independants (pas tous les formateur heureusement)
mais, le fait d('etre independant et donner cours egalement n'est pas une garantie de connaissance du metier.
Quand on sait que meme un ebeniste ou un menuisier peut avoir l'acces à la profession de couvreur.... ou que le fait d'avoir travailler 3 ans comme Q1 permet egalement cela, il ne faut pas s'etonner que l'on perd le metier.

http://economie.fgov.be/fr/entrepris...es_prof/diplo/

Allez sur "cliquez ici", formation professionelle. Puis choisissez le metier de couverture et vous verrez que par exemple un diplome de qualif ebeniste au classe moyenne donne acces en couverture.
Il faut donc pas s'etonner de ce qu'il se passe.

Et je ne veux meme pas parler des examens pour le plan qualiwat (prime pour panneau photovoltaique) , la c'est encore pire niveau couverture
Mais bon, heureusement que Bzone existe xD
Pour le moment on veut tout modulariser au niveau des formation, comme si un metier n'etait que des petits module;
Il faut prendre une profession dans son ensemble.

Dernière modification par Gemon 16/12/2014 à 16h29.
17/12/2014 Vieux  
 
  39 ans, Hainaut
 
Citation:
Posté par intègre Voir le message
Il ne faut pas confondre les études purement "intellectuelles" et théoriques, avec les professions manuelles où il est important de déjà simplement montrer les choses et expliquer la raison pour laquelle on fait cela de cette manière.
Crois moi, Intègre, quand un jeune se rend compte que son professeur n'a jamais travaillé dans la branche qu'il enseigne (et parfois, n'est même jamais sorti du monde de l'enseignement), il ne va jamais le respecter: que ce soit dans les études purement intellectuelles ou pratiques. Et de toute façon, c'est même le cas dans le monde du travail: quand tu prends un vieux bonhomme qui a bossé toute sa carrière dans une boîte, et qu'un jeune parvenu en costard cravate (avec du lait derrière les oreilles) essaye de manière hautaine de lui expliquer comment travailler, ça clashe toujours.

Bien avant d'arriver à l'unif, j'avais déjà mis un pied dans le monde du travail (dès l'âge de 14-15 ans). J'ai financé mes études en partie à l'aide de petits boulots, comme beaucoup d'entre nous, issus de familles modestes l'ont fait. Rien qu'avec cette petite expérience, je peux te dire qu'à mes 20 ans, j'avais l'impression de connaître la réalité du monde du travail mieux que beaucoup de mes soi-disants professeurs. Ils ne connaissaient rien du monde du travail à part la salle des profs, et le bistrot d'en face de l'école... Et quand un projet de loi ou une réforme quelconque menaçaient leur petite tranquilité, ils se mettaient illico en grève.

Pour moi, on a beau me dire tout ce qu'on veut, diplômé ou pas, le réel autodidacte passionné, et qui apprend sur le tas, bénéficie d'une formation inégalable. Quand tu vois que certains élèves en bâtiment travaillent déjà sur leurs propres chantiers le soir ou le weekend, pendant que certains de leurs professeurs ont des mains plus féminines que celles d'une manucure, faut pas s'étonner que ces derniers se fassent insulter !
17/12/2014 Vieux  
 
  69 ans, Namur
 
Pourquoi crois-tu que j'ai quitté l'école à 17 ans ??? J'étais à l'école de commerce de Schaerbeek, et j'avais des vieux profs qui n'avaient jamais fait autre chose qu'enseigner, sans jamais se remettre en question et avec des méthodes d'avant la guerre (celle de 40-45 !!) Tout ce que j'ai appris, je l'ai appris tout seul, en me passionnant chaque fois pour ce que je faisais. Alors parfois quand je rencontre de jeunes blancs becs qui ne connaissent que des théories et qui veulent m'apprendre comment faire mon métier, ça me fait rire ou ça me hérisse suivant le ton employé.
Dire qu'on se volait dans les plumes il y a un an ou deux !!
Amicalement
Michel
30/12/2014 Vieux  
 
  29 ans, Namur
 
Voici des petites nouvelles de mon toit!
Avec mon nouveau couvreur, on a retiré toutes les tuiles et défait le lattage longitudinal. Nous avons installé la collerette qui n'avait pas été posée sur le pourtour du vélux et puis après on eu du mal à poser les tuiles car on s'est rendu compte que la charpente (qui a été recommencée de zéro par l'ancien couvreur) n'était pas droite! En effet, par rapport au "haut" du toit, il manquait 10 cm dans le "bas" ! La position du pare-pluie a aussi été changée, celui-ci viendra se "jeter" dans la gouttière et ne glissera plus le long de la planche de face en bois!
On voit sur la première photo qu'on a du rajouter des morceaux de bois pour combler le vide et tenter d'avoir un bel axe le long de la mitoyenneté.
Sur l'autre photo (il reste encore la gouttière à placer et le lien entre le mur et le toit), on constate que le toit n'est pas droit (je trouve que c'est très frappant avec le vélux) mais on a fait ce qu'on a pu sans démonter toute la charpente .
Bonnes fêtes à tous.

Conseil, doute sur mon couvreur Conseil, doute sur mon couvreur
Page 2 sur 2 Page precedente 1 2


A lire également sur BricoZone...
Doute sur mon type de fourniture électrique Par synapsium dans Electricité, +3 07/10/2012


Forum Toiture, Charpente : Voir ce forum, Nouveautés, Actifs, Sans rép
Tout BricoZone : Page de garde, Dernieres 24h

Photos au hasard
Voir toutes nos photos


Pas encore membre de BricoZone ?!
Attention Pour participer, poser une Question ou Répondre : inscrivez vous !
Ceci vous permettra également de recevoir un email lors des réponses.
Mais même si vous ne voulez rien écrire : vous pourrez surveiller les forums et leurs nouveaux messages, et obtenir une vue rapide de tous les nouveaux messages depuis votre dernière visite !
Tout ceci est évidemment gratuit et rapide.

Visitez aussi : BricoZone France, nos Blogs. On aime Astel, JardiZone et InternetVista.
 
Connexion!
Identifiant
Mot de passe

Inscription - Oublié ?

PH

Annuaire Pro

Tendance Habitat

Entreprise générale du bâtiment


La Vidange Loiseau S.A.

Débouchage, placement, raccordement et réparation des égouts.


Maisons Gabriel

Maisons Gabriel SA est une entreprise générale de constructions.


Maisons Blavier s.a.

Blavier construit des maisons clé-sur-porte en mettant l’accent sur l'accompagnement et le budget

Ajoutez votre société