Ecopure vs Biofix

Dans le forum Egouts, Citernes - par thecrack le 18 Août 2008

  1. thecrack

    thecrack 40 ans, Hainaut

    J'ai le choix entre 2 stations d'épurations. Mais laquelle me conseillez-vous?

    Ecopure compact 2/5
    Biofix 2/5

    Merci de votre aide.
     
    Dernière édition par un modérateur: 19 Août 2008
    thecrack , 18 Août 2008
    #1
  2. daniel292

    daniel292 66 ans, Liège

    Principe et description du système ECOPURE COMPACT 1-5 W* de la société
    ECOBETON de Saint-Trond

    Principe :
    Unité monobloc 3 cuves compartiments (fosse septique toutes eaux –lit mobile– clarificateur). Ecoulement gravitaire.
    Filière boues :
    Retour Extraction des boues secondaires du clarificateur secondaire vers le prétraitement (280 litres soit 2* 140 litres
    par jour) par pompe immergée ecosub (débit nominal 8.4 m³/h). Stockage des boues primaires + secondaires dans le
    prétraitement.
    Cuves :
    Béton CEM 111/A 42.5LA Classe de résistance C 40/50
    Classe de consistance F1
    Tous les agrégats portent la marque BENOR
    Armatures et agrégats agréées BENOR
    Suivant Normes NBN B15-001, NBN B15-214 –215 –220 –237
    Dispositif de prétraitement :
    Cuve de 3200 litres sans compartimentage. Surface 1.9 m². Hauteur d’eau 1.7 m. Entrée par tuyau droit ∅ 110 et sortie
    par tuyau coudé ∅ 160 à 32cm sous niveau de surface.
    Dispositif de traitement :
    -Lit bactérien noyé tourbillonnaire flottant : compartiment de 900 litres ; hauteur d’eau 1.68 m ; entrée: ∅ 160 gravitaire
    et sortie par tuyau coudé ∅ 160 à +/- 30 cm sous surface avec crépine.
    Aération par surpresseur SECOH EL -60 préréglé en usine (aération 45 min/h de 6 à 23 h et 30 min/h de 23 à 6h).
    -Clarificateur: compartiment de 1020 litres. Surface 0.63 m². Entrée : gravitaire par tuyau coudé ∅ 160 à 32cm sous
    plan d’eau et sortie gravitaire ∅ 160.
    Regard de visite 70 x 70cm à cheval sur les compartiments.
    Principe et description du système BIOFIXE W * 1-5 de la société
    ECOBETON de Saint-Trond

    Principe :
    Unité monobloc 3 compartiments (fosse septique toutes eaux -lit mobile- décanteur secondaire). Ecoulement
    gravitaire.
    Filière boues :
    Extraction des boues secondaires par pompe du clarificateur secondaire vers le prétraitement. Stockage des
    boues primaires + secondaires dans le prétraitement
    Cuves :
    Cuverie en béton
    Normes NBN B15-001, NBN B15-214 -215 -220 -237
    Béton CEM 111/A 42.5LA Classe de résistance C 40/50Classe de consistance F1
    Armatures et agrégats agréés BENOR
    Dispositif de prétraitement :
    Compartiment de 3000 litres (volume utile) sans compartimentage. Surface 1.7 m². Hauteur d'eau 1.7 m. Entrée
    par tuyau droit diamètre 110 et sortie par orifice diamètre 160 dans la paroi à env 30 cm de la surface.
    Dispositif de traitement :
    -Lit bactérien noyé : compartiment de 930 litres (volume utile) ; hauteur d'eau 1.7 m ; entrée par orifice diamètre 110
    dans la paroi à env 30 cm de la surface et sortie par tuyau droit diamètre160.
    Support tubulaire : type " bionet " (200 m²/m³) ; surface totale 88 m²
    Aération continue par surpresseur SECOHEL -60 préréglé.
    -Clarificateur : cuve de 1000 litres (volume utile). Surface 0.6 m². Entrée : gravitaire par tuyau coudé diamètre 160 à 30
    cm sous plan d'eau et sortie gravitaire par tuyau coudé diamètre 110 à 32 cm sous plan d'eau. Reprise des boues par
    pompe ECOSUB
    Regard de visite 70 x 70 cm à cheval sur les trois compartiment .
    La différence essentielle entre les deux systèmes préconisés réside sur la méthode utilisée, l'un à lit fixe l'autre à lit tourbillonnire flottant avec 1/2 consommation électrique en ce qui concerne l'aération donc une durée de vie théorique du surpresseur de 2x plus pour le lit tourbillonnaire flotant
    Il ne m'appartient pas à vous conseiller sur tel ou tel choix à vous de voir
    Bien à vous D.Pirotte
     
    daniel292 , 20 Août 2008
    #2
  3. thecrack

    thecrack 40 ans, Hainaut

    Merci pour ces informations...

