Essai de sol et présence d'eau?

Dans le forum Construction neuve - par moustikous le 15 Mai 2009

  1. Doneve

    Doneve 33 ans, Namur

    Merci pour les encouragements ;-)
     
    Doneve , 7 Juin 2009
    #21
  2. BREIZH

    BREIZH 41 ans, Bruxelles

    Bonsoir à tous,

    Je viens de recevoir les résultats de mon essai de sol, et j'ai besoin de vos avis sur le sujet.

    Voici:

    1. Nappe aquifère

    La valeur indiquée se rapporte au niveau de la nappe phréatique mesuré dans le trou de
    sondage, immédiatement après avoir enlevé les tubes de sondage.
    Cette indication n'est donnée qu'à titre indicatif.
    Le niveau réel de la nappe phréatique peut fortement varier dans les deux sens par rapport à
    la valeur indiquée.
    Les raisons principales en sont:
    1. L'enlèvement des tubes de sondage peut provoquer un rétrécissement du trou de
    sondage. La couche supérieure peut être saturée d'eau de pluie qui percole vers la
    nappe phréatique située plus bas. Lorsque à certains endroits la couche supérieure est
    suffisamment perméable, l'eau coule vers le trou de sondage et se rassemble au‐dessus
    du rétrécissement.
    2. Dans des terrains peu perméables, le phénomène inverse peut se produire. Lors du
    sondage, un trou à grande profondeur a été fait. Le peu d'eau qui s'écoule lentement
    vers le trou de sondage disparaît dans la profondeur et remplit d'abord le trou de
    sondage.
    Dans les terrains peu perméables, cela peut durer des jours et même des mois avant
    qu'un nouvel équilibre soit atteint.
    Une bonne définition de la nappe phréatique n'est possible que lorsque l'on installe un
    piézomètre.
    Pour les mêmes raisons que citées sous le point 2, cela peut durer longtemps avant qu'un
    nouvel équilibre soit atteint. Rappelons le fait que le niveau de la nappe phréatique varie en
    fonction des saisons. En général, le niveau le plus élevé est atteint vers le 15 avril et le plus
    bas vers le 15 octobre.
    Les niveaux sont indiqués par rapport au niveau du terrain à l'endroit de l'essai.
    Essai 1 : De l'eau à 5.00 m.
    Essai 2 : De l'eau à 5.00 m.
    Essai 3 : De l'eau à 5.00 m.

    2. Nature du terrain

    La nature du terrain donnée à partir de la pénétration n'a qu'une valeur indicative.
    Nous nous basons sur les résidus de terre observés sur les tubes de sondage et sur une
    certaine interprétation des résultats de sondage.
    Puisque plusieurs tubes de sondage ont parcouru différentes couches, il y a un mélange de
    particules de terre ce qui rend l'interprétation exacte difficile, sinon impossible.
    Cette incertitude peut être contournée en exécutant un forage de reconnaissance.
    0.00 m – 0.30 m : couche superficielle.
    0.30 m – 1.20 m : limon et sable, peut‐être un sol remanié.
    1.20 m – 3.00 m : limon.
    3.00 m – 5.00 m : du limon sableux.
    5.00 m – 7.00 m : de l'argile et de l'argile molle.
    7.00 m – 8.50 m : de l'argile sableuse.
    8.50 m – 10.00 à 11.00 m : de l'argile.
    10.00 à 11.00 m – 12.00 à 13.00 m : sable bien compacté ou débris rocheux et localement
    de l'argile et de l'argile sableuse.

    3. Caractéristiques des mesures et du terrain

    L'emplacement exact des points de sondage se trouve sur le plan (annexe, dernière page).
    Le point nous servant de référence pour les niveaux (Niveau 0.00) est indiqué sur le plan.
    A une profondeur d'environ 5.50 m jusqu'à une profondeur de 6.50 m en dessous du terrain
    naturel, on rencontre une couche trop faible et compressible. En plus, le terrain est quelque
    peu irrégulier et hétérogène. Cependant la capacité portante du terrain est moyenne à
    bonne de sorte que l'on peut appliquer une fondation à faible profondeur.

