Extension de 10m²

Dans le forum Maçonnerie, Chape - par vascob le 31 Janvier 2012

  1. vascob

    vascob 32 ans, Hainaut


    Bonjour à vous tous. Je suis un jeune propriétaire ayant faitl’acquisition d’une maison à rénové. Plusieurs projets sont en cours, notammentune extension de 2,5m de long sur 4m de large en bout de maison. Un simplerectangle donc, pas d’étage juste une prolongation de mon toit plat en bois.

    Plusieurs entreprise et maçon agrée sont passé et je doisvous avouer que pour une chose apriori simple, j’ai tout entendu et tout vueniveau prix. Ayant décidé de tout casser moi-même (on me demande en moyenne 7xle prix des fondations et du montage des murs rien que pour retirer 12m³ degravas et de terre, se que j’ai fait au final moi-même hier) plusieurs questionreste en suspens pour moi :



    1 . Ai-je besoin d’un architecte et d’un permis pourune si petite extension (sachant que la vrais extension équivaut à 6m² vue qu’unepartie est déjà existante et servait de piece pour cuve à mazout).

    2 . Les fondations doivent êtres de qu’elle épaisseur etprofondeur pour une brique en terre cuite de 14 d’un vide ventilé suivit d’une façadeen bloc de 9 beton lourd.

    3 . Sachant qu’une baie vitré de 3m50 est prévue,dois-je préparé des fondations de la même manière que pour soutenir un mur ?



    Voila pour un début c’est déjà pas mal. Si je peux dégager,creuser et pourquoi pas couler les fondations j’économiserais pas mal sur lesfactures qu’on me demande (15000 euros sans chassis ni toit; juste le terrassement,les fondations, et le montage d’un mur vue que celui à l’opposé est déjà construit).



    Merci d’avance pour vos réponses :)
     
    vascob , 31 Janvier 2012
    #1
  2. Impulson

    Impulson 44 ans, Liège

    POur moi, il te faut un permis (voir avec le service urbanisme de ta commune)
     
    Impulson , 31 Janvier 2012
    #2
  3. benlan2000

    benlan2000 38 ans, Liège

    En fait, il fallait déjà un permis avant de commencer à démolir.

    Dans certains cas, il n'est pas obligatoire d'avoir recours à un architecte. Mais, il fut tout de même un permis d'urbanisme ou parfois une déclaration urbanistique.

    Quoi qu'il en soit, étant donné vos connaissances en matière d'urbanisme et de construction, je vous conseille vivement de faire appel à un architecte.
     
    benlan2000 , 31 Janvier 2012
    #3
  4. vascob

    vascob 32 ans, Hainaut

    Je vais quand même pas faire appel à un architechte pour detruire un toit plat de 4m² déjà troué et pour un simple travail de jardinage qui consiste à retirer de la terre et la placer ailleur. Faut rester correct. Le reste est utile à mon information surtout.
     
    vascob , 31 Janvier 2012
    #4
  5. Impulson

    Impulson 44 ans, Liège

    Attention que parfois, il vous faudra aussi régulariser des constructions existantes (même si elles sont à démolir...)
     
    Impulson , 31 Janvier 2012
    #5
  6. vascob

    vascob 32 ans, Hainaut

    Personne ?
     
    vascob , 2 Février 2012
    #6
  7. Driphus

    Driphus 32 ans, Liège

    Voici un extrait du CWATUPE, je sais, c'est chiant à lire, mais c'est le document officiel décrivant exactement ce que vous devez faire légalement pour construire votre extension.

    Demandez toujours à la commune pour voir si elle vous dispenserait de certain documents ou pour jeter un oeil à une autre demande similaire afin de savoir que pondre comme documents... Peut-être la commune dispose-t-elle de documents type à compléter pour vous faciliter la vie ? (j'en doute)

    Pour ce qui est des plans à 200m, il existe le portail cartographique de la région wallonne qui est très bien fournit (plan de secteur, plan cadastral, ...)

    EXTRAIT :

    Section 2. - Du dossier des demande de permis dispensés du concours d’un architecte

    Art. 290. La présente section s’applique aux actes et travaux pour lesquels le concours d’un architecte n’est pas requis et qui concernent les actes et travaux visés à l’article 84, § 1er , 2°, 3°, 8° à 13°, ainsi qu’aux actes et travaux qui suivent :

    1° transformer une construction existante, destinée ou non à l’habitation, pour autant que l’agrandissement ne soit pas destiné à l’habitation, sans étage, ni sous-sol et que son emprise au sol ne dépasse pas 40 m² ;

    2° créer un ou plusieurs logements dans un bâtiment destiné en tout ou en partie à l’habitation pour autant qu’ils n’impliquent aucune modification du volume construit autre que celle visée à l’article 263, 5°, a ;

    3° construire une véranda contiguë au bâtiment principal pour autant qu’elle ne comporte qu’un seul niveau ;

    4° construire une annexe, non affectée à l’habitation tels que les volières, les colombiers, les abris pour animaux, les abris de jardin, qui n’est pas contiguë à une construction existante ;