    L'ecopure semble donc la plus adéquate même si l'investissement est un peu plus grand.
     
    thecrack , 21 Août 2008
    #3
  4. daniel292

    daniel292 66 ans, Liège

    oui bien qu'il existe oxyfix de chez éloys aussi
     
    daniel292 , 21 Août 2008
    #4
  5. antoinenatoye

    antoinenatoye 37 ans, Namur

    il existe aussi aquamax, de chez ATB- voir sur la liste des stations agrées par la région wallonne- Elle consomme moins de courant que les autres (aération séquencée)

    Antoine
     
    antoinenatoye , 25 Août 2008
    #5
  6. thecrack

    thecrack 40 ans, Hainaut

    Pour info,

    Nous avons choisi l'ECOPURE.
    ++
    Consomme moins
    Demande encore moins d'entretien que BIOFIX.
    Eau encore plus épurée... même possible de la réutiliser pour les bêtes.

    --
    Coût de départ plus élevé de 400€.

    Maintenant c'est des infos que j'ai récupérées ici et là. Je vous tiendrai au courant dès qu'elle sera installée.
     
    thecrack , 4 Septembre 2008
    #6
  7. mmikee02

    mmikee02 37 ans, Namur

    je suis cette discussion...& j'attends les retours (positifs comme négatifs:grinning:) avant de me lancer & de me décider à acheter la mienne =]...
     
    mmikee02 , 4 Septembre 2008
    #7
  8. antoinenatoye

    antoinenatoye 37 ans, Namur

    thecrack, qui t'as dit que tu pouvais donner l'eau à boire à tes bêtes ? c'est une vaste connerie, à moins que tu ne places un UV en sortie de station.

    A+
     
    antoinenatoye , 5 Septembre 2008
    #8
  9. Impulson

    Impulson 43 ans, Liège

    Qui t'a dit que tu pouvais récupérer l'eau pour donner aux animaux ? le fournisseur ?

    C'est la première fois que j'entend ça... même sur les grosses steps, il ne font pas ce genre de chose...
     
    Impulson , 5 Septembre 2008
    #9
  10. daniel292

    daniel292 66 ans, Liège


    Celui qui vous as dit celà ne devrait pas être autorisé à vendre ou a conseiller, sachez que si votre station épure les eaux même à 97% cette eau est et reste impropre à la consommation les bactéries présentent dans votre réacteur et qui en ressortent restent actives ce n'est qu'éventuellement par épuration tertiaire ( UV) ou par passage dans des drains de dispersion que l'eau se purifiera naturellement pas le sol. N'oubliez pas que la flore microbienne humaine n'a rien a voir avec celle des annimaux. DANGER
     
    daniel292 , 7 Septembre 2008
    #10
  11. thecrack

    thecrack 40 ans, Hainaut

    Merci pour vos infos. L'installateur ne pas parlé à proprement parlé d'UV mais il a bien mentionné le fait qu'il fallait encore traiter l'eau.

    Petite question, cette eau peut elle être déversée dans la réserve d'eau de pluie et ainsi être réutiliser pour les WC, machine à laver etc...? Faut-il la traitée auparavant UV ou autres?
     
    thecrack , 15 Septembre 2008
    #11
  12. Impulson

    Impulson 43 ans, Liège

    Bonjour le bouillon de culture...

    Non sérieusement, il reste encore beaucoup de germes dans les eaux en sortie de station d'épuration... Une solution serait de la traiter par une installation UV... (c'est d'ailleurs ce qui est préconisé dans le cas de zones de baignade (rivière, lac...)
    Maintenant tout ceci à un prix or, il pleut suffisamment en belgique pour se passer de ces installations et pour utiliser uniquement de l'eau de pluie pour les utilisations basiques...