    4. Systèmes de fondations indiqués ou à considérer

    En tenant compte des remarques sur les caractéristiques du terrain et du sol (paragraphe 3),
    les différents systèmes de fondation suivants sont possibles.
    Le choix est fonction du type de bâtiment et des modes de construction de la
    superstructure.
    4.1 Semelle rigidifiée
    Avec une assise en dessous de la barrière du gel on conseille pour une semelle filante de
    limiter la charge à 0.90 kg/cm².
    De plus nous conseillons d'exécuter la fondation au moyen de béton de bonne qualité
    (C25/30) et avec une hauteur minimale de 0.60 m.
    La hauteur demandée (0.60 m) peut éventuellement être réduite à une hauteur habituelle
    de fondation moyennant la mise en place d'armatures dans la fondation (par exemple un
    treillis plié). Le type d'armature dépend des moments fléchissants.
    Dans le cas de charges réparties de manière peu homogène nous conseillons d'ajouter une
    légère armature. Cette dernière peut être constituée d'un treillis, replié sous forme
    rectangulaire ou un double treillis formé en L, (au dessus et en dessous).
    4.2 Semelle filante
    On peut encore travailler avec des semelles filantes avec une assise au niveau ‐1.20 m (par
    rapport au niveau 0.00), pour lesquelles on accepte une charge égale à 1.30 kg/cm².
    Une assise à cette profondeur peut amener certaines difficultés lors de la réalisation des
    travaux. Pour une exécution pratique, on peut creuser jusqu'à une profondeur de ‐1.20 m
    (par rapport au niveau 0.00). On remplit immédiatement l'excavation de sable stabilisé et
    compacté jusqu'à la barrière de gel. Cette substitution doit être réalisée par couches de
    maximum 0.30 m d'épaisseur, chacune étant compactée. La semelle filante légèrement
    armée repose sur cette couche. On tolère une charge de 1.30 kg/cm², mais le poids de sable
    doit être compris, ce qui diminue la charge utile.
    Pour des semelles plus larges que 0.70 m, cette solution n'est plus valable parce que les
    couches profondes seront trop influencées.

    Remarque :

    Vu l’hétérogénéité de la couche supérieure (alternance fréquente de couches aux
    résistances faibles et fortes) jusqu'à une profondeur d'environ 1.20 m nous soupçonnons la
    présence locale de matériaux remblayés ou remaniés. Ce remaniement peut
    éventuellement être dû à des travaux de nivellation. Cette situation peut être une formation
    naturelle de sol. La présence de ce remblai et la profondeur (l'interface entre le remblai et
    les sols in situ) ne peuvent être confirmées avec certitude que par un contrôle visuel durant
    la réalisation des travaux, par quelques forages de reconnaissance, ou par une recherche
    historique sur le terrain.
    Un matériau remblayé peut donner lieu par des affaissements ou des points durs, à des
    tassements importants et brusques, globaux et/ou différentiels.
    Si un contrôle visuel ou une recherche montrait un remblai de mauvaise qualité, nous
    conseillons de le substituer et de le remplacer par un sable bien compacté, ou de choisir un
    niveau d'assise sous ce remaniement.


    Merci

    BZH
     
    BREIZH , 18 Juin 2010
    #22
Chargement...

Sujet similaires

Vous pouvez aussi lancer une recherche sur : Essai sol présence

Similar Threads - Essai sol présence
  1. Niconem

    Avis résultats essai de sol

    Niconem, +12 (fafalili), 2 Mars 2017
    12
    Affichages:
    445
    fafalili
    4 Mars 2017
  2. jerome1982

    essai de sol

    jerome1982, +5 (Chokotoff), 5 Décembre 2014
    5
    Affichages:
    750
    Chokotoff
    8 Décembre 2014
  3. fifi2004

    Essai de sol : vos avis

    fifi2004, +4 (Laurent1008), 2 Juillet 2013
    4
    Affichages:
    1 076
    Laurent1008
    3 Juillet 2013
  4. Laganja
    26
    Affichages:
    2 891
    cric1974
    16 Octobre 2012
  5. falconbe7

    Essai de sol - Que demander - A quoi faire attention

    falconbe7, +3 (intègre), 16 Mars 2012
    3
    Affichages:
    1 583
    intègre
    16 Mars 2012
  6. Vi2

    Devis pour essai de sol reçu: vos avis?

    Vi2, +13 (juni1300), 22 Janvier 2012
    13
    Affichages:
    3 342
    juni1300
    7 Février 2012
  7. Vi2
    23
    Affichages:
    5 587
    Hiboux
    4 Février 2012