    5° placer une ou plusieurs installations, fixes ou mobiles, ne nécessitant aucun assemblage, ou placer une antenne pour autant que l’implantation soit située à une distance des limites mitoyennes au moins égale à la hauteur totale de l’installation ;

    6° placer un ou plusieurs modules de production d’électricité ou de chaleur qui alimentent directement toute construction, installation ou tout bâtiment situé sur le même bien immobilier dont la source d’énergie est renouvelable, pour autant que l’implantation soit située à une distance des limites mitoyennes au moins égale à la hauteur totale du module ;

    7° modifier la destination d’un bâtiment visée à l’article 84, § 1er, 7°, pour autant que les actes et travaux envisagés ne portent pas atteinte aux structures portantes du bâtiment ou qu’ils n’entraînent pas de modification de son volume construit ou de son aspect architectural ;

    8° réaliser, aux abords d’une construction ou d’une installation, privée, dûment autorisée, des actes et travaux d’aménagement au sol, tels que les chemins, les aires de stationnement en plein air, les étangs, les piscines non couvertes, les terrains de sport non couverts, les murs de clôture
    ou de soutènement ainsi que le placement des citernes domestiques ou des clôtures ;

    9° mettre en œuvre un plan particulier de gestion d’une réserve naturelle domaniale, visé à l’article 14 de la loi du 12 juillet 1973 sur la conservation de la nature, et un plan de gestion d’une réserve naturelle agréée, visé à l’article 19 de la même loi.

    Art. 291. Le dossier de demande de permis d’urbanisme pour les actes et travaux visés à la présente section contient :

    1° une demande de permis, en double exemplaire, rédigée sur un formulaire dressé par la commune et mis gratuitement par elle à la disposition du demandeur; le formulaire doit comprendre le texte du modèle repris à l’annexe 20 ;

    2° les documents relatifs aux actes et travaux projetés, signés par le demandeur, qui comprennent :

    a) un rapport qui présente les actes et travaux projetés et, en cas de démolition, l’affectation de la parcelle après exécution de ces actes et travaux, ainsi que le contexte urbanistique et paysager qui permet de situer le projet dans un rayon de 200 mètres du projet et qui figure :
    i. l’orientation ;
    ii. les voies de desserte avec indication de leur statut juridique et de leur dénomination ;
    iii. dans un rayon de 50 mètres de celui-ci, l’implantation, la nature ou l’affectation des constructions existantes sur le bien concerné ;
    iv. l’indication numérotée des prises de vues du reportage photographique visé à l’article 293, 2°, b [lire 291, 2°, b] ; ​

    b) un reportage photographique qui permet la prise en compte du contexte urbanistique et paysager dans lequel s’insère le projet et qui contient au minimum :
    i. deux prises de vues, l’une à front de voirie, montrant la parcelle et les immeubles la jouxtant, l’autre montrant la ou les parcelles en vis-à-vis de l’autre côté de la voirie ;
    ii. au moins trois prises de vues afin de visualiser les limites du bien concerné et les constructions voisines ;
    c) l’occupation de la parcelle, représentée sur un plan, qui figure :
    i. les limites de la parcelle concernée ;
    ii. le cas échéant, l’implantation et le gabarit des constructions existantes sur la parcelle, à maintenir ou à démolir ;
    iii. le cas échéant, l’implantation et le gabarit des constructions projetées, l’indication des matériaux de parement des élévations et de couverture des toitures ;
    iv. les servitudes du fait de l’homme sur le terrain ;
    v. l’aménagement maintenu ou projeté du solde de la parcelle concernée, en ce compris les zones de recul, les clôtures de celle-ci, les aires de stationnement pour les véhicules, l’emplacement, la hauteur de la végétation existante qui comprend les arbres à haute tige, les haies à maintenir ou à abattre, ainsi que les arbres remarquables, des plantations ;
    vi. lorsque le projet concerne les actes et travaux visés à l’article 84, 13°, a) et b) du Code, le dossier doit indiquer les dispositifs prévus pour masquer le dépôt ou les installations mobiles et renseigner la fréquence d’utilisation du terrain. A titre exceptionnel, la production de documents complémentaires peut être sollicitée si ceux-ci sont jugés indispensables à la compréhension du projet.​
     
    Driphus , 2 Février 2012
    #7
  8. vascob

    vascob 32 ans, Hainaut

    Merci je vais dejà lire ça. C'est très gentil de te part.
     
    vascob , 2 Février 2012
    #8
Chargement...

Sujet similaires

Vous pouvez aussi lancer une recherche sur : Extension 10m²

Similar Threads - Extension 10m²
  1. Dj Alex

    Extension mur de separation

    Dj Alex, +1 (Dj Alex), 3 Mai 2018
    1
    Affichages:
    195
    Dj Alex
    3 Mai 2018
  2. Damdidam

    10m carres de maconnerie (briques)

    Damdidam, +5 (Kev7984), 18 Juin 2016
    5
    Affichages:
    669
    Kev7984
    18 Juin 2016
  3. constr2015

    Extension de maison - épaisseur de brique

    constr2015, +2 (fradeco), 23 Février 2015
    2
    Affichages:
    693
    fradeco
    24 Février 2015