    Bonne journée et bon travail

    Vincent
     
    Impulson , 15 Septembre 2008
    #12
  13. thecrack

    thecrack 40 ans, Hainaut

    Merci de vos conseils
     
    thecrack , 28 Septembre 2008
    #13
  14. daniel292

    daniel292 66 ans, Liège

    Dernier arrêté applicable le 01/01/2008 ce qui revient à dire que les systèmes conformes anciennement installés ne seront plus permis vu leur volume de prétraitement trop faible, de plus l'entretient est soumis à contrôle

    25 SEPTEMBRE 2008. - Arrêté du Gouvernement wallon fixant les conditions intégrales relatives aux unités d'épuration individuelle et aux installations d'épuration individuelle
    [FONT=&quot]

    Arrête :
    CHAPITRE Ier. - Champ d'application et définitions
    Article 1er. Le présent arrêté transpose partiellement la Directive du Conseil 91/271/CEE du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires.
    Art. 2. Les présentes conditions intégrales s'appliquent aux unités et aux installations d'épuration individuelle visées par les rubriques 90.11 et 90.12 de l'annexe Ire de l'arrêté du Gouvernement wallon du 4 juillet 2002 arrêtant la liste des projets soumis à étude d'incidences et des installations et activités classées.
    Art. 3. Pour l'application du présent arrêté, il faut entendre par établissement existant : un établissement dûment autorisé ou déclaré avant l'entrée en vigueur du présent arrêté. La transformation ou l'extension d'un établissement que l'exploitant a, avant l'entrée en vigueur du présent arrêté, consignée dans le registre prévu par l'article 10, § 2, du décret du 11 mars 1999 relatif au permis d'environnement est assimilée à un établissement existant.
    CHAPITRE II. - Implantation
    Art. 4. La capacité de traitement exprimée en EH est calculée en se basant sur le tableau repris à l'annexe Ire. La capacité de traitement ne peut pas être inférieure à 5 EH.
    Art. 5. § 1er. Toute unité ou installation d'épuration individuelle comprend un volume de prétraitement et de stockage unique assurant une rétention des boues, dimensionné dans le respect de l'annexe II.
    Les dispositifs de traitement par filtres plantés à écoulement vertical peuvent ne pas être équipés d'un prétraitement.
    § 2. Tout transfert de matières entre le volume de stockage des boues et le volume de traitement ne peut se faire que via les canalisations immergées prévues à cet effet.
    Un système d'extraction assure la reprise efficace de toutes les boues en excès vers le volume de stockage.
    Le volume de stockage des boues est muni d'un système de ventilation d'un diamètre minimum de 80 mm, séparé du circuit des eaux épurées et des eaux pluviales et placé à une hauteur suffisante pour éviter les nuisances olfactives.
    En situation de relevage des eaux usées domestiques avant prétraitement et traitement, le débit ponctuel appliqué sur l'appareil épuratoire ne peut perturber son bon fonctionnement avec dégradation des conditions d'émission.
    Les cuves, bassins, lagunes, canalisations et raccordements sont étanches
    § 3. Le traitement des eaux usées domestiques par lit bactérien anaérobie ainsi qu'aérobie par percolation est interdit.
    Les dispositifs d'infiltration ne sont pas considérés comme élément de traitement.
    § 4. Les éléments fermés composant le système d'épuration individuelle sont équipés d'orifices de dimension nominale de 60 cm minimum et munis d'un couvercle amovible et accessible permettant la vérification du fonctionnement et l'entretien du dispositif.
    L'accès au volume de prétraitement, s'il est commun avec d'autres parties, garantit le soutirage des boues sans risque de détérioration des équipements et canalisations. Les volumes de traitement et de clarification secondaire peuvent avoir un accès commun.
    La dimension des orifices de visite permet de procéder aux réglages de fonctionnement, à l'entretien et au remplacement des pièces d'usures selon les modalités reprises dans le guide d'exploitation.
    § 5. Dans le cas de lagunes ou tout autre dispositif de traitement à l'air libre, l'accès au site est strictement contrôlé.
    Dans le cas de dispositifs enterrés, l'accessibilité aux cuves ainsi qu'aux appareils annexes est strictement contrôlée.
    Le site doit être accessible aux fins d'opérations de maintenance et d'entretien.
    Art. 6. Les appareils électromécaniques nécessaires au bon fonctionnement du système d'épuration individuelle sont installés dans un endroit sec, aéré, et équipés d'une alarme prévenant de tout dysfonctionnement.
    Art. 7. Lorsque les eaux usées domestiques sont constituées principalement d'eaux issues du secteur de la restauration alimentaire, le placement d'un dégraisseur d'un volume minimum de 500 litres pour une unité d'épuration individuelle ou d'un volume minimum de 800 litres pour une installation d'épuration individuelle est obligatoire.
    Art. 8. A l'exception de l'éventuel dégraisseur et des éléments électromécaniques, les éléments constituant le système d'épuration individuelle sont placés à l'extérieur des immeubles desservis, sauf dispositifs conçus spécifiquement pour être placés à l'intérieur des immeubles.
    Art. 9. Le dispositif de contrôle permet le prélèvement d'un flacon d'une contenance minimale de 1 litre et répond aux prescriptions de l'annexe III.
    Art. 10. Les eaux épurées provenant du dernier élément de traitement du système d'épuration individuelle sont évacuées, au besoin à l'aide d'une pompe de relevage, par un des dispositifs autorisés d'évacuation par infiltration repris à l'annexe IV ou, si cela s'avère impossible au terme d'un test de perméabilité, dans une voie artificielle d'écoulement ou dans une eau de surface ordinaire.
    Afin de prévenir tout risque de colmatage, l'installation d'un filtre est requise lorsque l'évacuation des eaux épurées s'effectue par infiltration.
    L'évacuation par un puits perdant des eaux épurées par une unité d'épuration individuelle non située dans une zone de protection de captage est autorisée pour autant qu'aucun autre mode d'évacuation ne soit possible.
    L'évacuation par un puits perdant des eaux épurées par une installation d'épuration individuelle est interdite.
    Le rejet des eaux épurées dans une zone de baignade est interdit, sauf si ces eaux sont désinfectées avant rejet par un dispositif de désinfection agréé.
    Le rejet des eaux épurées par une installation d'épuration individuelle dans une zone d'amont est interdit, sauf si ces eaux sont désinfectées avant rejet par un dispositif de désinfection agréé.
    CHAPITRE III. - Exploitation, entretien
    Art. 11. Les eaux prélevées au dispositif de contrôle défini à l'annexe III respectent les conditions d'émission suivantes :
    [/FONT][FONT=&quot]Pour la consultation du tableau, voir image[/FONT][FONT=&quot]
    (1) En moyenne sur 24 heures.
    (2) Maximum sur un échantillon ponctuel.
    Art. 12. Seules les eaux usées domestiques à l'exception des eaux pluviales et des eaux claires parasites sont traitées par le système d'épuration individuelle. Les eaux pluviales et les eaux claires parasites ne peuvent en aucun cas transiter par un des éléments composant le système d'épuration individuelle.
    Par dérogation à l'alinéa 1er, lorsque plusieurs habitations sont raccordées sur une même installation d'épuration individuelle, les eaux usées peuvent être acheminées par un égout unitaire existant en respectant les dispositions suivantes :
    1° aucune eau claire parasite ne peut transiter dans l'égout unitaire alimentant l'installation d'épuration individuelle;
    2° l'installation d'épuration individuelle est précédée d'un dispositif de gestion des eaux pluviales tel qu'un déversoir d'orage, un bassin d'orage ou un dispositif de stockage temporaire assurant une restitution régulée des eaux pluviales dans le milieu récepteur;
    3° l'installation d'épuration individuelle et le dispositif de gestion des eaux pluviales sont dimensionnés de telle manière que le débit supplémentaire éventuel de temps de pluie alimentant le système ne puisse entraîner de détérioration du fonctionnement avec dégradation des conditions d'émission visées à l'article 11.
    Art. 13. L'exploitant veille au bon état de fonctionnement de son système d'épuration individuelle. L'intervalle entre deux entretiens dont les prestations minimum sont décrites à l'annexe V ne peut excéder une année.
    L'intervalle entre 2 vidanges ne peut excéder quatre ans pour les unités d'épuration individuelle ou deux ans pour les installations d'épuration individuelle.
    Les systèmes d'épuration individuelle ainsi que les dégraisseurs sont vidangés par des vidangeurs agréés.
    Art. 14. L'exploitant produit lors de tout contrôle aux personnes ou organismes habilités à cette fin par le Gouvernement wallon, les justificatifs d'entretien et les attestations de vidange établies par un vidangeur agréé.
    CHAPITRE IV. - Dispositions abrogatoires, modificatives, transitoires et finales
    Art. 15. L'arrêté royal du 3 août 1976 portant règlement général relatif aux déversements des eaux usées dans les eaux de surface ordinaires, dans les égouts publics et dans les voies artificielles d'écoulement des eaux pluviales est abrogé pour ce qui concerne les établissements visés par le présent arrêté.
    Art. 16. § 1er. Les articles 6, 13 et 14 du présent arrêté s'appliquent aux établissements existants.
    § 2. Les articles 7 et 9 du présent arrêté s'appliquent au 1er janvier 2010 aux établissements existants.
    § 3. Les eaux épurées issues des établissements existants répondent aux conditions d'émission de l'annexe VI.
    Art. 17. Le présent arrêté entre en vigueur au 1er janvier 2009.[/FONT]
     
    daniel292 , 5 Novembre 2008
    #14